Publicité
7 septembre 2019 - 06:02

Roméo Bouchard sera à la barre d'une série télévisée sur les défis de l'agriculture au Québec

Toutes les réactions 2

Roméo Bouchard, bien connu dans la région et dans tout le Québec pour son action en faveur d'une agriculture paysanne et du développement des villages et des régions, a accepté de collaborer avec la Télévision communautaire du Kamouraska pour concevoir et animer, avec Anne-Christine Charest, directrice de TVCK, une série de 12 émissions de 30 minutes sur les défis de l'agriculture québécoise aujourd'hui : Où s'en va notre agriculture?

M. Bouchard, qui a été professeur, journaliste et agriculteur et qui vit au Kamouraska depuis plus de 40 ans. a souvent été contesté par les agriculteurs et l'UPA; il insiste cependant pour dire que son rôle dans ces émissions sera avant tout de faire parler les agriculteurs et les différents intervenants en agriculture sur les défis auxquels ils sont confrontés, à l'heure de la mondialisation et de la crise écologique.

«Les témoignages recueillis auprès de fermiers qui pratiquent aussi bien l'agriculture conventionnelle que paysanne, biologique, de niche ou urbaine, parlent d'eux-mêmes, dit-il, et les intervenants municipaux ou gouvernementaux concernés soulignent eux aussi les problèmes relatifs au soutien financier des fermes, à la gestion de l'offre, à la mise en marché des produits locaux, à la protection de l'environnement, à l'accès aux terres et au rôle de l'UPA dans la représentation des agriculteurs de plus en plus diversifiés.»

Les questions qui sont au cœur de ce questionnement sur l'agriculture ressemblent souvent à celles-ci : les fermes sont-elles condamnées à grossir ou à disparaître? La ferme paysanne familiale traditionnelle a-t-elle encore un avenir? Le premier rôle de notre agriculture est-il encore de nourrir le Québec? Nos lois agricoles sont-elles devenues un frein au développement d'une agriculture plurielle?

La série « Où s'en va notre agriculture » est une initiative audacieuse de la directrice actuelle de TVCK, Anne-Christine Charest. Elle a été tournée essentiellement dans le grand Kamouraska, avec ceux qui ont accepté de s'exprimer devant la caméra, mais le portrait qu'elle dresse donne une très bonne idée de l'avenir de l'agriculture en général au Québec. Elle offre aux citoyens et aux consommateurs la possibilité de mieux comprendre le monde complexe de l'agriculture d'aujourd'hui, les choix auxquels sont confrontés les agriculteurs et les conséquences de ces choix dans notre vie de tous les jours.

« Où s'en va notre agriculture » sera diffusée d'abord sur le réseau de MATV du Bas-Saint-Laurent, (poste 609), à partir de lundi le 16 septembre à 19h, mais ses producteurs espèrent que sa diffusion puisse prochainement être élargie à d'autres régions, et même, à tout le réseau de MATV.

Publicité


Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

2 réactionsCommentaire(s)
  • Enfin ,bravo

    Leo raby - 2019-09-08 19:51

  • Bonjour,

    Même si je ne suis et n'ai jamais été "cultivateur", comme on disait à l'époque, j'ai toujours été fasciné par ce monde.

    Enfant, je préférais demeurer chez l'un des frères de mon défunt père, à Montmagny, au lieu d'accompagner mes parents à OOB ( Old Orchard Beach ).

    Tout me fascinait, tout me faisait rêver, sans compter mes cousins et cousines qui sont encore chauds à mon cœur.

    Évidemment, je ne voyais alors que le côté bucolique de la chose.

    Malgré tout, j'ai toujours adoré le monde agricole, dans un sens large, à tel point qu'un de mes neveux m'avait demandé, il y a de çela quelques années :

    - " Mon oncle, regardes-tu ça encore l'émission la Semaine Verte, à Radio-Canada ? Oui, toujours! J'en manque pas une, les regarde même de nouveau puisque je les enregistre hebdomadairement depuis que la techno nous le permet ! "

    Et avec la nouvelle d'aujourd'hui je ne peux que souhaiter qu'on pourra voir cette série à Québec, avec monsieur Bouchard que non seulement je salue mais dont je salue l'éveil qu'il a su opérer non seulement et malheureusement qu'avec des moyens plus que limités chez qu'une partie du monde agricole ( oh ! Que certains se préparent déjà à me " passer au batte " ) mais dans la population entière .

    J'ose espérer que mon " appel " sera entendu et que de nombreux autres citoyens s'y joindront.

    Bravo encore pour cette initiative.


    Septuagénaire de Québec - 2019-09-07 09:06