Publicité
11 septembre 2018 - 06:02

Le cri du coeur de Cynthia Le Déroff a été entendu

François Drouin

Par François Drouin, journaliste

Twitter François Drouin
Toutes les réactions 3

La sortie publique de Cynthia Le Déroff le mercredi 5 septembre semble avoir porté fruit. La jeune graphiste de 24 ans, d'origine française, a vu son dossier progresser rapidement. Si elle refuse de crier victoire, elle ne peut réprimer un enthousiasme certain. Son dossier chemine bien et il chemine rapidement. Son certificat de sélection du Québec (CSQ) pourrait même lui être délivré cette semaine.

«Mon dossier a rapidement avancé. Dès mercredi, puis jeudi, j'ai été en contact avec le bureau de Jean D'Amour. Son personnel avait déjà effectué des recherches et mon dossier a été pris en charge. Sans entrer dans les détails, j'ai pu renvoyer un document qui démontre que je travaillais déjà depuis 12 mois lors de ma demande de permis de travail post-diplôme ainsi que les preuves de paiement de ma demande.»

Avec le CSQ en main, Mlle Le Déroff pourra ensuite renouveler son fameux permis de travail qui lui permettra, à terme, d’obtenir sa résidence permanente. Rappelons que sa demande de sélection permanente a été rejetée par la Direction de l'immigration temporaire du Québec en aout dernier.

«Comme j'ai commencé à travailler en juin 2017, j'ai effectué ma demande de permis de travail post-diplôme après ces 12 mois. Mais l’immigration ne reconnait que les mois de travail acquis depuis la date d’émission du permis qui lui était d’aout 2017. Dans leurs critères, il me manquait deux mois», souligne Cynthia Le Déroff.

Alors, avant de crier victoire, elle attendra d’avoir les papiers en main et la certitude que tout est totalement réglé.

SIMPLIFIER LE PROCESSUS

Tant la jeune femme que son employeur, Tactic Design, en appellent à une plus grande souplesse de la part de la Direction de l’immigration temporaire du Québec. «C’est comme si j’écrivais à un robot. Pourtant c’était facile de voir que j’avais bien travaillé les 12 mois», lance la graphiste.

Pour Maryse Rancourt, de Tactic Design, le ministère doit privilégier l’assouplissement de certaines règles afin de favoriser l’intégration, mais aussi l’employabilité du nouveau résident. «C’est stressant pour la personne et c’est stressant pour nous, l’employeur. Elle a peur de devoir quitter et nous avons peur de la perdre. Au-delà du talent et des compétences, un employé c’est aussi un investissement.»

Mme Rancourt observe que Québec est prisé de  nombreux étudiants internationaux, mais aussi des immigrants. «C’est comme si le système n’était pas prêt. Je comprends qu’on ne peut pas faire de cas par cas, mais on doit simplifier le processus. Cynthia n’est plus une étrangère, elle est ici depuis 2016.»

CRI DU COEUR

C'est sur sa page Facebook, puis lors d'un entretien avec Info Dimanche que Cynthia Le Déroff y est allée d'un véritable cri du coeur. La jeune femme qui réside à Rivière-du-Loup depuis 2016 craignait devoir quitter son pays d’adoption, ou à tout le moins, s’engager dans une procédure couteuse à l'issue incertaine.

Pourtant, depuis son arrivée au Bas-Saint-Laurent, Cynthia Le Déroff s'est rapidement impliquée auprès de divers organismes culturels. Diplômée, engagée, impliquée, et voilà qu'en pleine crise de main d'oeuvre, le Québec semblait lui tourner le dos.

Le refus de sa demande de sélections permanente a soulevé l'ire des nombreux internautes qui n'ont pas hésité à appuyer Cynthia Le Déroff via les réseaux sociaux en commentant et en partageant sa publication mise en ligne sur Facebook. «Je suis de tout coeur avec toi», «Je suis sans voix», «c'est incompréhensible» n'en sont que quelques exemples.

SÉLECTION

La demande de sélection permanente est la première étape à franchir pour obtenir la résidence permanente au Québec. L'immigration est une compétence partagée entre les gouvernements du Québec et du Canada. Pour immigrer au Québec, un candidat et sa famille doivent obligatoirement répondre aux exigences liées à la sélection et aux exigences liées à l’admission.

Le Québec est responsable de la sélection des travailleurs souhaitant s'installer sur son territoire. Le pouvoir de sélection du Québec s’effectue à l’aide d’un ensemble de critères qu'il a lui-même établis en fonction de ses objectifs en matière d'immigration. Si le candidat est sélectionné, il reçoit un certificat de sélection du Québec (CSQ), document officiel d'immigration délivré par le gouvernement du Québec.

Dans les faits, Cynthia Le Déroff répondait à toutes les exigences, n'eût été un formulaire envoyé en juin plutôt qu'en aout.

 

Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

3 réactionsCommentaire(s)
  • Bien content pour Mme LeDéroff. Mais, encore une fois, un dossier qui se règle lorsque ca sort dans les médias... Qu'est-ce qui serait arrivé si ca n'était pas sorti? Pourquoi Jean D'Amours ne l'a pas réglé avant que ca sorte?

    Dan - 2018-09-11 12:55
  • Bonne nouvelle, j’espère que tout sera régulariser rapidement. Ce dossier démonte l’importance que les gouvernements régularisent raoidement les dossiers d’immigration LEGALE. Pas d’immigrattion illégale

    Lise - 2018-09-11 10:57
  • Bonne chance pour la suite Cynthya.

    René Lapointe - 2018-09-11 06:50