Publicité
18 mars 2011 - 13:56

Une soirée de conseil mouvementée à Notre-Dame-du-Portage

Hugues Albert

Par Hugues Albert, Journaliste

Toutes les réactions 7
Notre-Dame-du-Portage – Plus de 60 résidents de Notre-Dame-du-Portage sont allés à la rencontre du maire Louise Vadeboncoeur et de la directrice générale Annie Lemieux mardi soir dernier.

On leur a alors livré toutes les explications et précisions sur le compte d’eau que les résidents du Parc de l’amitié doivent depuis juin 2010 assumer sur leur compte de taxes à la suite de l’implantation d’un réseau d’aqueduc et d’égouts reliant les 77 maisons mobiles en plus de neuf résidences contiguës de ce secteur. Ce nouveau réseau offre en outre la possibilité de raccorder cinq autres résidenc

    » Suivez infodimanche.com sur Twitter

Ces travaux qui ont mené à l’installation d’un réseau d’aqueduc répondant aux normes sanitaires les plus strictes, d’un réseau d’égouts et à l’aménagement d’une usine d’épuration des eaux usées ont été complétés en fin juin 2010 mais le règlement d’emprunt à la municipalité n’a été autorisé qu’en septembre.

Financé sur une période de 20 ans, l’emprunt de la municipalité s’élève à 270 991 $ à un taux de 3,14 % quand il avait été initialement prévu à 5 %. Le reste des sommes nécessaires à la réalisation du projet provient du gouvernement soit 1 888 000 $. L’ensemble du projet est de 2,25 M $ et le système en place fera l’objet de vérification afin d’y apporter les correctifs voulus menant à son acceptation finale en fin de juin 2011, comme l’indiquait M. Vadeboncoeur.


Plus de 60 résidents du Parc de l’Amitié s’étaient donné rendez-vous pour recevoir les explications sur leur compte d’eau, soit depuis l’implantation d’un nouveau réseau de conduites souterraines dans ce secteur de Notre-Dame-du-Portage.
Photo : Hugues Albert


Ce nouveau réseau de conduites souterraines qui appartient maintenant à la municipalité remplace l’ancien qui avait été aménagé par les propriétaires du parc et qui ne comportait ni système de récupération ou de traitement des eaux usées qui prenaient la direction du ruisseau.

Les propriétaires de chaque résidence du Parc de l’amitié doivent maintenant débourser 329 $ en taxes annuellement soit 27,42 $ par mois pour bénéficier de ce service d’aqueduc, d’égouts et de traitement des eaux usées.

Mécontentement

Par ailleurs  cette séance du conseil a été le théâtre d’une manifestation non dissimulée d’un grand mécontentement envers le maire. André Plourde a alors déversé son fiel sur M. Vadeboncoeur à propos du projet d’aqueduc qui doit être mis en place au cours de l’été dans un vaste secteur de la municipalité touchant la route du Fleuve, la rue de la Colline et une partie de la route de la Montagne.

Un autre scénario financier doit être présenté dans quelque temps et les nombreuses séances d’information tenues précédemment semblent avoir confondu bien des citoyens. M. Plourde accuse le maire de manquer de transparence et de franchise. Il appuie ses propos sur une annonce que M. Vadeboncoeur a faite à l’automne 2010 à l’effet que le gouvernement provincial allouait une importante subvention de plus de 5 M $ pour la réalisation du projet, annonce qui s’avérait fausse.

Un autre élément qui contribue à envenimer le débat est l’opposition du maire à aller en référendum.  En outre, la facture découlant de ce projet serait partagée à parts égales chez tous les contribuables de Notre-Dame-du-Portage, qu’ils bénéficient ou non de ce nouveau service, ce qui ajoute à ce mécontentement.

Cette séance mouvementée du conseil municipal pourrait avoir des suites car le leader de cette contestation du maire Vadeboncoeur a suggéré au premier citoyen de Notre-Dame-du-Portage de remettre sa démission afin qu’il puisse l’affronter subséquemment lors d’une élection à la mairie.  



Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

7 réactionsCommentaire(s)
  • Pourquoi partout, c'est pareil? Les gens chialent et chialent quand leur merde va dans le fleuve et dans les nappes phréatiques? Belle mentalité de champions! Lachez pas notre dame du portage!

    johnny - 2011-03-21 21:54
  • Au plaisir de vous lire à nouveau!

    @Belette - 2011-03-20 23:34
  • 1- Petit rectificatif sur mon texte précédent : selon l'article qui précède, ce serait plus précisément 1,88M$ et non 1,6M$ que la municipalité a emprunté au nom du gouvernement dans le projet du parc de l'Amitié. 2- Merci à la personne qui a fait le commentaire qui précède. Concernant la qualité du français du texte, je ne me suis pas correctement relu et j'en ai échappé au moins 2 par manque d'attention! " À moins qu'il ne croît ", j'aurais dû écrire "croit" et "quant on a sa verve", j'aurais dû écrire "quand". Voilà. Une faute corrigée est à moitié pardonnée...

