Publicité

13 mai 2021 - 06:32

Route 132 : échanges corsés au conseil municipal de L’Isle-Verte

Andréanne Lebel

Par Andréanne Lebel, journaliste

La résolution demandant au ministère des Transports du Québec la restriction du trafic lourd en transit sur la route 132 et dans le périmètre urbain de L’Isle-Verte a refait surface et suscité de vifs échanges lors de la dernière séance du conseil municipal tenue le 11 mai.

La conseillère Sophie Sirois a demandé un moratoire sur l’adoption cette résolution datée du 13 avril afin de mener une consultation publique et une étude de rentabilité des commerces. Les quatre autres conseillers ont voté contre la résolution de leur collègue, tout comme la mairesse Ginette Caron qui s’y aussi est opposée.

À noter que la restriction du trafic lourd en transit sur la route 132 ne concerne pas les livraisons pour les entreprises résidentes. Les véhicules lourds auront toujours le droit d’entrer et de sortir de L’Isle-Verte s’ils y ont un lien d’affaires. Autrement, ils devront circuler par l’autoroute 20. De nombreux citoyens faisant partie du regroupement «Interdire le trafic lourd à L’Isle-Verte, pas n’importe comment» ont fait parvenir leurs questions par écrit au conseil municipal en prévision de la séance du 11 mai. Ils ont demandé si le conseil municipal s’était appuyé sur des études d’impact avant de prendre cette décision puisqu’ils craignent les effets négatifs sur l’achalandage des commerces de ce secteur.

La conseillère Sophie Sirois s’est vivement opposée au maintien de la décision du conseil municipal en lançant quelques sacres pour manifester sa frustration. Elle a dit être «énormément déçue» de la mairesse Ginette Caron lors de la séance, tout en indiquant que la population n’avait «jamais été consultée» concernant cet enjeu. Mme Sirois a aussi insinué que les membres du conseil municipal auraient caché des informations à la population.

La mairesse Ginette Caron a répliqué en soulignant qu’au cours des dix dernières années, le sujet a souvent été abordé au conseil municipal et que le dossier avait cheminé en collaboration avec le ministère des Transports, le Contrôle routier et les différents comités au cours des dernières semaines.

Ces orientations faisaient partie du plan d’urbanisme présenté à la population en 2017 et figuraient aussi dans la politique familiale de la municipalité et dans son plan de mobilité durable et de sécurité routière. Certains citoyens se demandent pourquoi la Corporation de développement économique et touristique de L’Isle-Verte et le comité consultatif d’urbanisme n’en ont pas été informés.

«À L’Isle-Verte, on n’est pas la seule municipalité qui fait ce changement. L’autoroute 20 est là pour enlever le surplus de véhicules en transit. Il faut l’utiliser. Je sais que dans le passé il y a des conseils municipaux qui ont travaillé très fort à L’Isle-Verte pour que l’autoroute 20 soit où elle est présentement. Nous on travaillerait contre cela ? Je ne suis pas d’accord». Mme Caron ajoute que cette modification permettra une accessibilité accrue aux commerces de la Municipalité puisqu’elle est présentée de pair avec un nouvel aménagement de la route 132 et une réduction de la vitesse. «Le développement se fait par le changement, c’est ce qu’on veut faire à L’Isle-Verte», a-t-elle complété.

Ainsi, malgré l’opposition du regroupement et de la conseillère, le conseil municipal continue de faire progresser ce dossier. Le député de Rivière-du-Loup-Témiscouata Denis Tardif a annoncé le 21 avril que Québec verserait une aide financière maximale de 406 301 $ pour la réalisation de nouveaux aménagements sur la route 132 à L’Isle-Verte.  

Publicité


Publicité

Commentez cet article