Publicité

2 mai 2021 - 15:46

Des outils visant la sensibilisation à maltraitance envers les personnes proches aidantes

Le Regroupement des aidants naturels du Québec (RANQ) a lancé les premiers outils québécois visant la sensibilisation à maltraitance envers les personnes proches aidantes. Le rôle de proche aidant peut constituer une expérience enrichissante d’engagement pour autrui et d’amour positive, mais il comporte aussi des risques de subir de la maltraitance.

Une importante recherche-action a donné lieu à la conception d’outils de sensibilisation uniques au monde. À l’usage des acteurs œuvrant auprès des personnes proches aidantes, de l’entourage et des personnes proches aidante elles-mêmes, ces outils permettent d’ouvrir la discussion sur ce phénomène problématique et guide les interventions.

La maltraitance envers les personnes proches aidantes peut se manifester de nombreuses façons, que ce soit par des jugements sur leurs façons de faire, la dénégation de leur expertise, l’absence de soutien, l’imposition du rôle, etc. Cette maltraitance peut venir des institutions, de la personne aidée, de l’entourage, mais aussi de la personne proche aidante elle-même, si elle ne parvient pas à répondre à ses besoins personnels.

«La bientraitance envers les personnes proches aidantes est ainsi une responsabilité partagée et s’ancre dans leur reconnaissance sociale et les politiques publiques. Dans le cadre de ce projet, nous souhaitons faire la promotion d’attitudes et de comportement positifs et respectueux à l’égard des personnes proches aidantes. Les outils ainsi créés permettent la sensibilisation mais nous avons aussi bonne espoir que le plan d’action qui fait suite à la politique nationale de soutien aux personnes proches aidantes déposée le 22 avril dernier, agisse de manière importante à modifier les structures, les cultures ou les pratiques qui entrainent de la maltraitance», déclare Mélanie Perroux, directrice générale du RANQ.

La recherche-action, menée par les chercheuses Sophie Éthier (Université Laval) et Marie Beaulieu (Université de Sherbrooke et Chaire de recherche sur la maltraitance envers les personnes ainées), a mobilisé 433 personnes proches aidantes et intervenant(e)s dans 11 régions administratives du Québec.

 

Publicité


Publicité

Commentez cet article