Publicité

11 mai 2021 - 10:47

Revitalisation des régions par les nouveaux diplômés

Maxime Blanchette-Joncas propose aux communes un incitatif alléchant

Le député de Rimouski-Neigette – Témiscouata – Les Basques, Maxime Blanchette-Joncas, a déposé vendredi dernier aux Communes le projet de loi C-295, modifiant la Loi sur l’impôt sur le revenu pour favoriser l’attraction et la rétention des nouveaux diplômés travaillant dans une région désignée. La mesure législative vise à accorder un crédit d’impôt à certains diplômés qui désireraient s’établir dans les régions éloignées des grands centres.

«Dans une région comme le Bas-Saint-Laurent, nous faisons face à une pénurie de main-d’œuvre spécialisée tout en étant confrontés à la dure réalité du vieillissement de notre population. Mon projet de loi viendrait corriger un tant soit peu cet état de fait, en plus de promouvoir la formation de la main-d’œuvre spécialisée. Ce ne sont pas tous les jeunes qui souhaitent poursuivre des études collégiales ou universitaires», a souligné en substance le député.

Bien au fait de la situation préoccupante dans sa région natale, qu’il représente aux Communes, Maxime Blanchette-Joncas avait déjà abordé le cœur de la question avec d’autres collègues, qui incidemment partageaient les mêmes inquiétudes. « Le dépôt de ce projet de loi constitue l’amorce d’une consultation plus large pour pallier la réalité qui se compliquera davantage si on n’agit pas. J’entends non seulement convaincre tous les députés du bien-fondé de mon initiative, mais c’est aussi et surtout une position qui est défendue depuis longtemps par le Bloc Québécois. Je prends maintenant le taureau par les cornes », a poursuivi Maxime Blanchette-Joncas.

Le projet de loi C-295 prévoit qu’un nouveau diplômé pourra obtenir un crédit d’impôt fédéral jusqu’à 3000 $ pour les deux années suivant l’obtention de son diplôme en s’établissant dans une région désignée, pourvu que l’emploi corresponde à son champ d’études. Le gouvernement du Québec a déjà promulgué de telles mesures avec des résultats probants, puisqu’en 2016 seulement, 25 000 jeunes en ont profité.

«Au Bloc Québécois, nous proposons que les richesses naturelles des régions y soient directement transformées pour assurer leur développement, comme notre plan de maximisation de la forêt en fait d’ailleurs la promotion. Il va de soi que nous militions également pour rapatrier et conserver dans nos régions leurs plus grandes richesses : l’énergie et le dynamisme porteurs d’avenir de nos jeunes!», a conclu monsieur Blanchette-Joncas.

 

 

Publicité


Publicité

Commentez cet article