Publicité

23 mai 2020 - 06:32

Danger d’incendie extrême pour le KRTB

Prudence. C’est le mot d’ordre actuellement sur le territoire du KRTB, alors que la Société de protection des forêts contre le feu (SOPFEU) indique que le risque d'incendie atteint le niveau extrême pour la majorité du territoire québécois, dont le Bas-Saint-Laurent.

Un indice de dangerosité extrême signifie qu'un incendie pourrait se propager à grande vitesse et devenir incontrôlable. Ce n’est pas une bonne nouvelle, alors qu’un nombre d’incendies beaucoup plus élevé qu’à l’habitude a été enregistré depuis le début du printemps.

Selon la SOPFEU, la situation des prochains jours est encore plus préoccupante puisque les prévisions météorologiques vont maintenir les conditions propices à l’éclosion d’incendies. Des températures élevées, l’absence de précipitations et des taux d’humidité très bas favoriseront l’éclosion d’incendies au cours des prochains jours.

Elle rappelle également qu’au printemps, la verdure n’est pas encore présente partout. Les feuilles mortes et les herbes sèches sont hautement inflammables. Il ne suffit que de quelques heures d’ensoleillement et d’un peu de vent pour assécher les broussailles et faire augmenter le danger d’incendie, même dans les endroits où la neige vient tout juste de disparaître.

INTERDICTION DE FEUX À CIEL OUVERT

L’organisme souligne que les citoyens doivent être conscients des risques associés aux brûlages et aux feux d’ambiance ou aux feux de camp. Il est donc demandé à la population de redoubler de prudence, d’éviter les brûlages de rebuts ou de matières résiduelles et de respecter l’interdiction de faire des feux à ciel ouvert qui a cours dans les régions où le couvert de neige a disparu. 

La SOPFEU réitère aussi que même si les autorités de la Santé publique autorisent maintenant les petits rassemblements à l’extérieur, les feux de camp demeurent interdits là où la restriction est en vigueur.

Depuis le début de la saison de protection, 236 incendies ont été allumés affectant 254,1 hectares (ha) de forêt, dont 100 % sont imputables à l’activité humaine. En moyenne, la SOPFEU enregistre à cette période de l’année, 134 incendies pour 1751,8 ha de forêt touchée.
 

Publicité


Publicité

Commentez cet article