X
Rechercher
Nous joindre
Publicité

Parc marin du Saguenay - Saint-Laurent : vers une aire protégée quadruplée

durée 13 mars 2023 | 06h34
  • Lydia Barnabé-Roy
    Par Lydia Barnabé-Roy

    Journaliste de l'Initiative de journalisme local

    Un travail de concertation entre les gouvernements fédéral et provincial a été annoncé, ce 10 mars, afin d’augmenter la superficie du Parc marin du Saguenay - Saint-Laurent. D’ici 2025, les élus souhaitent quadrupler l’aire protégée entre le fjord du Saguenay et l’estuaire du Saint-Laurent qui compte aujourd’hui 1245 km2.

    «Le territoire actuel du parc marin est situé au cœur de l’habitat essentiel du béluga de l’estuaire du Saint-Laurent. Par contre, cette espèce emblématique de ce beau coin de pays se trouve dans un état précaire», a soutenu Steven Guilbeault, ministre de l’Environnement et du Changement climatique et ministre responsable de l’Agence Parcs Canada.

    À ce jour, un peu moins de 40 % du parc marin protège le territoire du béluga. Les gouvernements, par l’agrandissement, visent à le couvrir à 100 % pour accentuer la protection de la baleine blanche.  «Il n’y a aucun doute que les travaux des dernières années ont été profitables à l’espèce, mais on voit qu’il y a encore certains risques. C’est une espèce qui continue d’être menacée, qui diminue en nombre aussi au fil des années», ajoute Benoit Charette, ministre de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques.

    Selon M. Guilbeault, plus l’habitat est protégé, plus la population de bélugas a de chances de se rétablir et d’éventuellement se remettre des différents impacts subis au cours des dernières décennies. M. Charette souligne qu’accroitre la réglementation sur une plus grande superficie aidera aussi les autres espèces recensées dans le parc. Ce sont 2 200 espèces qui sont dénombrées dans l’aire protégée, dont le rorqual bleu et le garrot d’Islande.

    La volonté d’augmenter l’aire protégée du Parc marin du Saguenay - Saint-Laurent découle de l’engagement des gouvernements lors de la COP15 à Montréal. Ils désirent protéger 30 % des milieux naturels d’ici 2030. «L’objection de ce type de projet-là c’est de mettre la conservation marine au cœur de ce qu’on fait», indique Steven Guilbeault. Ainsi, toutes les activités, soient la pêche, le tourisme, le transport continueront leur cours mais à travers le prisme de la protection.

    Les gouvernements travailleront dans les prochains mois avec le comité de coordination du parc marin, la Première nation Wolastoqiyik Wahsipekuk, l’ensemble des acteurs du milieu ainsi que la population afin d’établir les modalités de l’agrandissement. Au terme de ses rencontres, des consultations publiques auront lieu pour ficeler le projet.

    Puisque les élus en sont encore aux étapes des consultations et des étapes législatives, aucun investissement n’a été dévoilé pour l’instant.

    «Le but ultime, on le souhaite, la concrétisation à travers les décrets quelque part en 2025 pour officialiser l’agrandissement de ce très beau projet», a conclu Benoit Charrette.
     

    commentairesCommentaires

    1

    • PMD
      Pierre M. Drayaf
      temps Il y a 1 an et 2 mois
      Un pas de plus dans le transfert du traversier vers Cacouna. Oui, car moins de draguage, moins de dommage pour la population des belugas et autres espèces. En ayant comme nouveau traversier le Saaremaa, lequel prend plus de tirant d'eau, il est tout à fait normal que la traverse soit à Cacouna. Voilà que bientôt nous aurons des nouvelles dans l'ensemble de ce dossier. Soyons réalistes, n'en déplaise aux opposants qui veulent garder la traverse à RDL.
    Publicité

    RECOMMANDÉS POUR VOUS


    Publié à 13h41

    Aide médicale à mourir : un projet de loi déposé par le Bloc Québécois

    Le Bloc Québécois a déposé un important projet de loi ce mercredi 22 mai à la Chambre des communes, dans le but de permettre aux personnes qui souffrent de maladies neurocognitives graves et incurables de déposer une demande anticipée d’aide médicale à mourir. La démarche bloquiste s’accorde avec celle du Québec qui est prêt à agir en ce sens. Ce ...

    Publié à 6h54

    Petits fruits, grands espoirs 

    Le printemps est synonyme de bourgeons en fleurs, de chants d’oiseaux et d’une luminosité naturelle plus abondante. Pour les producteurs maraichers et agricoles, comme Martin LeBel et Nathalie Bernier de la Fraisière LeBel, c’est aussi une période de renouveau, d’aspirations et d’optimisme. Un sentiment qui est d’autant plus important après une ...

    Publié à 6h45

    Diffusion 3P remet 2 000 $ à la Fabrique de Notre-Dame-des-Neiges de Trois-Pistoles

    À la suite du spectacle de Patrick Normand qui s’est déroulé le 6 mai à l’église de Trois-Pistoles où plus de 400 billets ont été vendus, Diffusion 3P a remis un chèque de 2 000 $ à Fabrique de Notre-Dame-des-Neiges. Alain Panneton, qui a mis sur pied Diffusion 3P, s’est réjoui de la présence nombreuse du public et du milieu culturel à son ...