    La belette - 2011-03-20 12:39
  • Merci de votre commentaire très informatif! Il est bien écrit aussi (pas de fautes, comme c'est plaisant à lire ici!), informé et respectueux. C'est exactement ce genre de commentaire qu'il manque ici. Continuez!

    @La Belette - 2011-03-20 08:04
  • Il se peut que le maire Vadeboncoeur a pris ses rêves (subvention) pour une réalité, je n'en sais rien, mais les propos de M. Plourde rapportés dans les différents médias laissent perplexes pour ne pas dire plus. D'abord il s'est plaint que la dette de Notre-Dame-du-Portage a augmenté de près de 2 M $ au cours de la dernière année, signe d'une administration en perte de contrôle. À ce sujet, le maire a expliqué que 1,6 M$ de cette nouvelle dette était due au fait que, comme c'est le cas dans les programmes d'infrastructures usuels, la municipalité a emprunté cette somme à la place du gouvernement qui la remboursera capital et intérêts pendant 10 ans. Cette dette ne serait donc pas à la charge de la municipalité. La déclaration de M. Plourde était-elle un mensonge? Il se plaint aussi "qu'avec une hausse de l'évaluation de 37 % on est tous pris à la gorge". D'abord cette hausse ne résulte pas d'une décision municipale. L'évaluation est un processus strictement indépendant des politiciens et c'est bien correct comme ça. Deuxièmement, une hausse de l'évaluation moyenne dans une municipalité est plutôt une bonne nouvelle! Ça veut dire que les propriétés se vendent très bien et que la municipalité est attirante. Peut-être même que ça réflète une gestion et une ficalité municipales adéquates. Au moment de vendre sa propriété, M. Plourde préfèra-t-il que sa valeur ait progressé ou stagné au cours des années précédentes? Hausse d'évaluation n'égale pas nécessairement hausse de taxes puisque celles-ci dépendent d'abord du budget des dépenses et du taux de taxe imposé. Quant au fait de s'opposer à l'imposition 30 % de la dépense à l'ensemble du réseau d'aqueduc, il a parfaitement le droit d'être contre et de questionner cette approche, mais ça traduit un intérêt plus individuel (lire porte-monnaie) que communautaire (reconnaissance des besoins de la collectivité - le centre du village ne profite pas seulement aux gens qui y habitent). Il faudrait que les gens sachent que c'est une pratique tout à fait légale et utilisée assez fréquemment aussi bien dans les administrations municipales de la région qu'ailleurs au Québec. Menacer d'annexer le secteur est de la municipalité à la Ville de Riv.-du-Loup parce "qu'il ne veut pas payer pour les dépenses des riches du centre du village", ça ressemble étrangement au combat d'arrière-garde de ceux qui, à l'époque, ont créé des municipalités "de paroisse" pour ne pas payer pour les trottoirs du village... Concernant cette idée de fusionner la municipalité de NDP avec la Ville, celle-là je ne la comprends pas. Il y en a encore qui pensent que les regroupements sont avantageux pour les contribuables? Je vous laisse vos illusions, mais faites quelques recherches et vous aurez de la difficulté à trouver des exemples probants 10 ans après les fusions forcées des idéologues "péquisss". Aussi, il semblerait que M. Plourde ait suggéré de régler le problème d'approvisionnement en eau du centre du village en prolongeant l'aqueduc de Riv.-du-Loup sur environ 8 km. Et ça va coûter moins cher? À moins qu'il ne croît qu'une partie importante de ces dépenses soient refilées au gouvernement ? Évidemment, le gouvernement, c'est les autres... C'est pas nous qui payons... Je vous laisse sur ces quelques pistes de réflexion et je vais moi-même réfléchir à savoir si je voterais pour M. Plourde si j'en avais l'occasion... J'ai du respect pour M. Plourde, mais je crois qu'il verse dans la démagogie dans ce dossier. C'est tellement facile d'exiter les foules quant on a sa verve et qu'on parle de mauvaise gestion des administrateurs publics et qu'on leur fait des procès d'intention. Je souhaite pour notre communauté que le débat se poursuive, mais dans un climat un peu plus serein.

    La belette - 2011-03-19 14:52
  • Tout à fait d'accord avec le message précédent, que la majorité des coûts leur soient attribués.

    Un autre citoyen de NDDP - 2011-03-19 12:59
  • Que tous ces propriétaires de riches demeures du haut de la montagne paient pour avoir pollué la nappe phréatique des gens d'en-bas. Car les vrais responsables, ce sont avant tout eux qui consomment plus que tous les autres.

    Un citoyen de NDDP - 2011-03-18 21:18