Publicité

6 mai 2021 - 06:50

L’incertitude plane sur les camps de vacances de la région

Andréanne Lebel

Par Andréanne Lebel, journaliste

Toutes les réactions 1

L’Association des camps du Québec (ACQ) a demandé le 5 mai au gouvernement provincial d’octroyer une aide financière totalisant 10 M$ en soutien aux camps de vacances et aux camps de jour. Dans la région, cette aide serait la bienvenue pour le Camp Richelieu Vive la Joie de Saint-Modeste et le Camp musical de Saint-Alexandre, qui se trouvent dans des situations financières précaires.

Le Camp Richelieu Vive la Joie de Saint-Modeste a pu compter sur le camp de jour afin de poursuivre ses activités l’été dernier, ce qui a permis de sauver la mise. La directrice générale Andrée-Anne Marcoux confirme que le processus d’inscription est commencé depuis le mois de mars pour l’ouverture des camps de jour en juin. «C’est sûr qu’on est serré. On était parmi les chanceux et on a pu être ouvert l’an dernier. Si nous n’avons pas d’aide au cours de l’été, nos revenus ne seront pas suffisants pour couvrir les couts obligatoires», explique-t-elle. Le début du camp de jour est prévu le 28 juin pour une durée de huit semaines. En ce qui concerne les camps de vacances, une possible levée du décret ministériel permettrait de déterminer s’ils peuvent avoir lieu cet été.

«Il commence à se faire tard, on attendait une réponse à la fin avril. On est un camp plus petit, donc les changements peuvent se faire assez rapidement. Ça demande beaucoup de réorganisation et de gestion de personnel. C’est un peu un casse-tête parce qu’on veut s’assurer de faire la bonne chose et que tout le monde soit en sécurité», ajoute Andrée-Anne Marcoux. Les jeunes qui s’inscrivent au camp de vacances du Camp Vive la Joie proviennent habituellement de partout au Québec et sont hébergés sur place. Les protocoles devront ainsi être ajustés en fonction des balises fournies par l’ACQ et la santé publique.

L’ouverture du camp de jour l’été dernier a permis au Camp Vive la Joie de bénéficier d’une longueur d’avance pour s’assurer du respect des mesures sanitaires en vigueur. Les protocoles ont été appliqués l’an dernier et les façons de fonctionner sont déjà implantées.

«On commence à être juste pour les délais. On voudrait une réponse dans la prochaine semaine afin de pouvoir ouvrir», complète Mme Marcoux. Cette dernière se montre optimiste en raison de la progression de la campagne de vaccination de la population générale dans la province. La Camp Vive Lajoie a reçu un groupe d’une trentaine d’enfants inscrits à son camp de jour, en plus une cinquantaine de jeunes faisant partie du camp de jour de la municipalité de Saint-Modeste l’été dernier.

SE RÉINVENTER

De son côté, le Camp musical Saint-Alexandre a fait le choix de se réinventer. Cet été, plutôt que d’offrir un service de camp de vacances, il s’est réorienté vers les séjours en bulle familiale dans ses installations. «Avec près de 300 000 $ de frais fixes par année, sans revenus ou presque parce qu’on est fermé par décret gouvernemental…c’est sûr qu’on va avoir besoin d’aide», explique le directeur du Camp musical Saint-Alexandre, Mathieu Rivest. Ce dernier estime qu’un changement de formule vers un camp de jour n’était pas viable ni adapté à la réalité du Camp musical Saint-Alexandre. 

Les séjours familiaux seront disponibles à partir du 6 mai en soirée sur le site Web du Camp musical. Les dortoirs et les chalets ont été réaménagés en conséquence. La cafétéria ne sera pas ouverte, mais les responsables veulent implanter une formule de boite à lunch en collaboration avec des partenaires locaux qui seront annoncés prochainement.

Pour le moment, la location de chalets se déroule sans services. Selon les prochaines annonces gouvernementales, M. Rivest croit que des cours, des ateliers, des activités ou de la formation musicale pourraient éventuellement être intégrés dans l’offre. Un partenariat avec Zone Aventure est aussi dans les plans. Plusieurs confirmations restent encore à obtenir avant que le tout ne puisse se concrétiser.

Le but recherché par les responsables était avant tout de relancer le Camp musical Saint-Alexandre en misant sur des vacances familiales avec de la location du dimanche au vendredi. Les visiteurs pourront alors profiter d’un pied à terre au Kamouraska. 

Les revenus du Camp sont en baisse marquée depuis l’an passé. Il a servi au cours des derniers mois à accueillir des artistes en résidence ou encore à héberger des travailleurs. Selon Mathieu Rivest, ce n’est pas comparable à un achalandage d’une centaine de jeunes hébergés pendant plusieurs jours au Camp pour une formation musicale. «Je trouve ça d’une tristesse incroyable. Il y a des milliers d’enfants qui attendent l’été avec impatience, pour qui c’est le moment de venir s’épanouir et de vivre des expériences différentes de celles de l’école», conclut-il.

DEMANDES PROVINCIALES

Des 10 M$ demandés cette année par l’ACQ, 4 M$ seraient versés aux camps de jour afin de les aider à opérer en respectant les mêmes mesures sanitaires que l’an dernier. «En cette année particulière, nous avons la ferme conviction que les camps font partie des solutions aux problèmes de santé mentale auxquels font face nos jeunes et au stress des familles. Mais pour réussir, nous avons besoin du soutien du gouvernement », souligne par communiqué Éric Beauchemin, directeur général de l'ACQ.

Il demande aussi au gouvernement de mettre fin à l’incertitude concernant la réouverture des camps de vacances. Un décret les empêche présentement de rouvrir. Les 6 M$ demandés pour les camps de vacances serviraient à financer la mise en œuvre du protocole et un soutien en cas de fermeture temporaire pendant l'été. Pour les camps de vacances qui ne pourraient rouvrir malgré la levée du décret, l'aide financière servirait à éponger leurs couts fixes afin de survivre à la crise, comme ce fut le cas en 2020. L'an dernier, une aide d'urgence totalisant 13,7 M$ avait été versée aux camps certifiés du Québec.

Publicité


Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

1 réactionsCommentaire(s)
  • Vius avez hâte de sortir vos enfants de lieux de contamination et déjà vous voulez les envoyer en camp de vacances . Laissez les respirer.

    Clarra dube - 2021-05-06 07:47