Publicité

3 juin 2020 - 06:55

Division à l’AQDR nationale : le président par intérim donne sa version

Mario Pelletier

Par Mario Pelletier, Journaliste

Le 29 avril dernier, 6 des 11 membres du conseil d’administration provincial de l’Association québécoise de défense des droits des personnes retraitées et préretraitées (AQDR) ont démissionné dont René Bélanger, président du secteur Rivière-du-Loup. Pierre Lynch, président national par intérim, a donné sa version en regard de la division qui ne semble pas s’atténuer au sein du mouvement.

«Le 19 mars, suite à la déclaration de l’urgence sanitaire du gouvernement du Québec confinant les ainés chez eux, j’ai soumis une proposition au CA pour apporter des aménagements au processus de dépôt des candidatures afin de permettre à tous les membres intéressés de déposer leur candidature. L’aménagement en question était minime; le processus en place obligeait les gens à acheminer leur candidature par poste recommandée; ma proposition demandait qu’on permette cet acheminement par courriel avant la date butoir du 29 mars», a expliqué le président par intérim.

«Le 28 mars, soit une journée avant la date butoir de réception des candidatures, le CA a refusé ma proposition. La présidente (Judith Gagnon, représentant l’AQDR Québec) a elle-même soumis une proposition annulant l’AGA prévue les 2 et 3 juin et reportant le tout les 6 et 7 octobre 2020; de plus, elle a modifié la date butoir de soumission des candidatures au 12 aout 2020. Enfin, l’autre réunion annuelle du mouvement, soit l’assemblée des présidents qui devait se tenir les 6 et 7 octobre 2020 a été annulée, ce qui est contraire aux règlements (règle 2.14) de notre association stipulant la tenue obligatoire de cette rencontre, comme ce fut le cas au cours des 30 dernières années», a poursuivi M. Lynch.

CASSURE DANS LES RELATIONS

C’est à ce moment que la cassure au niveau des relations devenues tendues entre les dirigeants de la grande région de Montréal et ceux provenant de plusieurs régions du Québec s’est davantage fait ressentir. «En raison de la COVID-19, nous voulions reporter en octobre l’AGA qui était prévue en juin, une décision qui n’était pas partagée par les quatre membres du CA provenant de la région de Montréal», a expliqué René Bélanger, président de la section Rivière-du-Loup. L’organisme louperivois, qui compte environ 450 membres, continuera ses activités quand la pandémie COVID-19 se sera atténuée et que le gouvernement du Québec le permettra. Les sections AQDR sont des compagnies sans but lucratif autonomes et sont totalement responsables de leur financement.

L’AQDR compte environ 24 000 membres retraités et préretraités regroupés dans 38 sections au Québec. Elle est présente depuis plus de 40 ans. M. Lynch espère bien ramener l’harmonie et poursuivre les activités du mouvement provincial. Comme il semblait ne plus avoir quorum sur le CA national, Pierre Lynch a fait réaliser des vérifications qui lui ont permis de constater que les «lettres patentes» de l’organisme, qui dataient de nombreuses années, permettaient la poursuite des activités avec seulement trois administrateurs. Puisqu’il y avait trois membres du CA toujours en poste, on a décidé de tenir une AGA extraordinaire le 20 mai dernier avec plus de 70 délégués en ligne, afin de modifier les règlements pour la formation d’un CA de 11 personnes et de ramener l’AGA régulière le 3 juin, toujours de façon virtuelle. «Nous voulions la reporter en octobre en raison du virus, on voulait les gens en personne. Par Zoom, ce ne sont pas tous les ainés qui sont familiers avec ça», a pour sa part noté le représentant louperivois.

POINTS DE VUE DIVERGEANTS

«Il s’agit plutôt de points de vue divergents entre administrateurs, ce qui est normal et sain lors de débats dans un conseil d’administration. Certains administrateurs ont présenté des arguments basés sur le respect des lois et des règlements de l’Association en vigueur. L’article 98,2,a de la loi des Compagnies stipule qu’un bilan financier ne doit pas être plus vieux que 4 mois après la date de fin d’année financière lors de la tenue d’une AGA; dans notre cas, l’année financière se termine le 31 mars; par conséquent la date la plus tardive pour une AGA serait le 31 juillet 2020», a souligné le président par intérim.

Au cours des dernières semaines, cinq personnes ont soumis leur candidature en vue de l’AGA du 3 juin pour siéger sur le CA, trois proviennent de la Montérégie, une de Laval et une de Montréal. «Les sections de Québec et de Chicoutimi ne seront pas représentées lors de l’AGA», a confirmé le président par intérim. À Rivière-du-Loup, René Bélanger a aussi indiqué qu’aucun représentant de la section louperivoise n’y participera, une décision prise à l’unanimité par les administrateurs en réunion téléphonique, un mouvement qui pourrait être suivi par plusieurs sections.

RISQUE D’ÉCLATEMENT

Le risque d’éclatement est de plus en plus présent, comme ce fut le cas à une certaine époque pour la Fédération de l’âge d’or du Québec (FADOQ). On se souviendra que l’Est du Québec a alors fondé son propre regroupement aujourd’hui connu sous l’appellation Carrefour des 50 ans + regroupant une centaine de clubs affiliés.

«Ce n’est pas le temps de quitter le navire au moment où les ainés en ont le plus besoin», a commenté Pierre Lynch qui a également mentionné qu’une commission itinérante sur l’hébergement et les soins aux ainés est planifiée à l’automne par l’AQDR.

«C’est une chose possible, en y allant par étapes», a pour sa part conclu René Bélanger à propos de la création d’un regroupement indépendant de l’AQDR nationale et représentant plusieurs régions du Québec.

Publicité


Publicité

Commentez cet article