Publicité

7 octobre 2020 - 06:54 | Mis à jour : 12:59

Semaine de la prévention des incendies

Parce qu’une fenêtre peut être une question de (sur)vie

François Drouin

Par François Drouin, journaliste

Twitter François Drouin

Dans le cadre de la 30e Semaine de la prévention des incendies qui se tient du 4 au 10 octobre, le Service de sécurité incendie de Rivière-du-Loup axe son message sur l’évacuation et la responsabilité des propriétaires à s’assurer que les sorties soient accessibles et dégagées, notamment avec des fenêtres répondant à la norme Egress.

COVID-19 oblige, le SSIRDL qui avait prévu tenir différents kiosques d’information à ce sujet a dû revoir ses plans. Sous le thème national «Le premier responsable, c’est toi!» Le service incendie convie les citoyens à se pencher sur l’évacuation de leur résidence, particulièrement l’évacuation du sous-sol.

«En cas d’incendie, vous avez moins de 3 minutes pour sortir ! De là l’importance d’avoir des avertisseurs de fumée en fonction, mais aussi de s’assurer que chaque chambre ait une fenêtre incluant celles du sous-sol suffisamment grande pour permettre une évacuation rapide et qu’elle soit dégagée en toutes saisons», lance le préventionniste et capitaine du Service de sécurité incendie de Rivière-du-Loup, Éric Deschênes.

Selon ce dernier, de nombreuses maisons ne sont pas équipées de telles fenêtres, surtout au sous-sol. L’initiative du SSIRDL est de sensibiliser les propriétaires qui sont sur le point de procéder à des travaux de rénovation, ou à construire une chambre au sous-sol de cette norme Egress, présente dans le Code national du bâtiment depuis le milieu des années 80.

«Ton corridor de sortie en cas de feu peut être inaccessible. Fracasser une fenêtre pour s’extirper d’un sous-sol, c’est s’assurer de profondes lacérations et d’importantes blessures. La vitre ne casse pas comme du verre trempé. Cette fenêtre dans la chambre doit permettre à son occupant d’évacuer rapidement et en toute sécurité», souligne l’officier.

Ce dernier se dit préoccupé par le nombre de ménages qui ont installé des chambres  d’enfants dans les sous-sols de leur résidence sans se préoccuper de la fenêtre et du facteur d’évacuation. «Tu couches les enfants au sous-sol, un incendie éclate et tu n’as plus d’accès au sous-sol, il se passe quoi ? Est-ce qu’ils sont en mesure de sortir ?»

NORME EGRESS

La norme Egress s’applique à toutes les pièces qui sont utilisées comme chambre dans une maison afin d’en faciliter l'évacuation en cas d'incendie. Elle ne s'applique donc pas à la cuisine, à un bureau ou encore à votre salon.

Cette norme impose une ouverture dégagée réelle dont l’aire minimum est fixée à 0,35 mètre (à titre d’exemple, de 15 pouces sur 36 pouces, pour une aire de 540 pouces carrés). Il s’agit donc de la surface de l’ouverture de la fenêtre qu’elle soit à battants, coulissante ou encore à guillotine.

«Il y a la dimension, mais il y a aussi d'autres exigences, dont le mécanisme d’ouverture, sa hauteur intérieure, son positionnement par rapport à l'extérieur», rappelle le capitaine Deschênes.

Il est à noter que les fenêtres de coffrages coulées dans le béton de dimensions courantes sont de 1325 mm x 610 mm (52 x 24 po) ou 1325 mm x 610 mm. Elles offrent donc une ouverture généralement insuffisante, puisqu’il est question d’une ouverture nette d’environ 24 x 19 = 456 po2 pour servir d’issue.

Ainsi, la fenêtre doit s’ouvrir de l’intérieur et sans outils. Elle ne doit pas être placée à plus de 1,5 m du sol (5 pieds) et si elle se trouve plus haute dans un sous-sol, une marche ou un élément rehausseur doit y être placé en tout temps pour faciliter l’accès.

Dans le cas d’une margelle, une distance de 76 centimètres (30 pouces) doit être respectée avec le devant de la fenêtre pour un passage suffisant. «Ce sont souvent des margelles de 22 pouces qui sont installées, il faut absolument privilégier une margelle qui permet l'ouverture d'une fenêtre de 15 pouces et l'évacuation de l'occupant. À 22 pouces, c'est impossible, la personne va demeurer coincée», souligne M. Deschênes.

Ce dernier précise que si votre chambre au sous-sol ne dispose pas d'une fenêtre, la pièce doit minimalement être munie d'une porte donnant directement sur l'extérieur ou encore être équipée de gicleurs.

Pour connaitre la superficie de votre fenêtre, il suffit de multiplier l'espace ouvrable de sa hauteur par sa largeur. «À Rivière-du-Loup, nous ne sommes pas en mode répression, nous privilégions plutôt la prévention et l’éducation», rappelle l'officier du SSIRDL.

Le principe à retenir, c'est que la fenêtre doit permettre à un adulte de bonne taille comme à un enfant d'évacuer rapidement en cas d'urgence.

 

Publicité


Publicité

Commentez cet article