Publicité

27 avril 2021 - 08:00 | Mis à jour : 28 avril 2021 - 10:14

Rivière-du-Loup lance une offensive de recrutement de responsables en services de garde

Andréanne Lebel

Par Andréanne Lebel, journaliste

La Ville de Rivière-du-Loup a lancé le 26 avril une initiative de recrutement de responsables de services de garde en milieu familial. À l’aide de divers incitatifs et d’une trousse de démarrage payée, elle souhaite en convaincre 15 nouvelles à se lancer afin de combler les besoins criants dans la région.

«Avec une quinzaine de responsables en milieu familial, si on a la chance d’en avoir parmi elles qui sont capables d’offrir neuf places avec une assistante, c’est presque 100 places qu’on serait capable de donner rapidement aux parents de Rivière-du-Loup», estime la directrice générale du Centre de la petite enfance de Rivière-du-Loup, Marie-Claude Desbiens.

Une aide financière totalisant 15 000 $ sera investie afin de faire la promotion de la profession (une vidéo a été lancée à ce propos), d’offrir les formations nécessaires gratuitement et de fournir une trousse de démarrage aux personnes intéressées. Elle est fournie en trois parts égales par la Ville, le Centre local de développement de la région de Rivière-du-Loup et la Société d’aide au développement des collectivités de la MRC de Rivière-du-Loup.

Selon Marie-Claude Desbiens, déjà deux futures responsables en milieu familial se sont manifestées afin de participer à cette initiative. Au cours de la dernière année, une dizaine d’entre elles ont quitté le métier. Certaines ont pris leur retraite, tandis que d’autres ont été freinées par la pandémie, les mesures sanitaires et leur état de santé précaire. Le secteur de Rivière-du-Loup se retrouve donc avec un déficit de cinq responsables en milieu familial par rapport à l’an dernier et les banques de candidatures sont pratiquement à sec.

AIDE AU DÉMARRAGE

Le kit de départ offert par ce projet représente une économie d’environ 500 $ de frais de démarrage. «Les responsables doivent obtenir une formation de 45 heures avant de commencer à opérer. Elle concerne le développement de l’enfant, la programmation d’activités, la santé et la sécurité, l’aménagement des lieux», explique Mme Desbiens. Elles doivent aussi suivre une formation de secourisme et du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec concernant l’offre alimentaire. Un logiciel comptable, une trousse de premiers soins, un extincteur et un détecteur de monoxyde de carbone font aussi partie de cette trousse.

La mairesse de Rivière-du-Loup, Sylvie Vignet, estime qu’un changement majeur est nécessaire afin de répondre à la pénurie de places en services de garde, mais aussi au manque d’éducatrices et de responsables en milieu familial. «C’est notre population qui en souffre, donc on essaie de faire notre part au niveau municipal avec nos organismes si on peut réussir à débloquer une centaine de places», ajoute-t-elle.

Les trois CPE du secteur de Rivière-du-Loup ont déposé en janvier dernier des projets totalisant 99 nouvelles places au ministère de la Famille. La Ville veut aussi déposer un autre projet de garderie non subventionnée de 80 places dont les parents auraient droit à des crédits d’impôts, en collaboration avec des entreprises de la région.

«Il faut se prendre en main dans le milieu. Un projet de garderie comme ils sont déjà montés, c’est environ trois ans à mettre sur pied. Les parents ne peuvent pas se permettre d’attendre trois ans ou même deux ans pour avoir une place en garderie pour leur poupon», conclut Sylvie Vignet. Cette dernière indique que la Ville propose une avenue rapide afin de dénouer l’impasse des parents qui désirent retourner sur le marché du travail. Environ 500 enfants sont inscrits sur la liste d’attente de la Place 0-5 ans dans la MRC de Rivière-du-Loup et 131 naissances sont à venir. Tous les milieux familiaux accrédités affichent présentement complets au CPE de Rivière-du-Loup.

Les personnes intéressées à devenir responsables de services de garde éducatifs accrédités par le CPE de Rivière-du-Loup peuvent communiquer avec Thérèse Dubé au 418-862-7553, poste 103 ou par courriel à [email protected]

Le 26 avril, le ministre de la Famille Mathieu Lacombe et le ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale Jean Boulet ont annoncé un plan d’action totalisant 64 M$ pour répondre aux besoins de main-d’œuvre qualifiée dans le réseau des services de garde éducatifs à l’enfance. Cette enveloppe comprend entre autres la mise en place d’une formation rémunérée en alternance de travail-études de 2 400 membres du personnel éducateur (45 M$) d’ici 2024, l’octroi de bourses d’études de 2 300 $ lors de la réussite des 1er et 2e stage en Techniques d’éducation à l’enfance (11,6 M$) et un montant de 5 M$ pour valoriser et faire la promotion du métier d’éducatrice.

Publicité


Publicité

Commentez cet article