Publicité

18 avril 2021 - 06:55

Détresse psychologique: la Fondation Jeunes en Tête amorce sa tournée annuelle au Bas-Saint-Laurent

Dominique Côté

Par Dominique Côté, Journaliste de l'Initiative de journalisme local

Au moment où la santé mentale des adolescents est mise à rude épreuve par la pandémie, la Fondation Jeunes en Tête amorce sa tournée annuelle des écoles secondaires du Bas-Saint-Laurent afin de mieux outiller les jeunes et ainsi prévenir la détresse psychologique. Deux écoles secondaires du KRTB feront partie des établissements ciblés dans la région.

Du 8 au 23 avril, les animateurs de la Fondation Jeunes en Tête rencontreront virtuellement plus de 1 400 élèves des écoles secondaires dans la région et présenteront l’atelier «La base pour la santé mentale». Développé de concert avec des experts scientifiques, cet atelier de sensibilisation offre aux jeunes des outils pour prendre soin de leur santé mentale au quotidien. L’organisme présentera virtuellement l’atelier aux élèves de deux écoles secondaires du KRTB, soit l’École secondaire de Rivière-du-Loup, où 360 jeunes pourront participer, ainsi que la Polyvalente de La Pocatière, qui impliquera une soixantaine d’élèves. 

En engendrant des conséquences sociales importantes, telles que l’isolement, la perte d’activités sportives et l’augmentation du temps d’écran, la pandémie n’a fait qu’exacerber la détresse psychologique chez les jeunes. Les signes d’anxiété généralisée, voire de dépression majeure, étaient déjà en hausse. Près d’un jeune sur cinq souffrait de symptômes liés au trouble d’anxiété généralisée ou de dépression majeure avant la pandémie et, depuis la dernière année, cette donnée a bondi à un jeune sur deux. 

Depuis des décennies, la détresse psychologique chez les adolescents est un phénomène grandement préoccupant. En effet, 50 % des problèmes de santé mentale débutent avant l’âge de 14 ans et 75 % avant 24 ans. De plus, 70 % des jeunes qui souffrent de dépression n’en parlent pas par peur de jugement ou de rejet. Autre donnée alarmante : le suicide est la deuxième cause de mortalité chez les 15-29 ans. 

Constatant ces chiffres inquiétants, la Fondation souhaite sensibiliser la population à la prévention et à l’importance de fournir des outils aux adolescents à travers son atelier.

«La bonne nouvelle, c’est que beaucoup de chemin a été parcouru pour déstigmatiser l’enjeu de la santé mentale et briser les tabous. On en parle plus que jamais cette année. Si la pandémie peut permettre une prise de conscience et mener à des actions durables pour nos jeunes, ce sera au moins cela de gagné», souligne Mélanie Boucher, directrice générale de la Fondation Jeunes en Tête.

UNE EXPERTISE RECONNUE DEPUIS PLUS DE 20 ANS

Depuis leur création en 1998, les ateliers de la Fondation Jeunes en Tête ont déjà permis de rencontrer plus de 1,2 million de jeunes, dont près de 39 000 du Bas-Saint-Laurent. L’organisme, créé il y a plus de 20 ans, a pour mission de prévenir la détresse psychologique des jeunes de 11 à 18 ans au Québec, notamment en donnant des ateliers de sensibilisation dans les écoles secondaires de toutes les régions et en offrant du contenu éducatif en ligne pour les adolescents, leurs parents, leurs familles et le personnel scolaire. La Fondation soutient également des organismes communautaires reconnus sur le terrain et complémentaires à leurs actions, créant une synergie entre les acteurs de l’aide à la jeunesse et maximisant leur impact.

 

 

Publicité


Publicité

Commentez cet article