Publicité
18 octobre 2018 - 06:02

La Sûreté du Québec préparée à la légalisation du cannabis

Andréanne Lebel

Par Andréanne Lebel, journaliste

Lors du weekend du 6 au 7 octobre, quatre personnes ont été arrêtées par la Sûreté du Québec (3 en Gaspésie et 1 au Bas-Saint-Laurent) pour avoir conduit leur véhicule avec les capacités affaiblies par la drogue. Avec la légalisation du cannabis le 17 octobre, les mêmes lois continueront de s’appliquer, assure la SQ.

«À partir de cette date, on ne prévoit aucun changement dans les contrôles routiers. Nous sommes déjà habitués à faire de la détection de drogues, 90% de nos patrouilleurs sont formés, et c’est maintenant dans le cours de base de la formation des policiers», explique le sergent Claude Doiron de la Sûreté du Québec.

Des tests de coordination de mouvements sont effectués, lorsque l’agent est en mesure d’éliminer la possibilité que le conducteur soit affecté par l’alcool. À la suite d’une arrestation pour les capacités affaiblies, un agent évaluateur spécialiste en reconnaissance de drogue basé au poste de police fait passer des tests plus poussés au contrevenant. Ces derniers peuvent mener à un prélèvement d’une substance corporelle pour l’analyser en laboratoire et constituer une future preuve.

«C’est une période de transition pour tout le monde. Les lois seront précisées davantage avec le temps», ajoute M. Doiron. Une série de mesures ont été ajoutées au Code de la sécurité routière en vue de la légalisation du cannabis. Un agent de la paix pourra suspendre pendant 90 jours le permis d’une personne qui conduit avec les capacités affaiblies par le cannabis, une autre drogue ou leurs effets combinés. La même durée de suspension est prévue pour une personne qui refuserait de se soumettre aux analyses de l’agent de la paix. Il sera aussi interdit de consommer du cannabis ou d’autres types de drogues à bord d’un véhicule routier, d’un véhicule hors route ou à vélo.

La «tolérance zéro drogue» interdisant à toute personne de conduire un véhicule routier ou d’en avoir la garde ou le contrôle s’il y a une présence détectable de cannabis ou d’une autre drogue dans sa salive sera appliquée. Cette mesure entrera en vigueur lorsque des dispositifs efficaces seront disponibles pour détecter la présence de cannabis dans la salive et approuvés par les autorités fédérales et provinciales nécessaires. La vente et l’achat de cannabis hors des succursales de la Société québécoise du cannabis seront considérées comme illégales. La succursale de la SQDC la plus près de Rivière-du-Loup se trouve à Rimouski.

 

Publicité

Commentez cet article