Publicité

9 mai 2021 - 06:55

Une bonne saison acéricole… au Bas-Saint-Laurent

Mario Pelletier

Par Mario Pelletier, Journaliste

Toutes les réactions 1

La saison acéricole a débuté en trombe au milieu du mois de mars avec des températures bien au-dessus des normales. En dents de scie par la suite, elle a donné au final des résultats satisfaisants au Bas-Saint-Laurent.

«La majorité des acériculteurs ont eu une bonne saison», a mentionné Justin Plourde, président du Syndicat des producteurs acéricoles du Bas-Saint-Laurent.

«Il y a eu des coulées records en début de saison. Cependant le taux de sucre dans l’eau d’érable était très bas, ça en prenait davantage pour avoir la même quantité de sirop», a expliqué M. Plourde. «Après deux périodes de grosse chaleur, la plupart des acériculteurs avaient arrêté de produire entre le 15 et le 20 avril», a-t-il noté.

Évaluation similaire de la part d’Andréanne Ouellet, agronome et coordonnatrice du Club d'encadrement technique en acériculture de l'Est. «Les gens ont travaillé très fort pour sortir la même quantité de sirop. De plus, la chaleur a arrêté la production prématurément, ce qui a affecté le moral des troupes», a commenté Mme Ouellet.

Le président du Syndicat a indiqué que les producteurs ont enregistré des baisses en 2021 de l’ordre de 10 à 15 % comparativement à 2020 qui fut cependant une année record. «La qualité du sirop est là», a-t-il ajouté. Si le Bas-Saint-Laurent s’en tire plutôt bien, ce n’est pas le cas des régions à partir de Québec vers l’ouest de la province. «Pour eux c’est pratiquement une catastrophe. La chaleur est arrivée rapidement, ils ont eu du sirop foncé et environ 50 % moins en quantité que l’an dernier», a souligné Justin Plourde.

Ce fut la même chose aux États-Unis ce qui a semblé causer un peu de panique sur le marché. «On a du sirop en masse dans la réserve, le Québec est capable de fournir le marché. Je ne prévois pas de hausse de prix pour le consommateur sauf l’augmentation en lien avec le taux d’inflation», a expliqué le président. «Pour les producteurs, nous avons une entente de trois ans sur le prix que l’on va avoir», a-t-il ajouté.

Le Bas-Saint-Laurent est la deuxième région productrice de sirop d’érable en importance au Québec avec ses 9 500 000 entailles et ses 554 producteurs. «La moyenne d’entailles d’une érablière au Québec est de 5 000, ici au Bas-Saint-Laurent elle est à 15 000 entailles. Il y a beaucoup de producteurs qui ont entre 60 000 et 100 000 entailles, même certains encore plus», a conclu le président du Syndicat des producteurs acéricoles du Bas-Saint-Laurent.
 

Publicité


Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

1 réactionsCommentaire(s)
  • Je lève mon chapeau à tous les producteurs acéricoles du Québec qui
    investissent des sommes importantes
    dans leurs équipements de production et qui par suite s'en remettent à Dame Nature
    pour leurs productions. Félicitations à vous
    producteurs et productrices.

    Hudon Daniel - 2021-05-10 08:58