X
Rechercher
Nous joindre
Publicité

Le député Blanchette-Joncas demande à VIA Rail d’en faire plus pour le Bas-Saint-Laurent

durée 14 décembre 2023 | 14h58
  • Le député de Rimouski-Neigette–Témiscouata–Les Basques, Maxime Blanchette-Joncas, a rencontré les dirigeants de VIA Rail à Ottawa afin de réclamer une bonification de l’offre régionale de transport ferroviaire. Il les invite à se rendre à Rimouski par les rails pour prendre connaissance de la médiocrité de la desserte dans l’Est-du-Québec et les impacts que cela a sur le développement de la région.

    «Depuis mon premier jour en politique, je martèle le même message : je suis un régionaliste avant tout. C’est pour ça que je travaille tous les jours pour que la vie en région n’ait rien à envier à la vie dans les grandes villes. Et pour ça, ça prend des moyens de nous déplacer efficacement. Dans son état actuel, le transport ferroviaire est tellement inefficace qu’il n’est même pas une option envisageable. Ça nuit au développement économique du Bas-Saint-Laurent et à la qualité de vie de mes concitoyens. Il faut que ça bouge. C’est le message que j’ai livré aux gens de VIA Rail», a déclaré le député Blanchette-Joncas.

    Parallèlement, une étude publiée récemment par l’Institut de recherche et d’informations socioéconomiques (IRIS) a révélé que le nombre de départs hebdomadaires d’autocars interurbains privés est passé de 6 000 à 882 par semaine au Québec depuis 1981. Ces coupures sont particulièrement ressenties dans les liaisons en région éloignée.

    «On voit que les services de transport interurbain, tous modes confondus, ont diminué dramatiquement en fréquence et en accessibilité au cours des dernières décennies. On est donc pris dans un cercle vicieux : les services de transport en commun sont réduits parce qu’ils ne sont pas rentables, ce qui diminue la flexibilité dont bénéficie le citoyen et, conséquemment, amène ce dernier à délaisser encore plus ces services… en bref, on réduit les options du citoyen et on amplifie la dépendance à l’auto dans les régions. Avec le vieillissement de la population et la crise climatique, c’est une nécessité et non un luxe que de pouvoir compter sur d’autres solutions de transport que l’automobile», a poursuivi Maxime Blanchette-Joncas.

    «Pour que les gens de VIA Rail puissent constater comment ça se vit, sur le plancher des vaches, je les ai invités à faire un aller-retour Montréal–Rimouski en utilisant leurs propres services. En plus de découvrir les beautés de notre région, ils pourront voir les arrivées à Rimouski qui se font dans la nuit, à 2 h 54, et les départs vers Montréal qui se font à 2 h 01, également au milieu de la nuit. Peut-on vraiment prétendre qu’on offre un service adéquat quand on impose de s’infliger une nuit blanche pour prendre son train ? Franchement… on mérite mieux !», a conclu le député de Rimouski-Neigette–Témiscouata–Les Basques.

    commentairesCommentaires

    0

    Publicité

    RECOMMANDÉS POUR VOUS


    Publié à 6h56

    Une demande de recours collectif déposée contre le Diocèse de Rimouski pour des abus sexuels

    Une demande conjointe entre les cabinets d’avocats Bellemare et Lambert a été déposée le 14 juin à la Cour Supérieure afin d’exercer une action collective pour des agressions sexuelles présumées visant le Diocèse de Rimouski. Déjà quelques dizaines de victimes ont été regroupées parmi les régions pastorales touchées, soient celles de la Matapédia, ...

    Publié à 6h30

    Session intense, été chaud et automne prolifique

    La Chambre des communes a annoncé son ajournement officiel le mercredi 19 juin, marquant la fin de la session parlementaire ainsi que le début de la pause estivale annuelle. Le député conservateur dans Montmagny - L’Islet – Kamouraska – Rivière-du-Loup, Bernard Généreux en a profité pour tracer un bilan des derniers mois. «Nous avons eu une ...

    Publié à 6h00

    La Ville de Rivière-du-Loup entreprend l’inventaire de son patrimoine bâti

    Les citoyens qui habitent une maison construite avant 1940 ne devront pas être surpris si quelqu’un photographie leur toit et leurs fenêtres cet été. Il ne s’agit pas d’un fouineur. Il s’agit d’un stagiaire de la Ville de Rivière-du-Loup, embauché pour dresser l’inventaire du patrimoine immobilier. Par de nouvelles dispositions introduites dans ...