Publicité
2 mars 2017 - 10:14 | Mis à jour : 10:40

Philippe Couillard poursuit sa tournée des régions

Mario Pelletier

Par Mario Pelletier, Journaliste

Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, était de passage mercredi à Rivière-du-Loup dans le cadre d’un diner organisé par la Chambre de commerce, à la suite duquel il s'est déplacé au Centre de formation professionnelle Pavillon-de-l'Avenir (à lire dans votre journal du 8 mars) pour y rencontrer des étudiants et des enseignants. M. Couillard en a profité pour aborder de nombreux dossiers généraux. Aucune annonce n'était prévue à son agenda.

D’entrée de jeu, le premier ministre a indiqué que «les finances publiques sont saines et que le ministre des finances nous présentera un 3e budget équilibré du Québec prochainement.» Le premier ministre a ajouté que le Québec a créé 42 % des emplois au Canada en 2016.

Répondant aux questions présentées par Hugo Dubé, président de la Chambre de commerce, et Annabelle Dumais, présidente de la Jeune Chambre, et qui provenaient des membres des deux organisations, Philippe Couillard a parlé des sujets suivants : immigration, transfert d’entreprise, culture entrepreneuriale, formation, innovation, téléphonie cellulaire, internet, stratégie numérique, exportation et stratégie maritime.

QUESTIONS DES MEMBRES

Le premier ministre a notamment indiqué qu’une annonce sera faite bientôt concernant un processus plus facile pour lancer une entreprise. «En innovation, il ne manque pas de programmes, il ne manque pas d’argent, ça prend des projets», a-t-il mentionné.

Sur certaines questions comme la téléphonie cellulaire, internet haute vitesse, la stratégie numérique (commerce électronique) et le transfert d’entreprise, M. Couillard a précisé que son gouvernement n’était pas le seul intervenant politique, que des démarches étaient également menées par le fédéral.

Au niveau des exportations, le premier ministre a indiqué que le bois d’œuvre était un dossier important et que le Québec faisait une voix forte et unie avec le gouvernement du Canada. «Il ne faut pas négliger l’accord de libre échange européen», a-t-il ajouté. Le premier ministre souhaite que l’immigration soit mieux sélectionnée pour qu’elle corresponde aux besoins réels du marché du travail et des régions.

Plus tôt dans la journée, Philippe Couillard était à Rimouski pour annoncer une aide financière dans le secteur maritime. À Rivière-du-Loup, il a souligné que la Stratégie maritime pilotée par le ministre Jean D’Amour avait permis de créer et solidifier 5 000 emplois. «J’aime l’idée des ports transférés au Québec par le gouvernement fédéral, mais on va les prendre quand ils seront rénovés», a-t-il mentionné. «On est là pour faire réussir vos projets», a conclu Philippe Couillard devant l’assistance.

PAS D’ARGENT DANS SES BAGAGES

Philippe Couillard n’avait pas d’argent dans ses bagages pour des projets à Rivière-du-Loup même si plusieurs sont en attente d’une annonce officielle. Que l’on pense au Carrefour maritime et au CHSLD entre autres. «Ça veut dire que je vais revenir, mes collègues également. Il y a plein de beaux projets qui sont en train d’aboutir, vous avez parlé du Carrefour maritime, ça va bien ce projet-là.», a-t-il répondu.

Le ministre Jean D’Amour a pris la relève pour préciser «que la période d’appel d’offres pour le CHSLD est terminée depuis hier, le CISSS va décider qui va construire le CHSLD, 72 unités. Les travaux de construction, ils étaient prévus pour ce printemps et tout se réalise en fonction de ce qui était envisagé. Ça c’est une bonne nouvelle. On devrait livrer ce bâtiment un an plus tard. Le Carrefour maritime, on a besoin simplement de quelques semaines, nous serons conjoints avec le gouvernement fédéral. On n’a jamais caché notre intention à l’effet que le projet se réalise cette année et le plan de match est respecté.»

OPTILAB

À propos d’Optilab, pour lequel plusieurs techniciens de laboratoire employés au Centre hospitalier régional du Grand-Portage à Rivière-du-Loup seront soit transférés à Rimouski ou perdront leur emploi, Philippe Couillard a défendu le projet de son ministre de la Santé en indiquant qu’il est nécessaire. «Pour ces gens-là, il faut espérer que ça se passe le mieux possible. Un ça va se faire de façon progressive, pas d’un seul coup. Deuxièmement, je répète il n’y a pas un laboratoire qui va fermer. Troisièmement, on a acquis des instruments de laboratoire numérisés qui peuvent faire beaucoup plus d’analyses avec une seule machine moderne, il faut utiliser ces équipements au maximum. Ça nécessite oui de transférer certaines analyses dans un laboratoire régional, pas à Montréal ou Québec, mais en région. Et de laisser les analyses de base dans les hôpitaux, ça j’insiste là-dessus. Et ça va se faire de façon progressive et correcte également. Pourquoi ? Pour rendre notre système de santé plus efficace, dégager des économies et réinvestir dans les services», a commenté Philippe Couillard.

Jeudi, M. Couillard poursuivait sa tournée au Kamouraska.

  >> Aussi à lire : Philippe Couillard à Rivière-du-Loup

 

Publicité

Commentez cet article