Publicité

19 septembre 2021 - 13:02

Paraplégique, Gilles Morin se tient fièrement debout depuis bientôt 40 ans

Le 11 juillet 1982, le Témiscouatain Gilles Morin, maintenant résident de Gatineau, était victime d’un grave accident de moto qui le laissait paraplégique. Déjouant les pronostics, il se tient encore debout depuis bientôt 40 ans malgré les difficultés et les épreuves.

Il entend souligner en grand ce 40e anniversaire. Il devrait amorcer prochainement la production d’un reportage de sensibilisation avec la collaboration du réalisateur Martin Matte, de GeniProduction et des autorités policières. Il travaille également à la préparation d’un nouveau livre.

«Il y a près de 40 ans, ma vie a basculé en raison d’un bête accident de la route. J’ai perdu l’usage de mes jambes alors que j’avais 19 ans. Cet accident a transformé ma vie de jeunesse, anéanti mes projets et mes ambitions pour les remplacer par des interventions chirurgicales, de longs séjours hospitaliers, une interminable phase de réadaptation et la perte d’autonomie. J’ai vécu la peur, la colère, la souffrance, le découragement et la frustration. J’en vis toujours les conséquences physiques et psychologiques.»

Aujourd’hui, le Gatinois d’adoption est fier de ce qu’il a réalisé malgré les embûches. «J’ai décidé que je ne renoncerais pas à vivre. J’ai fait le choix de la vie, de l’espoir et du bonheur. Je n’avais peut-être plus l’usage de mes jambes, mais je savais que je continuerais de me tenir debout. J’ai refait ma vie, j’ai relevé de nouveaux défis, j’ai changé et progressé comme humain. Je ne suis peut-être pas l’homme que je rêvais de devenir, mais je suis un homme comblé.»

Gilles Morin a choisi d’affronter ses démons. Il est entré en cure de désintoxication pour vaincre sa dépendance à l’alcool et aux drogues à la suite de son accident, puis a entrepris des études universitaires en droit. Parallèlement, il a découvert le basket-ball en fauteuil roulant et s’est illustré comme joueur d’élite au sein des équipes du Québec et du Canada. Il a aussi publié l’histoire de sa vie, intitulée «De l’autre côté du mur», rédigée par Louise Tremblay d’Essiambre. La sécurité routière est devenue une de ses priorités personnelles et professionnelles. Gilles Morin partage depuis plusieurs années son cheminement de vie en abordant notamment les conséquences des accidents de la route sur les victimes et leurs proches. «Je souhaite aider les jeunes à comprendre, à travers mes interventions, qu’ils ne sont pas invincibles malgré tout ce qu’ils peuvent penser. Une seule imprudence, un unique comportement téméraire sur la route peut les priver de leur vie de jeunesse, de leurs découvertes, de leurs espoirs, de leurs rêves, de l’avenir qu’ils souhaitent. Une vie de regrets, c’est une vie gâchée.»

Publicité


Publicité

Commentez cet article