Publicité
24 octobre 2018 - 10:00 | Mis à jour : 15 novembre 2018 - 16:35

Cannabis : impulsivité et improvisation sont de bien mauvais conseillers

Moi je ne fume pas de pot ou cigarettes et je ne consomme pas d’alcool, qui est en passant une drogue aussi mais socialement acceptée, mais là je crois que les politiciens sont en train de devenir fous en voulant adopter toutes sortes de règlements ou lois pour interdire le pot a peu près partout, et ce, juste pour faire plaisir à leurs électeurs.

J’ai pratiqué comme avocat pendant plus de 32 ans et je peux vous dire que toutes ces lois ou règlements vont se retrouver devant les tribunaux et éventuellement devant la cour Suprême, et là on parle de millions de dollars, tout ça pour se donner bonne conscience et bien paraitre devant les électeurs. Malheureusement, il existe un vieux principe devant la cour Suprême lorsqu’une loi fédérale vient en contradiction avec un règlement ou une loi de nature provinciale ou municipale, la loi fédérale a pratiquement toujours primauté, à moins que ce soit un champ de compétence exclusif des provinces.

René Lévesque disait de la cour Suprême qu’elle penchait toujours du même bord, du côté du fédéral, et il avait raison.

De plus il existe un autre principe qui dit qu’on ne peut faire indirectement ce qu’on ne peut faire directement. Ici nos politiciens veulent définitivement contourner la loi fédérale par toutes sortes de règlements ou lois.

Au bout de la ligne je vous prédis que la plupart de ceux-ci seront annulés par la cour Suprême, et qui payera, nous les citoyens ! Imaginez une petite ville de 3500 habitants qui se retrouve avec une facture d’un million de dollars en frais d’avocat et en frais judiciaires. Ce sera très payant pour les avocats, je crois que je vais sortir de ma retraite pour faire beaucoup d’argent, Hihihi.

En conclusion ne pas agir de façon précipitée et attendons que l’une des riches municipalités comme Québec, se retrouve devant la cour Suprême pour tester son règlement anti-pot et si la dite municipalité avait gain de cause, ce qui est peu probable, la petite municipalité pourra prendre une décision éclairée. Il faut que la sagesse et l’intelligence parlent avant l’impulsivité ou l’électoralisme.

 

Alain Ouellet

Saint-Juste-du-Lac

Publicité

Commentez cet article