Publicité
6 août 2018 - 13:46 | Mis à jour : 23:11

La nouvelle école à Rivière-du-Loup et l’agrandissement à Saint-Modeste devront attendre

Andréanne Lebel

Par Andréanne Lebel, journaliste

Toutes les réactions 5

Info Dimanche a appris, à quelques semaines de la rentrée scolaire, que les projets d’agrandissement de l’école de Saint-Modeste pour la création d’un gymnase et de construction d’une nouvelle école à Rivière-du-Loup n’ont pas été retenus par le ministère de l’Éducation pour l’été 2018.

 «Nous sommes très déçus de la réponse, mais nous savions qu’il y avait plus de 170 demandes. Nous allons la réitérer pour l’an prochain puisque nous y tenons fortement. Les élèves seront bien installés dans un milieu propice aux apprentissages», explique la présidente de la commission scolaire de Kamouraska-Rivière-du-Loup, Édith Samson.

Le ministère de l'Éducation n'a pas retenu la demande d'une nouvelle école de 21 classes à Rivière-du-Loup. La demande prévoyait aussi l'ajout de classes spécialisées pour répondre aux besoins des élèves handicapés ou en difficulté d'apprentissage. Les deux demandes de la CS font partie des 115 projets non-retenus par le ministère de l’Éducation. La demande pour Saint-Modeste, qui identifiait un besoin immédiat de quatre locaux a aussi fait l'objet d'un refus de la part du Ministère. 

Dans chacune des écoles ayant un nombre d’élèves excédentaire, soit à Saint-Modeste et à l’école internationale Saint-François, trois annexes seront installées pour les accueillir tous. Il s'agit d'une réponse à court terme seulement, assure la commission scolaire. Cette dernière assure qu'elle récidivera avec de nouvelles demandes qui seront déposées dès la rentrée scolaire. 

Rappelons que la dernière construction d’école, dans le secteur de Rivière-du-Loup remonte à 1972, date de l’ouverture de l’École Joly. Depuis 1972, la population de Rivière-du-Loup est passée de 12 750 à près de 20 000, ce qui justifiait, de l’avis du conseil des commissaires, l’ajout d’une quatrième école dans le secteur, après les écoles Internationale Saint-François-Xavier, Roy-Joly et La Croisée I et II. Un besoin immédiat de 19 locaux avait été identifié et documenté auprès du ministère, en soutien à cette première demande.

Quarante projets d’ajout d’espace pour la formation générale ont été retenus par le ministère lors de l’appel pour l’été 2018, dont la construction d’une école primaire à Rimouski. 

Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

5 réactionsCommentaire(s)
  • Voyons donc, Legault devrait régler ça.

    René Lapointe - 2018-08-07 15:14
  • De un, le sinistre de l'éducation n'a pas visité les écoles sur-peuplées.
    De deux, les fonctionnaires qui décident ne s'y connaissent pas en éducation (j'en connais quelques-uns).
    De trois, c'est là qu'on voit le travail ou la non-influence de Jean D'amour...
    Et de quatre, j'espère que la caq va tirer profit de cette décision: "Cris*** les fonctionnaires à la porte, engagez quelques profs pour les remplacer (ca coûte rien, un prof!) et payez des écoles et des services avec l'économie.

    Philippe - 2018-08-07 10:33
  • Les régions ne font pas partie du Québec de nos décideurs politiques. Visiter les régions urbaines et en croissance nous permet de comparer l'État des infrastructures publiques. Notre région mérite mieux depuis longtemps!

    Le revenant - 2018-08-07 09:48
  • Attention, en 1972, le chiffre de population ne comprenait pas la municipalité de St-Patrice qui devait compter près de 3 000 personnes. Donc en fait, la population de l'agglomération desservie par les écoles est plutôt passée d'environ 15 500 (et non 12 750) à 20 000 habitants.

    Économix - 2018-08-06 23:52
  • M. D’Amour, les sous commencent à manquer; c’était une belle promesse et voilà que vous avez oublié. Le beau ti-Poulx, ses babines ne suivent plus les bottines!!!

    GrosLoup - 2018-08-06 18:35