Publicité

2 mai 2021 - 11:55

Déplacement des usagers : ajustement pour mieux répondre aux besoins des personnes en région

Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, a annoncé un investissement de 10 millions $ et des ajustements à la Politique de déplacement des usagers du réseau de la santé et des services sociaux afin de mieux répondre aux besoins des personnes en région. Il s'agit d'une première révision depuis 2011.

Les ajustements prévoient notamment une augmentation des compensations offertes pour les cas électifs. Cette augmentation concerne la compensation pour le cout d'une nuitée, qui passe de 75 $ à 108 $. Le montant pour un accompagnateur passe également de 20 $ à 46,25 $, et la compensation pour les déplacements routiers passe de 0,13 $ à 0,20 $ le kilomètre.

Rappelons que tout déplacement vers un établissement du réseau se fait aux frais de la personne transportée, à moins qu'elle ne soit admissible à un programme de soutien financier gouvernemental, ces déplacements n'étant pas couverts par la Régie de l'assurance maladie du Québec.

La Politique constitue l'un de ces programmes et détermine le cadre général que devront respecter les établissements. Les changements apportés visent également à ajuster l'offre de services régionale, notamment par la réorganisation de la structure du réseau et la création d'établissements régionaux. Aussi, dans l'objectif de réduire le recours aux déplacements systématiques des personnes d'une région vers un grand centre, la politique inclut désormais la notion de téléconsultation.

La Politique précise les règles et les particularités liées au déplacement d'un usager dans certaines situations, notamment : s'il a plus de 65 ans;  s'il reçoit des soins de fin de vie;  s'il est en situation d'éloignement géographique de plus de 200 km;  s'il reçoit des traitements oncologiques;  s'il est en attente de greffes ou en suivi consécutif à une greffe;  s'il est un Autochtone qui s'adresse au Conseil cri de la santé et des services sociaux de la Baie-James et à la Régie régionale de la santé et des services sociaux du Nunavik.

 

Publicité


Publicité

Commentez cet article