Publicité
15 janvier 2019 - 10:55 | Mis à jour : 13:08

Un nouvel appareil pour traiter la dépression majeure au CHRGP

Andréanne Lebel

Par Andréanne Lebel, journaliste

Toutes les réactions 1

Le Centre hospitalier du Grand-Portage de Rivière-du-Loup a permis à son département de psychiatrie de franchir un grand pas en faisant l’acquisition d’un nouvel appareil de stimulation magnétique transcrânienne rTMS. Ce dernier a pour but de traiter les épisodes de dépression majeure avec peu d’effets secondaires, une première dans l’Est du Québec.

L’achat de cet appareil nécessitant un investissement total de 89 002$ a été financé grâce à la participation de la Fondation de la santé de Rivière-du-Loup, qui a amassé 65 000$ avec sa campagne de financement annuelle et son tournoi de golf. Bell Cause pour la cause a complété le montage financier avec un don de 25 000$.

L’appareil à stimulation magnétique transcrânienne rTMS est utilisé au Centre hospitalier du Grand-Portage depuis le 22 mai dernier. Depuis, une cinquantaine de patients entre 18 et 84 ans ont été traités. Selon les médecins psychiatres du CHRGP Jean-François De la Sablonnière et Emmanuel Tremblay, les résultats sont encourageants.

TRAITEMENT

L’appareil permet de traiter de manière non pharmacologique l’épisode dépressif caractérisé résistant à au moins un antidépresseur. Il ne nécessite aucune intervention chirurgicale. L’émission d’ondes électromagnétiques permet de stimuler la transmission d’informations électriques dans le cerveau dans certaines zones ciblées (dans ce cas-ci, l'aire dorsolatérale du cortex préfrontal gauche), d’améliorer sa connectivité et ainsi d’intervenir sur les symptômes de la dépression.

«L’épisode de dépression majeure pour un individu est une période de torture qui est extrêmement souffrante, très opaque, un ramassis de malheur concentré. On est capable avec la rTMS de sortir de cet épisode dépressif de façon plus efficace qu’avec pharmacothérapie, un peu moins que les électrochocs, pour une presque absence d’effets secondaires. Ça nous offre une alternative remarquablement intéressante pour la clientèle de notre région», précise le Dr De la Sablonnière.

Les patients reçoivent entre 20 et 30 traitements de rTMS, dont la durée varie entre 3 et 40 minutes, sur une période de 4 à 6 semaines. D’après le Dr Emmanuel Tremblay, le principal fardeau du patient dans le cas d’un traitement avec ce nouvel appareil est de se déplacer sur une base quotidienne à l’hôpital pour obtenir ses traitements. Les interventions sont réalisées en clinique externe, permettant ainsi de libérer le bloc opératoire.

RÉSULTATS POSITIFS

«Généralement, après 20 à 30 traitements de stimulation magnétique transcrânienne, il y 60% des gens vont être significativement améliorés, et 40% qui vont être guéris (…) Dans notre expérience clinique, même avec nos patients qui ont fait plusieurs essais d’antidépresseurs, on observe les mêmes résultats, donc nous sommes excessivement encouragés», souligne le médecin psychiatre, Emmanuel Tremblay.

Les psychiatres souhaitent éventuellement rendre disponible ce type de traitements dans l’Est du territoire du CISSS du Bas-Saint-Laurent. Ils travaillent en collaboration avec l’Université Laval dans le cadre de ce projet pilote et estiment que des champs d’application plus larges pourraient être explorés, pour lesquels des données sont encore trop minces. Un volet de recherche pourrait éventuellement s’y greffer.

Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

1 réactionsCommentaire(s)
  • Quelle est la différence entre ce traitement et la sismothérapie?

    Mme Talbot - 2019-01-15 23:54