Publicité
19 mars 2019 - 10:00 | Mis à jour : 16:37

Signature d'entente entre la SÉMER et Énergir

François Drouin

Par François Drouin, journaliste

Twitter François Drouin
Toutes les réactions 1
Chargement du vidéo

Voir la galerie de photos

Deux nouvelles majeures ont été annoncées ce mardi matin concernant l'usine de biométhanisation de la Société d'économie mixte d'énergie renouvelable (SÉMER) de la région de Rivière-du-Loup. Enfin, diront certains, la lumière apparait au bout du (long) tunnel alors qu'on souligne que des profits de l'ordre de 2,5 M$ par année pourraient être engrangés.

Dans un premier temps, la SÉMER misera dorénavant la production de gaz comprimé, qui offrirait un meilleur potentiel commercial, tout en conservant la technologie liée à la liquéfaction. Du même souffle, la Société annonce la signature d'un contrat de vente de gaz naturel renouvelable (GNR) avec Énergir.

L'entreprise achètera à la SÉMER la totalité du gaz naturel renouvelable produit par l'usine au cout de 18,40 $ par gigajoule, en fonction d'une capacité de production de 3 600 000 mètres cubes par année. À la MRC comme à la Ville de Rivière-du-Loup on se réjouit du revenu potentiel qui pourrait atteindre 2,5 M$ annuellement. Les contrats annoncés jeudi sont valides pour une période de 20 ans.

Cette réorientation passera toutefois par de nouveaux investissements de 2,3 M$ afin de permettre la production et la livraison du gaz compressé entièrement assumée par la Société d'énergie mixte. Énergir investira aussi de son côté, mais n'a pas dévoilé le montant des sommes qui seront engagées.

Selon le préfet de la MRC de Rivière-du-Loup, Michel Lagacé, le déficit enregistré au dernier état financier dévoilé en décembre 2017 de la SÉMER se situe à près de 5,2 M$. À raison de 100 000 $ de déficit mensuel, il pourrait s'élever aujourd'hui à 6,7 M$.

Selon la mairesse de Rivière-du-Loup, l'usine de biométhanisation devrait être opérationnelle d'ici la fin de 2019. Elle a rappelé que la municipalité doit cesser l'enfouissement des matières organiques et putrescibles d'ici 2020. D'ailleurs, elle a encouragé ses concitoyens à poursuivre leurs efforts dans l'utilisation du bac brun, essentiel à l'usine de biométhanisation.

Plus de détails dans votre édition papier du 20 mars.

Publicité


Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

1 réactionsCommentaire(s)
  • Bonjour à tous. J’ai écouté la conférence en circulant à travers le boulevard Papineau .La route jusqu’au pont Jaques Cartier fut très agréable.

    J’ai pris la peine d’ouvrir mes oreilles pour bien comprendre le raisonnement de ces acteurs régionaux.

    Sur le web nous devons faire attention à ce qu’on écrit afin d’éviter de faire du mal a des personnes qui n’on pas la chances de nous répondre directement.

    Mon opinion là dessus est que Gaz Métro sont venu, un peu comme un arbitre à la lutte, mettre fin au carnage et relancer une nouvelle épisode sans qu’on puisse trop savoir si il y a eu ou non des gain ou dés perte.

    J’aime bien la valeur ajoutée par contre(traitement des déchet avec composte de qualité , option gaz liquéfié futur et maintenant une division gaz comprimé.) Soyons honnête là, c’est pas faite encore ça là . Il y a du travail à faire avant de voir ça . Le côté politique est très très fort et ça se sent dans l’argumentation environnementale. Bref j’ai bien apprécié cette conférence,, merci , belle job

    3l en vacance redéménage dans les terres - 2019-03-19 21:24