Publicité

16 juin 2020 - 10:02

Le beau temps s’installe et le danger d’incendie grimpe

En ce début de semaine ensoleillé, la Société de protection des forêts contre le feu (SOPFEU) lance un appel à la prudence auprès de la population. Une crête anticyclonique s’installe sur la province et apportera du temps sec et chaud pour plusieurs jours.

L’absence de précipitations et un bas taux d’humidité relative feront augmenter le degré de vulnérabilité de la forêt sur l’ensemble de la province. D’ici mardi, certains secteurs, tels Matagami, Chibougamau, La Tuque, la Côte-Nord et la péninsule Gaspésienne atteindront un niveau de danger d’incendie «extrême». Ces conditions météorologiques favoriseront l’éclosion d’incendies en forêt et à proximité de celle-ci. Dès que le danger d’incendie affiche «élevé», l’organisme de protection recommande d’éviter de faire des feux.

Pour le moment, il n’y a pas d’interdiction formelle de faire des feux à ciel ouvert au Québec. Les conditions fraîches et humides des deux dernières semaines ont donné un répit à la forêt qui a été durement touchée en début de saison. Cependant, la SOPFEU souligne que les réserves fauniques, parcs, zecs et municipalités ont le droit de réglementer l’utilisation du feu sur leur territoire ; cela inclut notamment les brûlages de rebuts, les feux à ciel ouvert, les feux de cuisson et les feux d’artifice. Les citoyens et visiteurs doivent toujours s’informer des règlements et restrictions en vigueur.

Lorsque cela est permis, l’emplacement le plus sécuritaire pour faire un feu est dans un foyer muni d’un pare- étincelles avec des trous pas plus gros qu’un centimètre carré. Que ce soit dans un foyer ou un feu de camp, un feu doit toujours être fait sur un sol bien dégagé de tout combustible, à l’abri du vent et avec une surveillance constante. La SOPFEU rappelle également qu’il faut toujours bien l’éteindre avec de l’eau et du sable avant de quitter les lieux.

Depuis le début de la saison de protection, 385 incendies ont été allumés affectant 571,3 hectares de forêt et 99% de ces incendies sont imputables à l’activité humaine. En moyenne, la SOPFEU enregistre à cette période de l’année 206 incendies pour 22 848,8 ha de forêt touchée.

Publicité


Publicité

Commentez cet article