Publicité
4 février 2019 - 13:14

Une solution pour limiter la poudrerie sur l'autoroute 20?

Marc-Antoine Paquin

Par Marc-Antoine Paquin, Journaliste

Twitter Marc-Antoine Paquin
Toutes les réactions 8

Les automobilistes qui empruntent régulièrement l'autoroute 20, entre L'Isle-Verte et Saint-Éloi, ont remarqué la présence de nouvelles structures de bois dans le paysage du côté nord. Le ministère des Transports a récemment installé des panneaux d’épinette afin d'aider à réduire l'impact de la poudrerie.

Les mauvaises conditions météorologiques dans ce secteur ont été particulièrement marquées au cours des dernières semaines. Plusieurs accidents y ont eu lieu et les autorités ont même été contraintes de fermer l’autoroute à quelques reprises, puisque les automobilistes n'y voyaient plus ciel ni terre.

Installés tout près de la sortie vers Saint-Éloi, les panneaux mesurent 12 pieds de haut et 10 pieds de large. Ils ont été fabriqués au centre de services du MTQ à Cacouna, d'après un design qui a été mis à l'étude au Colorado (États-Unis). L'idée est simplement de créer un mur contre le vent.

«Le projet des structures de brise-vents en bois a été amorcé à la fin de l’hiver 2017-2018 dans la région de Chaudière-Appalaches. Il a par la suite été adapté afin d'expérimenter ce type de structures dans le secteur de L’Isle-Verte où la poudrerie exigeait d’appliquer des mesures particulières pour améliorer la sécurité dans ce secteur», mentionne Claire Pouliot, conseillère en communication au ministère des Transports.

Les structures, faites à partir de bois d’épinette traité, ont été choisies en raison de la rapidité d’implantation et de leur efficacité à court terme. Actuellement, une dizaine de panneaux sont installés et une trentaine d’autres devraient être ajoutés dans les prochaines semaines afin de couvrir une étendue d’environ deux kilomètres dans le secteur. L’investissement approximatif est de l’ordre de 30 000 $.

«Cette option n’exclut pas la plantation d’arbres plus tard puisqu’il ne s’agit pas de terres privées. Mais les arbres doivent avoir atteint une certaine maturité avant d’être efficaces», ajoute Mme Pouliot.

Jusqu’à présent, les structures de bois répondent aux attentes du Ministère. On mentionne qu’il y a une bonne accumulation de neige retenue par l’installation et que les équipes sur le terrain remarquent une amélioration de la visibilité lors des épisodes de grands vents.

Certains automobilistes qui empruntent régulièrement le secteur, voyageant notamment entre Rivière-du-Loup et Notre-Dame-des-Neiges, ont noté peu d’impact jusqu’ici. Il faut dire cependant que les structures ont été installées après que plusieurs centimètres de neige se soient accumulés en bordure de la route. Notons que les panneaux de bois n’auront pas besoin d’être démontés pour être entreposés.

 

Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

8 réactionsCommentaire(s)
  • Ils auraient dû faire plus écologique et utiliser des palettes que l'on met au rancart en quantité industrielle et ça aurait coûté presque rien, juste le temps des hommes. Et on ne les installe pas en hiver pour faire geler les travailleurs. En plus, ils ont pratiquement la même forme et sont plus résistantes que ce qui a été installé actuellement. Avis au ministère de planter des arbres au plus vite ce printemps svp et ça urge. Ça fait déjà plusieurs années qu'ils sont conscients de cette situation. Ça leur prend du temps à comprendre et à réagir.

    Prévoyant - 2019-02-06 00:39
  • Pourquoi, lorsque la planification de la construction d'une route est terminée, la plantation d'arbres (non pas d'arbustes) à des endroits stratégiques ne serait pas exécutée? C'est tellement long de construire des routes au Québec que les arbres seraient matures et déjà efficaces au moment de la livraison de la route!

    Jean Claude Riou - 2019-02-05 12:41
  • Tous les résidents du coin connaissaient le problème 9moi aussi je demeure à proximité), mais aucun ingénieurs ou chargé de projet on tenu compte de leur opinions. Le système est peut être efficace, mais il aurait dû être installer la première année...Pourquoi toujours attendre que des accidents se produisent.

    France - 2019-02-05 10:30
  • Je suis justement passé entre l'Isle-Verte et St-Éloi ce matin.... et sur la dizaine d'installés, il y en avait déjà 3 ou 4 qui étaient tournés sur le dos. Mais encore, il n'a pas trop eu de vent depuis 4-5 jours, ça ne sera pas beau quand il y aura des rafales à 90 ou 100 km/h...

    Passepoil - 2019-02-04 22:04
  • Il y en as beaucoup de c est coupe vent au Montana Iowa Idao et Wyoming et ça fonctionne

    Real Vezina - 2019-02-04 18:57
  • C'est une excellente solution. Toutefois, il faut les placer à une distance raisonnable de l'autoroute, ce qui nécessite une entente avec les propriétaires de fermes le long de la 20 entre Montréal et Québec. Et si la neige s'accumule de façon importante, il faudra relever les clôtures. Sur le fond, l'idée doit être analysée par le MTQ à Québec.

    André Mainguy - 2019-02-04 16:38
  • Faites-moi rire ! Cela n'empêche vraiment pas la poudrerie de passer au travers de ces structures de bois. Ça prend réellement des arbres qui ont été demandés depuis plusieurs années et qui auraient eu le temps de grandir pour empêcher la poudrerie d'y passer afin d'y circuler en toute sécurité. Voilà !

    Marie-L - 2019-02-04 16:34
  • 30.000. A L’Isle-Verte je connais un gars qui en donne il en a des milliers mais il faut que ça coûte des pésos gagaz

    Gagaz - 2019-02-04 16:09