Publicité

28 septembre 2021 - 06:56

Budget respecté pour les travaux du clocher de l’église Saint-Patrice

Mario Pelletier

Par Mario Pelletier, Journaliste

Le 23 septembre dernier, le président de la Fabrique de Saint-Patrice, Gaston Pelletier, a fait le post mortem des travaux du clocher de l’église Saint-Patrice. Ceux-ci ont été effectués au cout de 645 862 $ respectant ainsi l’enveloppe budgétaire prévue à cet effet.

M. Pelletier a expliqué que la compagnie d’assurance s’était engagée pour un montant de 600 000 $, le reste de la facture, soit près de 46 000 $, était à la charge de la Fabrique de Saint-Patrice puisque cette partie représentait des améliorations apportées à la structure. «Nous sommes arrivés à l’intérieur de l’enveloppe budgétaire, malgré la COVID-19. C’est une belle réalisation de la Fabrique», a souligné son président.

«Un travail de moine», a lancé Gaston Pelletier pour imager l’ampleur des travaux qui se sont déroulés du début du mois de janvier à juillet dernier.

On a d’abord installé un impressionnant échafaudage de 125 pieds de hauteur à l’avant de l’église, une installation comprenant 250 marches. Ingénieurs, architectes, assureur, contracteur, Ville de Rivière-du-Loup et autres professionnels de la construction ont été mis à contribution pour réaliser ces travaux très particuliers.

L’église Saint-Patrice a été construite en 1855. «Tout ce qui était en bois cassé par les vents a été remplacé par du métal et tout ce qui n’avait pas été brisé a été renforcé avec du métal», a expliqué Gaston Pelletier. Après les travaux, des vents ont à nouveau soufflé à 110 kilomètres à l’heure sur le toit de l’église et rien n’a bougé, ont constaté les spécialistes.

On a également répondu à une question que plusieurs paroissiens posaient. Le clocher de l’église penche-t-il? Oui et c’est voulu, il penche légèrement vers l’est soit du côté de la structure pour éviter qu’il s’écroule ailleurs que sur le bâtiment en cas d’incendie. C’est ainsi pour tous les clochers des églises afin de les rendre plus sécuritaires pour les gens qui pourraient se trouver à proximité.

Rappelons qu’en 2017, des vents de 90 k/h ont une première fois fragilisé le clocher qui fut alors harnaché avec des chaines d’acier pour le sécuriser. En 2019, des vents de 110 à 120 k/h ont soufflé sur le clocher, cassant des pièces de bois plus bas dans la structure que les dommages subis deux ans plus tôt.

 

Publicité


Publicité

Commentez cet article