Publicité
15 novembre 2016 - 12:46 | Mis à jour : 12:49

Rivière-du-Loup s'oppose au transport de produits pétroliers par train

Andréanne Lebel

Par Andréanne Lebel, journaliste

Toutes les réactions 1

Le conseil de la Ville de Rivière-du-Loup a profité de la séance du 14 novembre afin de s’opposer au transport ferroviaire sur le territoire du Québec de produits pétroliers provenant de l’Ouest, vers le Nouveau-Brunswick. Il a invité les autres régions à prendre position également.

«200 wagons de pétrole par jour qui vont passer presque au cœur de Rivière-du-Loup, c’est inacceptable. On appuie l’ensemble des villes du Québec qui ont la même problématique que nous en lien avec le pétrole lourd et sale», a précisé le maire de Rivière-du-Loup, Gaétan Gamache. Le tracé prévoit le passage de nombreux wagons remplis de pétrole au coeur de plusieurs villes du Québec, dont Trois-Pistoles et Amqui.

Le gouvernement du Nouveau-Brunswick a autorisé la compagnie albertaine Chaleur Terminals Inc., le 17 juillet 2014, à transporter, stocker, manipuler et charger à bord de navires au port de Belledune, Nouveau-Brunswick, du pétrole de schiste ou bitumineux transporté par train à raison de 2 convois de 120 wagons quotidiennement, représentant 1,2 million de barils par semaine.

En décembre 2015, l'Union des municipalités du Québec avait demandé au gouvernement du Québec de confier le mandat au Bureau d’audiences publiques en environnement (BAPE) d’étudier les impacts liés au transport de pétrole par train occasionné par le projet de Belledune. Les villes de Drummondville, Montréal, Saint-Hyacinthe, Lévis, Rivière-du-Loup, Rimouski, Mont-Joli et Amqui étaient touchées par cette initiative.

RÈGLEMENT D'EMPRUNT

Le règlement d’emprunt faisant passer de 3,9 M$ à 5 M$ le montant de conceptualisation, de construction et de mise en marché d’une solution technique en vue d’augmenter la capacité de traitement des étangs aérés a été accepté le 14 novembre au conseil de la Ville de Rivière-du-Loup. Une signature de registre avait été ouverte toute la journée avant le dépôt du certificat des résultats en soirée à l’École secondaire de Rivière-du-Loup.

Les répercussions de cette augmentation des couts de plus de 1 M$ devraient avoir un impact direct dans les finances des citoyens au cours des mois à venir.

DEMANDE D’AIDE FINANCIÈRE

Une demande d’aide financière a également été déposée lors de cette séance pour l’élargissement de la rue Témiscouata, près de l’intersection avec le boulevard Industriel et vers l’entreprise Premier Tech. «Nous voulons la subvention la plus importante possible de la part du gouvernement, c’est un projet d’environ 4 M$», a souligné M. Gamache.

EN RAFALE

Le maire a confirmé l’installation d’un nouveau système d’éclairage LED dans le Stade de la Cité des jeunes et dans le Centre Premier Tech pour la saison 2017-2018. Quelques équipes de hockey de la région sont mécontentes de l’état de l’éclairage cette saison.

Sylvie Vignet a été nommée maire suppléante, deux semaines après que le conseiller Steeve Drapeau ait refusé cette fonction. Par ailleurs, la séance s’est déroulée rondement, et lorsque questionné sur les informations qui lui parvenaient à propos du Carrefour maritime, M. Drapeau s’est fait rassurant. «On a eu une rencontre la semaine dernière concernant les entrepreneurs privés impliqués au Carrefour maritime, et j’ai eu assez d’information», a-t-il confirmé.

L’hôtel de ville de Rivière-du-Loup a rouvert ses portes le 15 novembre, un peu moins de deux ans après l’inondation qui avait forcé le personnel à occuper des locaux temporaires, le temps de procéder aux réparations et à la mise à niveau du bâtiment.

 

Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

1 réactionsCommentaire(s)
  • Bravo au conseil de ville. Il est à souhaiter que le conseil de ville était unanime à ce sujet.

    René Lapointe - 2016-11-15 16:50