X
Rechercher
Nous joindre
Publicité

Le restaurant d’un Louperivois sacré meilleure table au pays

durée 4 juin 2023 | 06h57
  • Marc-Antoine Paquin
    Par Marc-Antoine Paquin

    Journaliste

    Le restaurant d’un entrepreneur originaire de Rivière-du-Loup jouit d’une visibilité nationale hors du commun depuis quelques jours. Mon Lapin, du quartier de la Petite Italie à Montréal, a été couronné meilleure table au Canada dans le plus récent Canada’s 100 Best, un palmarès reconnu sur la scène culinaire. 

    Alex Landry, de Rivière-du-Loup, fait partie du groupe de cinq actionnaires derrière ce restaurant qui est dorénavant l’un des plus en vue de Montréal. Depuis la sortie du classement 2023, le 16 mai, le nom de Mon Lapin s’est retrouvé dans les pages des plus grands médias canadiens, d’un océan à l’autre. Les résultats ont été aussi partagés dans tous les cercles des amateurs de bonne chère. 

    «C’est une belle reconnaissance. L’année dernière, on avait pris le 6e rang . On avait eu un certain succès. Mais d’être aujourd’hui au sommet de la liste, en première position, c’est certain que ça frappe un peu l’imaginaire. Ça nous rend heureux, évidemment, mais c’est surtout quelque chose qui est le fun de partager avec toute notre équipe», a souligné le Louperivois. Il est dans cette aventure avec Vanya Filipovic, Jessica Noël, Marc-Antoine Gélinas et Marc-Olivier Frappier depuis quelques années déjà. 

    La liste du Canada’s 100 Best a été composée par 135 juges - des chefs, des consommateurs avisés ainsi que des critiques culinaires - œuvrant dans toutes les régions canadiennes. Ils ont tous voté pour leurs propositions culinaires préférées au pays, selon l’expérience complète au restaurant, donc le service, le décor, la carte des vins et la qualité de la nourriture. Chaque juge devait aussi consacrer 30 % de ses votes à des restaurants qui ne se trouvent pas dans sa province d’origine.

    Au Québec, une trentaine de restaurants ont été inclus, dont plusieurs se retrouvent parmi les 50 premiers. Et bien que le classement ne fasse pas toujours l’unanimité, les professionnels du milieu y voient beaucoup de bien. Il s’agit, d’une façon ou d’une autre, de la liste que les gens consultent le plus à travers le pays. 

    «C’est une liste qui est un peu l’autorité au Canada. Ç’a quand même un certain impact», a convenu Alex Landry, qui ne cache pas que le téléphone sonne et qu’il y a «un buzz» depuis la sortie du classement. 

    «Dans notre tête, on reste un petit restaurant de quartier. Alors ça nous surprend d’avoir toute cette attention-là, mais ça nous fait plaisir», 
a-t-il confié. 

    Le Canada’s 100 Best explique son choix en louangeant autant les plats que les vins proposés par le restaurant de la rue Saint-Zotique Est. L’ambiance générale et le service «impeccable» ont aussi été retenus comme des points très positifs. «C’est le juste milieu parfait entre un restaurant de grande occasion et un restaurant où on peut entrer pour manger un morceau», peut-on lire dans les descriptions du classement. 

    «On utilise beaucoup le terme ‘’fun dining’’ au lieu de ‘’fine dining’’(cuisine raffinée). C’est de la gastronomie, mais on essaie de s’amuser. C’est une cuisine ouverte où on peut voir les sourires et où on essaie de partager quelque chose, d’être dynamiques», a expliqué le restaurateur, soulignant que les produits saisonniers sont mis en valeur avec des propositions éphémères. 

    «Le menu change continuellement. L’été, par exemple, de nouveaux légumes sont disponibles chaque semaine. On travaille avec les agriculteurs et les producteurs locaux», a-t-il dit.  

    «On veut faire découvrir et redécouvrir les saveurs qui sont d’ici, mais qui ont parfois été oubliées. L’anguille, les bourgots, l’esturgeon… ce sont des choses qu’on a toujours sur le menu ici, mais qu’on ne retrouve pas si souvent au Bas-Saint-Laurent. On essaie d’être une carte de visite, pas seulement pour Montréal, mais pour le Québec.»

    Quand il décrit son restaurant, il se remémore aussi un peu la Brasserie Lafontaine, lieu mythique de la rue Lafontaine de Rivière-du-Loup dont son père était copropriétaire. «Offrir un service familier, connaitre les noms des clients et se souvenir des petites habitudes, ce sont des petites choses que j’ai appris plus jeune » 

    «Alors même si on sert des plats gastronomiques, des grands vins, pour moi, il y a un enseignement qui part de ce que j’ai appris dans le Bas-du-Fleuve et que j’essaie d’amener dans l’expérience qu’on retrouve au Lapin.»

    Alex Landry a lancé sa carrière dans le milieu de l’hôtellerie et de la restauration à l’Hôtel Levesque de Rivière-du-Loup lorsqu’il avait 15 ans. Après un déménagement à Québec, il s’est orienté davantage vers la gestion de restaurants et a collectionné les emplois dans le milieu. Un intérêt grandissant pour la sommellerie l’a aussi mené où il est maintenant, puisque la gestion de la carte des vins fait aujourd’hui partie de ses responsabilités chez Mon Lapin.

     

    commentairesCommentaires

    0

    Publicité

    RECOMMANDÉS POUR VOUS


    Publié à 6h34

    Une 35e édition festive et réussie pour le Festival du Bœuf de Saint-Clément

    La 35e édition du Festival du Bœuf de Saint-Clément, qui s'est tenue du 18 au 21 juillet dernier, a été un réel succès sous une température incertaine. Les festivaliers et festivalières étaient nombreux au rendez-vous. Plus de 630 personnes se sont régalées lors du fameux souper de bœuf braisé, désormais réputé dans toute la région. Sans compter ...

    24 juillet 2024 | 15h54

    PPAW1 : le BAPE de retour pour une deuxième fois à Rivière-du-Loup 

    La commission d’enquête du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) était de retour à Rivière-du-Loup afin de tenir la deuxième partie de son audience sur le projet de parc éolien PPAW1, les 23 et 24 juillet. L’occasion était offerte aux citoyens, aux groupes et aux organismes d’exprimer leur opinion et leurs commentaires sur le ...

    23 juillet 2024 | 11h57

    La grève de la traverse à Matane déborde à Rivière-du-Loup et Trois-Pistoles

    Les effets de la grève des travailleurs et travailleuses de la traverse de Matane-Baie-Comeau-Godbout, qui a été déclenchée du 22 au 26 juillet et du 29 juillet au 2 aout, se font déjà sentir à Rivière-du-Loup et à Trois-Pistoles. L’achalandage, qui est habituellement fort à cette période de l’année, déborde sur les autres services de traverse de la ...