Publicité
11 mars 2020 - 06:32

Pâtes et papiers : une bonne nouvelle pour le CFPPA

À compter de septembre 2020, le programme d’études en Pâtes et papiers pourra être dispensé, pendant trois ans, par le Centre de formation professionnelle Pavillon-de-l’Avenir (CFPPA). La Commission scolaire de Kamouraska–Rivière-du-Loup en a récemment obtenu la confirmation de la part du ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur (MEES). 

«L’obtention de ce programme procurera une stabilité accrue dans l’offre de formation régionale. De plus, nous pourrons plus aisément recruter des élèves, notamment aux quatre coins de la province, et ce, dans le but de constituer des cohortes comptant un nombre maximal de participants, c’est-à-dire 22. Il s’agit d’une bonne nouvelle pour notre centre et pour les entreprises de ce secteur d’emploi», a souligné Antoine Déry, directeur général de la Commission scolaire de Kamouraska–Rivière-du-Loup. 

Selon des statistiques récentes de Services Québec Bas-Saint-Laurent, près de 100 %  des finissants obtiennent un emploi à temps plein dans ce secteur d’activité.

Le CFPPA offrait déjà ce programme d’études depuis 2001 à sa clientèle, et ce, par un emprunt de formation auprès d’une autre commission scolaire. L’autorisation reçue change la donne : «L’autorisation du ministère nous permet de mieux développer notre expertise dans le domaine des pâtes et papiers et d’adapter notre formation aux besoins des travailleurs de l’industrie de la région. Nous pourrons, par la suite, diffuser cette expertise partout au Québec», a expliqué Benoit Ouellet, directeur du CFPPA. 

En termes d’adaptation de la formation en Pâtes et papiers, les spécialistes de contenu du CFPPA ciblent, entre autres, la transformation numérique, et ce, dans plusieurs compétences du programme. Les nouvelles technologies déjà implantées en usine forcent l’arrimage de la formation donnée aux opérateurs avec le type d’équipements utilisés sur le plancher.

D’autres solutions en matière de développement des compétences sont également proposées, comme la reconnaissance des acquis et des compétences pour les opérateurs sans diplôme ainsi que la formation pour les gestionnaires qui superviseront les nouveaux diplômés. Soulignons que plus d’une dizaine d’entreprises des quatre coins de la province sont partenaires dans cette initiative novatrice d’enseignement.

 

Publicité


Publicité

Commentez cet article