Publicité
29 octobre 2019 - 10:32

Chantier de l’autoroute 85 : 22 passages pour la faune

Mario Pelletier

Par Mario Pelletier, Journaliste

Toutes les réactions 3

Des représentants du ministère des Transports ont fait visiter le 28 octobre à des élus municipaux les différents chantiers en cours pour la construction de l’autoroute 85. On a également profité de l’occasion pour parler davantage des mesures qui sont mises en place pour la connectivité faunique, soit 22 passages sous la structure routière.

En fait, huit passages fauniques et 40 kilomètres de clôture sont prévus pour la grande faune et 14 passages de plus petites tailles pour les petits et moyens animaux. Jonathan Côté, biologiste, a précisé que le projet de l’autoroute 85 sert de laboratoire au niveau environnemental, puisque la phase III de ce corridor routier passe en plein cœur de nombreux secteurs boisés où la faune y est abondante.

La connectivité faunique est un élément clé pour maintenir une biodiversité en santé, afin que les différentes espèces animales et végétales aient la possibilité de se disperser d’un habitat à l’autre. La mise en commun de l’expertise de plusieurs partenaires environnementaux a permis d’optimiser le positionnement des passages et d’adapter les travaux en conséquence.

CHANTIERS

La Direction régionale du ministère des Transports a également indiqué que les travaux se déroulent comme prévu sur les tronçons 1, 2, 3 et 6 de la phase III. Ainsi d’ici la fin de l’automne, la circulation de la route 185 sera déviée sur de nouvelles voies, notamment près de la route de la Station à Saint-Antonin (tronçon 1) et de la route 291 à Saint-Honoré-de-Témiscouata (tronçon 6), ce qui permettra la construction des ponts d’étagement.

La phase III permettra de compléter l’ensemble de l’autoroute 85 pour une mise en service progressive de cette dernière section prévue à partir de 2021 et qui se poursuivra jusqu’en 2025. Elle nécessite des investissements de près de 943 millions de dollars, soit 553 M$ du gouvernement du Québec et une contribution maximale de 389 M$ du gouvernement du Canada. Actuellement, plus de 200 travailleurs œuvrent sur les chantiers.

ÉCHÉANCIER

Le gérant de ce projet depuis 2002, Simon Lavoie, a apporté des précisions sur l’évolution des différents tronçons, sept au total constituant la phase III de 40 kilomètres. Des travaux se poursuivront jusqu’en 2022 sur le tronçon 2 à Saint-Antonin entre le secteur de Rivière-Verte et le Lac à Chamard. Le tronçon 1, qui reliera la nouvelle partie de l’autoroute 85 à celle déjà existante à Saint-Antonin sera terminé en 2021. Pour le tronçon 3, du Lac-à-Chamard jusqu’au ruisseau Castonguay, on anticipe une mise en service en 2021 également. À travers tout ça, il y aura des mises en service partielles dès le printemps 2021, soit sur une voie complétée alors que la circulation des véhicules s’y fera dans les deux directions afin de compléter l’autre voie. Le tronçon 6, d’une longueur de 5,8 kilomètres, est situé à Saint-Honoré-de-Témiscouata de chaque côté de la route 291 et se poursuivra jusqu’en 2022. Le début des tronçons 4 et 5 est prévu en 2021. La dernière partie, le numéro 7, sera lancée en 2022.

Pour réaliser la phase III de l’autoroute, le ministère doit procéder à l’acquisition d’environ 238 propriétés, dont 50 comportent des résidences et des commerces. Quelque 126 dossiers sont actuellement réglés. La construction d’une autoroute de cette ampleur exige de déplacer des installations de services publics. Ainsi, depuis l’automne 2017, près de 275 poteaux (Hydro-Québec, Bell, Vidéotron) ont été installés dans les quatre premiers tronçons. D’ailleurs, des pylônes électriques permettant de rehausser deux lignes de haute tension ont été ajoutés dans la municipalité de Saint-Antonin.

Publicité


Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

3 réactionsCommentaire(s)
  • Je salut cette initiative toutefois, il y a eu des manquement dans les premières phases de la 85.
    à Cabano, avant la 85 il y avait régulièrement des chevreuils et orignaux qui traversaient le village (ou la p'tite ville) et le lac pour aller vers ce qui est aujourd'hui le Parc du Témiscouata. Je crois qu'il n'y a qu'un ou deux passage pour la faune entre St-Louis et Notre-Dame du lac. Trop peu pour que la faune puisse migrer normalement comme cela pouvait être le cas avant.

    G.Duquette - 2019-10-29 20:15
  • Ces traverses sont très utiles. Pourront-elles être utilisées également par les motoneiges, quads, marcheurs, raquetteurs ?

    Thé - 2019-10-29 16:31
  • Je suis heureuse que pour une fois, la faune soit considérée et que des actions concrètes ai été prises, bravo!!

    Dannie - 2019-10-29 14:46