Publicité

Le blogue de Richard Levesque

5 janvier 2017 - 05:20

Plusieurs questions, peu de réponses...

2 Commentaire(s)

Question 1 :  Qu’est-ce qui arriverait si plus personne ne croyait au Père Noël?
Réponse :  le Père Noël n’existerait plus.  Aussi longtemps que quelqu’un, quelque part, va croire au Père Noël, le Père Noël va exister.

Question 2 :  Est-ce parce que Noé était le plus bas soumissionnaire que Dieu lui a confié la construction de l’Arche?

Question 3 :  Est-il possible que Donald Trump reste président des États-Unis pendant quatre ans?

Question 4 :  J’ai lu quelque part qu’en 2050 il y aurait plus de plastique que de poissons dans les océans.  Inventera-t-on un truc permettant aux humains de se nourrir de plastique?  La blague de l’innocent qui mange son sandwich en oubliant d’enlever le cellophane sera-t-elle encore une blague?

Question 5 :  Dans 50 ou 100 ans, quel jugement les historiens porteront-ils sur Justin Trudeau?

Question 6 :  On définit une lime comme un « petit citron ».  Pourquoi ne pas dire plutôt que le citron est une « grosse lime »?

Question 7 :  Certains ont peur des voitures sans conducteur.  Mais est-ce que ces voitures-robots peuvent être plus dangereuses que les voitures conventionnelles avec au volant des ivrognes, des drogués, des endormis, des maniaques de la vitesse, des gens qui textent, se maquillent, refont leur vernis à ongles?

Question 8 :  On peut facilement programmer un robot pour qu’il peigne à la manière des tenants de l’art non-figuratif.  Mais un robot pourrait-il peindre la Joconde ou la Jeune fille à la perle?  Je me permets de citer ici Wikipédia pour rappeler une anecdote célèbre :

Description :  Le tableau est une huile sur toile de 81 centimètres de long sur 54 centimètres de large. L'œuvre est peinte sur sa moitié haute de couleurs vives orange, jaune et rouge, sur sa moitié basse d'un bleu qui évoque la mer. Le tableau est bordé d'un cadre doré qui le met en valeur. L'œuvre est signée en bas à droite des lettres orange « J R BORONALI ».

Histoire :  Le 8 mars 1910, Roland Dorgelès emprunte Lolo, l'âne de Frédéric Gérard, dit « le père Frédé », tenancier du Lapin agile, un cabaret de Montmartre. En présence d'un huissier de justice, maître Brionne, Dorgelès fait réaliser un tableau par Lolo l'âne à la queue duquel on a attaché un pinceau. Chaque fois que l'on donne à l'âne une carotte celui-ci remue frénétiquement la queue, appliquant ainsi de la peinture sur la toile.

Dans la salle 22 du Salon des indépendants en 1910, le public, les critiques et la presse découvrent l'œuvre intitulée Et le soleil s'endormit sur l'Adriatique, attribuée à un jeune peintre italien dont personne n'a jamais entendu parler : Joachim-Raphaël Boronali (« JR. Boronali, peintre né à Gênes »). Les journalistes rebaptisent le tableau Coucher de soleil sur l'Adriatique.

Les critiques d'art s'intéressent à ce tableau, qui fait l'objet de commentaires contrastés.

Le directeur du journal L'Illustration reçoit la visite de Dorgelès qui déclare que le tableau Et le soleil s'endormit sur l'Adriatique est un canular, constat d'huissier à l'appui. Dorgelès révèle que le peintre est un âne dénommé Lolo, et, pour le prouver, montre une photo où l'on voit des plaisantins masqués en train de trinquer derrière un âne à la queue duquel est fixé un pinceau qui applique des couleurs sur la fameuse toile. Dorgelès fait remarquer au directeur que le nom Boronali est l'anagramme d'Aliboron, l'âne de Buridan lequel, hésitant entre la paille et l'eau, finit par mourir. Dorgelès explique sa motivation pour « montrer aux niais, aux incapables et aux vaniteux qui encombrent une grande partie du Salon des indépendants que l'œuvre d'un âne, brossée à grands coups de queue, n'est pas déplacée parmi leurs œuvres. »

Coucher de soleil sur l'Adriatique


L'artiste en pleine création...

De mes dix énigmes du Jour de l'An, il en restait trois hier matin.  Je vous les rappelle ici.  Peut-être les neiges récentes auront-elles dissipé les brumes des Fêtes dans certains neurones..

CINQ (en trois mots)
Ma première est une pierre ou peut se boire,
Ma deuxième est particule,
Mon troisième est un lutin ou peut se boire.
Mon tout se boit souvent dans l'temps du Jour de l'An!

SIX
Mon premier vire en rond,
Mon deuxième rapetisse le petit,
Mon troisième est long, bien long...
Quel délice que mon tout!

HUIT
Mon premier est enragé, à tel point qu'il sort mon deuxième parfois, et mon troisième est une cassure.  Mon tout est abondant dans l'temps du Jour de l'An.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Toutes vos réactions

2 réaction(s)
  • Je ne la connaissais pas votre anecdote. Elle est bonne.
    Et vous avez oublié les indices pour les restantes… ;o)
    J’en essaie une dernière quoique je doute fortement de la réponse.

    Mon premier vire en rond : Tour
    Mon deuxième rapetisse le petit : Ti????
    Mon troisième est long, bien long...Ère
    Quel délice que mon tout!Tourtière

    M. Thériault - 2017-01-06 11:56
  • Bravo M. Thériault, encore une fois! C'est bien de tourtière qu'il s'agit... J'espère que tous mes lecteurs en ont mangé de la bonne pendant les Fêtes! Restent CINQ et HUIT... Jusqu'à quand?
    Richard - 2017-01-06 13:21