Publicité
16 janvier 2019 - 15:14 | Mis à jour : 15:20

Hygiène : le CHSLD de Chauffailles se fait rassurant

Andréanne Lebel

Par Andréanne Lebel, journaliste

À la suite d’un commentaire émis sur le site web d’Info Dimanche questionnant le manque de soins d’hygiène quotidiens prodigués aux résidents du CHSLD de Chauffailles de Rivière-du-Loup en raison de l'absence de personnel, le CISSS du Bas-Saint-Laurent a réagi promptement. Ce dernier confirme qu’il n’a reçu aucune plainte à ce sujet jusqu’à maintenant, et que les soins nécessaires sont offerts à tous les résidents, en respectant un minimum d’un bain par semaine.

 «Monsieur Tardif, les avancées technologiques n'offrent pas vivre dignement si les soins de base ne sont pas offerts et jusqu'à maintenant le centre d'hébergement est loin de livrer les services à ses nouveaux résidents. Les bains ne sont pas donnés tel que prévu étant donné l'absence de personnel, et je parle en connaissance de cause. Depuis son entrée au centre, j'ai dû laver la tête à ma mère à quelques reprises et sans parler de son hygiène personnelle qui laisse à désirer comparativement à quand elle était à St-Antonin. Espérant que mon commentaire sera reçu dans le but que les ajustements soient faits.

-Proche aidante non officiel (sic)»

La responsable des communications au CISSS du Bas-Saint-Laurent, Ariane Doucet, confirme que tous les postes disponibles au CHSLD de Chauffailles sont actuellement comblés et qu'il n'est pas en manque du personnel. Du recrutement s’effectue de manière constante afin de garnir la liste de rappels en cas de congés. «Les soins d’hygiène quotidiens sont offerts à tous les résidents, et on prévoit un minimum d’un bain par semaine (…) Le taux du 2e bain est très élevé, on parle de 85% à 90 % de nos résidents qui le reçoivent», explique Mme Doucet. Cette dernière invite les proches qui auraient des commentaires à formuler ou des inquiétudes concernant un résident à communiquer directement avec les responsables de l’établissement pour apporter des correctifs, si nécessaire.  

Publicité

Commentez cet article