X
Rechercher
Nous joindre
Publicité

Une centaine de millions de revenus anticipés pour le projet éolien PPAW1

durée 11 juin 2024 | 11h02
  • Marc-Antoine Paquin
    Par Marc-Antoine Paquin

    Journaliste

    S’il va de l’avant, le projet éolien Pohénégamook–Picard–Saint-Antonin–Wolastokuk 1 (PPAW1) pourrait rapporter gros aux communautés hôtes, ainsi qu’aux membres de l’Alliance de l’Énergie de l’Est. Les promoteurs envisagent de retombées économiques publiques de plus de 180 M$ sur la période d’activités de 30 ans. 

    L’Alliance de l'énergie de l'Est et l’entreprise Énergies renouvelables Invenergy Canada, associés dans la concrétisation de ce parc important de 56 éoliennes, ont été questionnés sur la rentabilité du projet lors de la première consultation du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) qui s’est déroulée lundi soir à Rivière-du-Loup. 

    Lors d’une présentation de quelques minutes, l’Alliance de l’Énergie de l’Est a dévoilé qu’elle prévoyait recevoir 137 M$ en retombées économiques nettes au cours des trois décennies d’exploitation, dont 82 M$ pour la Régie intermunicipale de l’énergie du Bas-Saint-Laurent (RIÉBSL).

    Cette somme s’ajoutera aux paiements fermes de 45 M$ qui iront directement aux territoires qui accueilleront les éoliennes, soit Pohénégamook, Saint-Honoré-de-Témiscouata, Saint-Antonin et le TNO de Picard (MRC de Kamouraska), sur la même période. 

    «C’est très imposant, très important», a convenu Michel Lagacé, président de l’Alliance et préfet de la MRC de Rivière-du-Loup. 

    Au cours des dernières années, à travers la RIÉBSL, environ 900 000 $ par année ont été versés à la hauteur de la MRC de Rivière-du-Loup. De cette somme, explique Michel Lagacé, environ 525 000 $ ont été envoyés aux municipalités et villes actionnaires. Le résiduel, soit 375 000 $, est un budget à la disposition du conseil des maires. 

    «Dans le passé, ce fond a permis de soutenir financièrement un projet comme le centre de jour de la Maison Desjardins de soins palliatifs du KRTB», a précisé le préfet. 

    Pour que le parc éolien soit rentable, les éoliennes doivent produire et le vent est nécessaire. Les acteurs estiment néanmoins que les projections sont conservatrices et ils se veulent très confiants qu’elles puissent se matérialiser. 

    Selon Michel Lagacé, la productivité des parcs éoliens régionaux en activité, comme Viger-Denonville et Nicolas-Riou, prouve également que les estimations peuvent être dépassées. 

    «À une époque, pour Viger-Denonville, on parlait de 6 à 700 000 $ de bénéfices. Aujourd’hui, on est à plus d’un million de dollars, ce qui est hyper intéressant. Le gisement s’est mieux comporté que ce qui avait été anticipé au départ. Nicolas-Riou, c’est la même chose. On a vraiment de belles années en termes de gisement éolien.» 

    Depuis 2017, les parcs éoliens présents sur le territoire de la RIÉBSL ont offert des distributions annuelles nettes totalisant 54 150 000 $. «C’est beaucoup d’argent en seulement quelques années», a soutenu Michel Lagacé.

    «Actuellement, il nous reste pratiquement 20 ans d’exploitation pour aller chercher des bénéfices supplémentaires. On peut penser qu’on va doubler ou tripler la mise sur cette période, seulement pour ces parcs-là.»

    La phase de construction de deux ans du projet PPAW1 prévoit par ailleurs l’embauche d’environ 350 personnes. Les entreprises locales seront invitées à y participer, ce qui amènera également des retombées économiques pour les fournisseurs de biens et services avant même la mise en opération, estiment les promoteurs. À terme, une vingtaine de personnes devraient y œuvrer pour les travaux d’entretien et de maintenance durant l’exploitation.  

    Notons que le projet PPAW1 est évalué à 1 milliard de dollars. Son financement est segmenté en deux parties, soit les fonds propres des actionnaires (entre 20 % et 35 %) et le financement bancaire (entre 80 % et 65 %). 

    L’Alliance étant partenaire à la hauteur de 50 %, elle doit donc injecter 50 % des fonds propres nécessaires au financement du projet afin d’obtenir la moitié des distributions annuelles liées à ce dernier. L’investissement de l’Alliance est obtenu par de règlements municipaux encadrés par le ministère des Affaires municipales et de l’Habitation. 
     

    commentairesCommentaires

    0

    Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

    Publicité

    RECOMMANDÉS POUR VOUS


    Publié à 6h57

    Se mobiliser pour la propreté de la Pointe à Rivière-du-Loup

    Au cours des dernières semaines, des citoyens de Rivière-du-Loup ont remarqué qu’avec l’apparition du beau temps, des déchets ont aussi commencé à parsemer le parc de la Pointe. Conséquence du début de la saison estivale qui approche à grands pas, mais aussi du manque de civisme de certaines personnes. La Ville estime que la communauté doit se ...

    Publié à 6h42

    Une nouvelle certification collégiale en initiation à la pédagogie musicale au Cégep de Rivière-du-Loup

    Le Service de la formation continue du Cégep de Rivière-du-Loup annonce la création d’une nouvelle certification collégiale intitulée Initiation à la pédagogie musicale. Fruit d’une collaboration avec l'École de musique Alain-Caron (ÉMAC) de Rivière-du-Loup, cette formation de 70 heures vise à outiller les personnes qui enseignent ou qui souhaitent ...

    Publié à 6h33

    Bernard Bélanger reçoit l’Ordre national du Québec

    L’apport significatif à l’évolution et au rayonnement du Québec du président du conseil d’administration de Premier Tech, Bernard Bélanger, sera reconnu, le 19 juin prochain à Québec. L’entrepreneur louperivois se verra alors remettre le grade d’officier de l’Ordre national du Québec des mains du premier ministre du Québec, François ...