Publicité

8 août 2022 - 06:57

Une reprise des mariages bien accueillie dans la région

Lydia Barnabé-Roy

Par Lydia Barnabé-Roy, Journaliste de l'Initiative de journalisme local

Nombreux tourtereaux ont prévu se marier dans la région du KRTB durant la saison estivale. Après un report forcé des célébrations pendant deux ans, de futurs mariés qui devaient s’unir entre 2019 et 2021 partagent enfin leur amour devant les gens qu’ils aiment.

Les gens d’affaires liés aux mariages confirment la recrudescence des unions. Charles Labrecque, copropriétaire de l’Auberge de la Pointe mentionne que son établissement est complet pour la saison et qu’il ne reste que très peu de places pour 2023. Il prend même déjà des réservations pour 2024. «Je dirais que 75% des gens qui devaient se marier avant la COVID-19 se sont mariés quand même après», confie-t-il. À l’Hôtel Universel, Martin Lévesque, directeur général, confirme qu’une dizaine de mariages seront célébrés dans ses salles.

Selon les entrepreneurs, la reprise des mariages a débuté au printemps et s’étirera jusqu’en septembre. «C’est super motivant d’avoir ces évènements là, ça fait de la vie dans notre établissement», indique M. Labrecque, en mentionnant toute la fébrilité qui flotte autour d’une telle célébration. Lynn Beaulieau, propriétaire du Centre Mode Beaulieu partage cet avis. Elle se réjouit de la reprise des mariages qui ont «donné un bon coup de pouce» à son magasin. Elle constate une augmentation de 60 % des ventes de robes et d’habits de mariés comparativement à l’année dernière à pareille date.

De son côté, le Sentier fleuri fait énormément d’arrangements floraux pour des mariages à cette période de l’année. Marie-Pier Gendron, propriétaire, souligne qu’entre mai et septembre, 30 contrats seront effectués. «C’est comme un feu de camp, image-t-elle, après ça va redescendre». Chez Moisan fleuriste, le bal des mariages est aussi reparti. Le propriétaire, Jean-Marc Dionne ajoute que son commerce s’occupe même de mariages se déroulant hors de Rivière-du-Loup.

Les travailleurs autonomes aiment beaucoup cette période de l’année. «Un mariage c’est toujours le fun … C’est vraiment comme si tu t’incrustes dans une famille pour une journée complète, comme si tu en faisais partie», explique le photographe Jean-François Lajoie. Il a facilement remarqué la reprise des unions, puisqu’il a reçu de nombreuses demandes. Il a même dû en refuser une dizaine.

Malgré l’engouement renouvelé des vœux échangés entre amoureux, les contrats de mariage se font plus rares, d’après Marie-Josée Raymond, notaire chez Côté Ouellet Thivierge. Du côté des bijoutiers, aucune augmentation n’a été observée. Jean-Pierre Savard, propriétaire de la Bijouterie R. Savard, raconte que les gens n’ont pas retardé l’achat de leurs alliances en raison du coronavirus, comparativement à la location des salles de réception. 

Selon l’Institut de la statistique, le nombre de mariages a chuté de près de 50 % en raison de la COVID-19 en 2020. Avant la pandémie un nombre d’unions entre 22 000 et 23 500 était observé, une statistique qui était stable depuis une quinzaine d’années. D’après le Directeur de l’état civil, l’an dernier, 15 050 mariages ont été célébrés au Québec. À ce jour, ce sont 4533 mariages qui ont été dénombrés au Québec entre le 1er janvier et le 30 juin 2022.
 

Publicité


Publicité

Commentez cet article