Publicité

Le blogue de Richard Levesque

22 juin 2017 - 04:45

Je ne me souviens plus

3 Commentaire(s)

Il y a quelque temps j'ai écrit les paroles d'une chanson que personne encore n'a mis en musique. Il est bien possible que personne, jamais, ne la mette en musique. En fait, j'ai même écrit deux versions de cette chanson. Je vous donne ici les deux versions, vous choisirez laquelle vous préférez. Et peut-être qu'en cette période de Fêtes nationales, vous vous demanderez pourquoi on ne se souvient plus...

 

CHANSON D'ADAM

Première version

Moi je m’appelle Adam-Dollard,
J’étais le plus grand des héros.
Mon nom s’écrivait tout en haut
Dans les pag’s des livres d’Histoire.
J’étais un sauveur, un modèle,
Pour les enfants et les ados :
Pour sauver la France Nouvelle,
Je suis mort là-bas, au Long-Sault.

Et maintenant on vous raconte
Que je n’étais rien qu’un voyou,
Voleur, buveur, un jeune fou,
Je deviens un objet de honte.
Pourtant j’étais votre héros,
Ma fête était un jour de gloire!
Moi je m’appelle Adam-Dollard,
Adam-Dollard, sieur des Ormeaux.

Moi je m’appelle Adam-Dollard.
Avec moi seize amis sont morts :
RÉCITATIF :  Christophe Augier, dit Desjardins  —   Jacques Boisseau, dit Cognac  —   Jacques Brassier  —   François Causson, dit Pilote  —   Alonié Delestre  —   René Doussin  —   Simon Genet  —   Roland Hébert, dit Larivière  —   Nicolas Josselin  —   Robert Junie  —   Jean Lecompte  —   Louis Martin  —   Étienne Robin, dit Des Forges  —   Jean Tavernier, sieur de La Forest  —   Nicolas Tiblemont  —   Jean Valets.

Nous étions jeun’s, nous étions fous
Mais nous n’avions pas froid aux yeux.
Les Iroquois étaient nombreux,
Deux cents, cinq cents, je ne sais plus.
Nous avons brisé leurs assauts
Pendant longtemps, pendant des jours,
Et c’est en nous battant toujours
Que nous sommes morts au Long-Sault.

Et maintenant on vous raconte
Que nous n’étions que des voyous,
Voleurs, buveurs, des jeunes fous,
Nous devenons objets de honte.
Pourtant nous étions des héros,
Ma fête était un jour de gloire!
Moi je m’appelle Adam-Dollard,
Adam-Dollard, sieur des Ormeaux.

Nous étions dix-sept, mais si braves, 
Que l’Iroquois connut la peur.
Alors il nous mangea le coeur
Pour acquérir notre courage.
Ingrats! Pourquoi est-ce qu’il vous faut
Nous sortir des livres d’Histoire?
Vous salissez notre mémoire,
Nous qui sommes morts au Long-Sault!

Pauvres ingrats! Vous oubliez
Ceux qui vous ont donné leur vie.
Vous n’avez donc plus de fierté,
Vous préférez rester petits?
Dites-moi, qui sont vos héros?
Quel jour est votre jour de gloire?
Moi je m’appelle Adam-Dollard,
Adam-Dollard, sieur des Ormeaux.

 

Photo : Adam Dollard des Ormeaux au combat de Long Sault contre les Iroquois. Mai 1660.


Deuxième version

Moi je m’appelle Adam,
J’étais votre héros.
Dans vos livres d’école,
J’étais grand, j’étais beau.
J’avais sauvé ma ville
Qui n’avait pas vingt ans;
Pour que vivent nos gens,
Je suis mort au Long-Sault.

Maintenant on raconte
Que j’étais un voyou,
Un bandit, un jeun’ fou,
Presque un objet de honte.
Mais rapp’lez-vous, avant,
J’étais votre héros!
Moi je m’appelle Adam,
Sieur Dollard des Ormeaux.

Moi je m’appelle Adam,
Et j’avais seize amis :
RÉCITATIF :  Christophe Augier, dit Desjardins  —   Jacques Boisseau, dit Cognac  —   Jacques Brassier  —   François Causson, dit Pilote  —   Alonié Delestre  —   René Doussin  —   Simon Genet  —   Roland Hébert, dit Larivière  —   Nicolas Josselin  —   Robert Junie  —   Jean Lecompte  —   Louis Martin  —   Étienne Robin, dit Des Forges  —   Jean Tavernier, sieur de La Forest  —   Nicolas Tiblemont  —   Jean Valets.

Nous étions jeun’s et fous
Mais nous avions du cœur.
Pour bloquer l’Iroquois,
Pour sauver nos familles,
Pour que viv’ notre ville
Et la France Nouvelle,
Nous somm’s morts en héros,
Nous somm’s morts au Long-Sault.

Maintenant on raconte
Qu’on était des voyous,
Des voleurs, des buveurs,
Presque un objet de honte.
Mais rappelez-vous, avant,
Nous étions vos héros!
J’étais leur chef : Adam,
Sieur Dollard des Ormeaux.

Nous étions dix-sept braves, 
Ils étaient des centaines.
Mais ils ont eu si peur
Qu’ils nous ont mangé l’cœur
Pour gagner not’ courage.
Si vous nous oubliez,
Ça valait-il la peine
De mourir au Long-Sault?

Maintenant on efface
De vos livres d’histoire,
Nos noms et notre gloire,
La moindre de nos traces.
Nous étions des héros,
Je le dis fièrement :
Moi je m’appelle Adam,
Sieur Dollard des Ormeaux.

 

Photo : La Fête des Patriotes était autrefois appelée Fête de Dollard. 

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Toutes vos réactions

3 réaction(s)
  • J'avais écrit un petit texte de présentation pour cette "chanson sans musique" en deux versions... Je vous demandais, amis lecteurs, de choisir votre version préférée.
    Richard - 2017-06-22 05:16
  • Mon commentaire précédent n'a plus raison d'être: notre webmestre a promptement rétabli mon texte de présentation. Il me semblait, aussi...
    Richard - 2017-06-22 14:10
  • Laquelle je préfère? J’aime bien les deux, mais j’ai un gros penchant pour la première version. J’ai toujours eu un p’tit faible pour les détails. Et c’est pas facile du tout d’écrire des octosyllabes…. Vos textes de chansons m’ont fait penser à ceux de « La Bonne Chanson ». Ça m’a ramenée loin en arrière…
    Et c’est vrai qu’on ne se souvient plus. Pas pour rien qu’on change le nom des boulevards, des écoles (combien il y en avait qui avait des noms de chanoines auparavant) ou qu’il nous faille faire des recherches pour retracer l’origine du nom d’un pont. Quand la mémoire collective oublie, on ne cherche pas à se rappeler, on change pour un nom plus d’actualité et le tour est joué.
    Bonne St-Jean à tous!
    M. Thériault - 2017-06-24 12:35