Publicité

13 juin 2022 - 06:00

Le programme Techniques d’inhalothérapie entre au Cégep de Rivière-du-Loup

Le Cégep de Rivière-du-Loup offrira dès l’année scolaire 2023-2024 le programme Techniques d’inhalothérapie. L’établissement d’enseignement supérieur sera le seul à l’est de la ville de Québec à proposer ce programme. Cette formation technique d’une durée de trois ans s’ajoute à l’expertise du Cégep de Rivière-du-Loup dans le domaine de la santé. 

En effet, l’établissement propose déjà les programmes techniques Soins préhospitaliers d’urgence, Soins infirmiers et Techniques de pharmacie, qui a accueilli ses premiers étudiants en août 2021, ainsi que le programme préuniversitaire Sciences de la nature.
 
«Les étudiants de l’Est-du-Québec devaient s’établir loin de leur région s’ils voulaient étudier en inhalothérapie. C’est maintenant chose du passé!» se réjouit le directeur général du Cégep de Rivière-du-Loup, René Gingras. Il ajoute que l’ajout du programme vient réaffirmer l’expertise du cégep dans le domaine de la santé. «Nous sommes très enthousiastes de contribuer à la formation de nouvelle main-d’œuvre qui constituera un atout de taille dans les établissements de santé de notre région. Nous avons très hâte d’accueillir notre première cohorte», poursuit-il. La Direction du Cégep est d’ailleurs déjà à l’œuvre afin de planifier les travaux pour les futurs laboratoires et l’acquisition d’équipements médicaux de pointe.

L’inhalothérapeute s'occupe des soins du système cardiorespiratoire. Il intervient dans toute situation d'urgence (arrêt cardiaque ou respiratoire, urgence traumatologique) et dans le traitement de certaines maladies respiratoires comme l’asthme, l’emphysème ou la fibrose kystique. Il agit pour maintenir, rétablir ou assister la fonction des voies respiratoires par l'utilisation d'un respirateur artificiel ou de tout autre appareil d'oxygénation ou par l'administration de médicaments par les voies respiratoires.
 
L’inhalothérapeute travaille dans les diverses unités de soins d'établissements de santé : urgence, soins intensifs, néonatalogie, physiologie respiratoire, etc. Il assiste les anesthésistes en salle de chirurgie pour surveiller les fonctions vitales du patient et assurer le bon fonctionnement des appareils utilisés.
 
L’inhalothérapeute collabore également avec les médecins à l'évaluation diagnostique des troubles respiratoires ainsi qu'à l'évaluation de l'état cardiorespiratoire du malade avant, pendant et après le traitement. Il peut aussi faire partie d'une équipe de soins hors institution (CLSC, résidences privées pour ainés, centres d'accueil, etc.) et s'occuper du suivi à domicile, des soins et de la rééducation respiratoire de personnes souffrant de maladies cardiorespiratoires. Le taux de placement des diplômées et diplômés est de 100 % et le salaire d'un inhalothérapeute varie entre 25 $ et 39 $ de l'heure.
  
Rappelons que la ministre de l'Enseignement supérieur, Danielle McCann, a annoncé le 8 juin que 12 cégeps du Québec allaient bonifier leur offre de programmes afin de permettre à plus d'étudiantes et d'étudiants d'intégrer des programmes d'études menant à des professions en demande.

Publicité


Publicité

Commentez cet article