Publicité
17 octobre 2018 - 06:56

Des organismes de transport collectif en attente

Marc-Antoine Paquin

Par Marc-Antoine Paquin, Journaliste

Twitter Marc-Antoine Paquin

Le ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l’électrification des transports teste la patience des organismes de transport adapté et collectif du KRTB depuis plusieurs mois. Ces derniers sont toujours en attente de subventions pour l’année 2018. 

À Rivière-du-Loup, l’organisme Transport Vas-y remarque ainsi un manque à gagner important de 184 000 $ dans son financement. Le 9 octobre, à la séance du conseil municipal, les élus ont d’ailleurs adopté une résolution demandant au ministère de verser les sommes attendues en dépit du Programme d’aide au développement du transport collectif. 

«Ça représente actuellement près de 70 % de notre budget associé au volet transport collectif. C’est beaucoup, mais il n’est pas question de fermeture de service ou quoi que ce soit. Nous utilisons les sommes versées pour le volet transport adapté afin de maintenir les deux services», explique le directeur général, Mario Bastille. Notons que celui-ci agit également à titre de conseiller municipal à Rivière-du-Loup, mais il était absent lors de l’adoption de la résolution. 

Le volet du transport collectif chez Transport Vas-y est financé par le ministère (184 000 $), la MRC de Rivière-du-Loup (22 000 $) et les usagers (71 000 $) pour un budget annuel d’environ 279 000 $. L’organisme bénéficie aussi d’un budget d’environ 483 000 $ pour le transport adapté. 

Évidemment, M. Bastille souhaite recevoir les sous manquants le plus rapidement possible, mais il sait très bien qu’il pourrait encore devoir attendre plusieurs semaines. À titre d’exemple, les subventions pour 2017 ont été versées en avril et en aout 2018. Il se dit également déçu de constater que les critères du programme pour l’année en cours. 

«Quel impact cela va avoir? On ne le sait pas (…) La bonne nouvelle, s’il y en a une, c’est que nous sommes habitués de gérer cela, ce n’est pas nouveau. Les services continuent comme d’habitude, la clientèle ne verra aucune différence. Pour le moment, le service n’est pas fragilisé», a-t-il assuré. 

AILLEURS AU KRTB 

La situation de Transport Vas-y n’est pas unique au KRTB et elle est également vécue par les organismes du Témiscouata et des Basques. 

Par exemple, la coordonnatrice de Transport Roulami, Nathalie Dubé, estime qu’elle attend toujours 70 000 $ sur un budget d’environ 102 000 $. «C’est beaucoup de sous, presque l’entièreté de notre budget pour le transport collectif», convient-elle. 

Afin d’éviter de couper les services, l’organisme qui dessert 19 municipalités puise actuellement dans ses surplus accumulés ces dernières années. «Ce qui est fâchant dans la situation actuelle, c’est que le ministère nous oblige déjà, depuis 2 ans, à réinvestir ces surplus dans les services. Pour nous, ça fait beaucoup de sens, mais qu’on soit maintenant obligé de s’en servir également en attendant les subventions, ce n’est pas cohérent», ajoute-t-elle. Transport Roulami utilise ses surplus pour offrir notamment une ligne entre le Témiscouata et Rivière-du-Loup, souvent utilisée pour les services de santé.

Au même titre que Mario Bastille, Nathalie Dubé espère recevoir un beau cadeau de Noël dans les prochains mois afin que la situation rentre dans l’ordre. 

 

Publicité

Commentez cet article