Publicité
15 juillet 2018 - 07:03

Un voyage dans le temps

Mario Pelletier

Par Mario Pelletier, Journaliste

Vous êtes en vacances? Vous avez simplement quelques heures pour faire de belles découvertes? Vous aimez les automobiles? Vous êtes un passionné des objets anciens? Que ce soit pour l’un de ces motifs ou pour tous, une visite au Musée Saint-Laurent à Trois-Pistoles vous permettra de faire un beau voyage dans le temps.

Le 5 juin dernier, Info Dimanche a eu le plaisir de réaliser un tour guidé avec le propriétaire Bernard Côté. Nous avons d’abord parlé de son père, Adrien, qui est à l’origine de la création de ce musée d’automobiles et d’antiquités des plus diversifiées. «Ç’a commencé dans les années 60 quand mon père, qui était propriétaire du Motel Trois-Pistoles, a acheté une voiture ancienne pour la mettre à l’avant de la bâtisse afin d’attirer les clients. Par la suite, il a obtenu cette grange à l’entrée de la ville en 1974, son propriétaire acceptant de s’en départir à la suite des travaux pour faire passer la route 132 en dehors du village. Il a ouvert le musée le 1er juillet 1976, juste la partie du bas», explique M. Côté.

Adrien Côté est décédé en 2010 à l’âge de 87 ans. Son fils se rappelle les bons moments qu’ils ont passé sur les routes du Québec, du Nouveau-Brunswick, de l’Ontario et des Etats-Unis pour aller acheter des automobiles anciennes. «Mon père en a possédé une soixantaine dont la moitié environ étaient dans un état lamentable, souvent trouvées sur un cran de roches», souligne-t-il. Bernard Côté précise que son père avaient des collaborateurs chevronnés pour remettre en état ces belles d’autrefois, entre autres Gérald Dumont de L’Isle-Verte pour les carrosseries, l’entreprise J.S. Levesque de Rivière-du-Loup pour les moteurs, Aimé Plourde de Trois-Pistoles et Égide Michaud de Rivière-du-Loup, ceux-ci pour la mécanique. «Mon père disait qu’ils étaient des génies de la mécanique», a-t-il lancé.

AU PETIT ÉCRAN

Une particularité de certaines de ces voitures, c’est qu’elles ont été vues au petit écran dans plusieurs téléromans. «La voiture préférée de mon père est une Buick 1938 qui a été utilisée pour le tournage du téléroman Cormoran. Les deux camions que l’on remarque à l’extérieur du Musée tout l’été sont un Ford 1928, utilisé par Joseph-Arthur dans le téléroman Le Temps d’une Paix tourné dans Charlevoix et l’autre un Ford 1934, celui de Clément Veilleux dans le Cormoran qui a fait connaitre le Kamouraska.

On note également la Ford décapotable 1938 conduite par Junior dans L’Héritage, le téléroman dont tout Trois-Pistoles se souvient et de nombreux téléspectateurs de la province. «Dans Bouscotte, le comédien Gilbert Sicotte y joue le rôle du propriétaire du Musée. Les gens venaient s’assoir non loin de la grange pour assister au tournage», rappelle Bernard Côté. «Les gens de Radio-Canada venaient ici pour rencontrer mon père et voir les possibilités», ajoute-t-il.

DES HISTOIRES

Lors de notre visite, Bernard Côté avait plusieurs précisions à donner à savoir comment son père s’était procuré telle voiture ou différents objets de l’abondante collection. «Chaque automobile a son histoire, comme cette Oldsmobile 1967 Cutlass Suprême convertible trouvée à Saint-Octave-de-Métis. Elle avait d’abord été vendue par Belzile Automobile de Trois-Pistoles à Gilles Guillemette, photographe, qui faisait des mariages avec. C’est un modèle assez rare, mon père l’a toute refaite», explique-t-il.

Dans le temps, Adrien et Bernard parcouraient les routes pour voir des voitures anciennes dont ils avaient entendu parler de bouche à oreille. «Aujourd’hui, ça se passe sur Internet», note M. Côté. Celui-ci a deux coups de cœur parmi sa collection de 24 voitures. Il y a la Packard 1933 avec un moteur V-12. «C’est très rare, celles que l’on peut trouver ont habituellement un V-8. C’est la perle du Musée pour moi, je crois qu’il y en a seulement une autre avec un V-12 en Californie. Elle vient des Etats-Unis, pas très loin de Washington, elle a été refaite de A à Z», explique-t-il. Il y a aussi ce Chevrolet 1928, model panel, que Bernard a fait réparer et lettrer avec l’appellation de son entreprise Gaz-O-Bar.

POUR TOUS LES GOUTS

Bien sûr les amateurs de voitures anciennes seront très heureux dans le Musée Saint-Laurent, nommé ainsi en raison du fleuve à proximité, mais tous les visiteurs amoureux d’objets antiques ne manqueront pas d’intérêt également. Sur deux planchers complets et une mezzanine, c’est rempli d’articles que l’on regarde avec attention et parfois surpris. Il y a ce camion autoneige construit par l’entreprise J.AD. Landry de Mont-Joli. Ce fut le premier fabricant d’une autoneige, deux ans avant Bombardier. Elle était faite à partir d’un camion auquel les roues arrière étaient remplacées par des chenilles et celles avant par des patins. On pouvait remettre les roues à l’avant pour ainsi circuler toute l’année.

Claude Leclerc est le conservateur du Musée, à temps plein depuis 2010. C’est lui qui vous accueille et vous guide dans ce voyage dans le temps au cours duquel vous pourrez admirer de nombreux outils utilisés en agriculture ou en forêt, un tracteur d’un autre temps, des vélos dont un avec les cercles de roues en bois, des machines à laver, des poêles, des traineaux tirés par des chevaux, etc. «Nous avons aussi des photos de goélettes qui passaient par Trois-Pistoles et des différents traversiers. Mon père collectionnait un peu de tout, nous avons donné des boites de documents à la Société généalogique de Trois-Pistoles. Il y avait notamment les photos de tous les clubs de baseball et de hockey de Trois-Pistoles, de plus il prenait soin d’identifier tous les joueurs», note Bernard Côté.

M. Côté entend poursuivre encore plusieurs années le rôle de collectionneur qu’il a développé auprès de son père. «Pour l’instant je suis encore en affaires. Je suis chanceux d’avoir Claude, il connait tout et il aime ça. Je veux garder le Musée longtemps», conclut cet homme passionné.

Publicité

Commentez cet article