Publicité

Le blogue de Richard Levesque

9 mai 2013 - 09:12

Le Mystère du 1313

66 Commentaire(s)
Voici le rapport de police pour un étrange cas survenu à Rivière-du-Loup dans les années 1940:

« Le dimanche 7 courant, un appel est logé au poste pour signaler la disparition de Marguerite D., 22 ans.  Ses voisins de l’immeuble sis au numéro 1313 de la rue Lafontaine s’inquiétaient de ne plus l’avoir vue depuis quelques jours, et les religieuses de l’Hôpital St-Joseph, où elle travaillait comme fille de ménage, avaient envoyé une novice pour s’informer, mais elle a trouvé porte close et personne n’a répondu quand elle a frappé à plusieurs reprises.

Trois agents se sont déplacés au 1313, qui se trouve être une bâtisse de quatre étages, la jeune Marguerite habitant une chambre meublée au quatrième étage.  La concierge a débarré la serrure, mais la porte était retenue de l’intérieur par un gros verrou.

Les agents ont été obligés d’enfoncer la porte avec beaucoup d’efforts, après quoi ils ont fait une macabre découverte :  le corps de la jeune Marguerite, visiblement morte depuis une couple de jours, pendait au bout d’une corde attachée au plafonnier.  Elle était toute habillée et portait des bottines bien lacées.  Entre ses pieds et le plancher, il y avait bien un espace d’une douzaine de pouces, mais autour d’elle aucun objet sur lequel elle aurait pu monter avant de se jeter dans le vide.  La chambre était parfaitement rangée, le plancher venait d’être lavé, il semblait ne rien manquer du peu qui avait appartenu à la pauvre Marguerite.

Les agents ont soigneusement fouillé la chambre :  la seule fenêtre était solidement bloquée par en-dedans, et de toute façon elle était au quatrième étage et personne n’aurait pu sauter de là sans se casser les reins. »

Meurtre?  Suicide?  La police a eu beau chercher, interroger pratiquement toute la ville, on n’a jamais résolu ce mystère.  Vous, saurez-vous trouver ce qui s’est passé?  Au besoin, je vous fournirai quelques indices dans le courant de la semaine…

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Toutes vos réactions

66 réaction(s)
  • En tout cas, si c’est un suicide, elle ne l’a pas fait chez elle. La plancher et ses vêtements seraient souillés…
    Annie - 2013-05-09 10:20
  • Autre chose que je ne comprends pas. Si elle est morte depuis quelques jours, je m'excuse, mais l'odeur... comment les voisins et la novice n'auraient-ils pas senti ça?
    Annie - 2013-05-09 10:53
  • Et si quelqu'un avait tué la jeune femme et fermé le verrou de la porte de l'extérieur au moyen d'une bonne corde, d'une fine tige de métal, d'une règle ou autre?
    Ou bien, il y aurait un passage secret dans la pièce.
    Val T - 2013-05-09 12:59
  • Ma première impression : ça aurait toute apparence d’un suicide. Sinon, je ne vois pas comment le meurtrier se serait échappé.

    Je ne vous demanderai pas le résultat de l’autopsie ni si l’enquête a conclu que le corps a été déplacé (pas tout de suite...), mais je serais pas mal curieuse de connaître la longueur totale de la corde qui pend au plafonnier par exemple, si c’est possible bien sûr.
    M. Thériault - 2013-05-09 14:16
  • Pour vous aider : « Elle n'a pas été vue depuis quelques jours ». Avec les autres indices « cachés » dans le texte, cela vous aidera!
    Sarah - 2013-05-09 14:22
  • Je ne vous suis pas, Sarah mais je suis peut-être trop fatiguée pour ne serait-ce que commencer à penser à trouver peut-être, un jour, la solution...

    C'est sûr qu'elle n'a pas été vue depuis quelques jours puisqu'elle est morte depuis quelques jours. En quoi cela peut-il nous aider?
    Annie - 2013-05-09 16:51
  • @Annie : comme je disais plus tôt, cet indice, jumelé à d'autres qui sont dans le texte, peuvent vous mettre sur une piste intéressante.
    Sarah - 2013-05-09 17:46
  • Mauzus de cerveau mal fait (le mien bien sûr!). Je vais devoir attendre, je ne vois pas du tout... Trop d'arbres proches pour voir la forêt... J'espère vraiment qu'un jour je pourrai finir par voir le global à force de tenter de trouver les réponses aux énigmes de M. Levesque!
    Annie - 2013-05-09 17:48
  • Comment savent-ils que le plancher venait d'être lavé? Si elle est morte depuis une couple de jours, ça ne devrait plus trop paraître, il me semble...
    Annie - 2013-05-09 20:57
  • L'indice est le plancher, qui "venait d'être lavé". Ce n'est pas possible, sauf si quelqu'un est venu faire le ménage entre la mort de la fille et l'arrivée des policiers.
    Ceci dit, puisqu'on n'a "jamais résolu ce mystère", je ne sais pas si ça va changer aujourd'hui...
    Vite, faites appel à NCIS Rivière-du-Loup ! ;)
    Yoann - 2013-05-10 07:53
  • euh.... et puis il n'y a pas de n°1313 rue Lafontaine ou je me trompe ? :)
    Yoann - 2013-05-10 10:39
  • Je crois l'avoir trouvé dès la publication alors, en espérant que je ne fasse pas fausse route, je me permets un petit indice pour vous aider: Et si le plancher n'a pas été lavé mais plutôt mouillé...
    Vincent - 2013-05-10 12:36
  • Si le plancher est mouillé et non lavé, comme Vincent le propose, s'ils sont en hiver, elle aurait peut-être pu se faire un monticule de neige pour se grimper jusqu'à la corde, lequel aurait fondu avec les jours depuis sa mort... Mais si "le 7" est en été, mon hypothèse ne tient pas la route...

    Mais de toute façon, ça ne règle pas le cas des vêtements qui ne sont pas souillés (on sait probablement tous ce qu'une mort par pendaison donne comme résultat) ni de l'odeur que les "voisins du 1313" et non "les voisins de la chambre de la demoiselle", n'ont pas sentie malgré sa mort depuis "une couple de jours"... J'ai encore du mal à croire à la thèse du suicide...
    Annie - 2013-05-10 12:50
  • L'hypothèse de la neige qui aurait fondu est intéressante, mais elle se serait donné du mal pour la monter au 4ème ! (en tout cas, qu'est-ce que je suis mauvais au jeu des devinettes!!)
    Yoann - 2013-05-10 16:57
  • Oups, je n'y avais pas pensé, au 4e étage... Bon alors, je retourne plancher car à lire le texte, je ne crois pas qu'elle avait un balcon!
    Annie - 2013-05-10 17:00
  • Lorsque l'on est bien décidé à vouloir mettre fin à ses jours, monter quatre étages les mains pleines représente un bien faible effort... Vous n'êtes pas loin avec votre hypothèses, Annie et Yoann, continuez!
    Sarah - 2013-05-10 17:03
  • Bon je récapitule: le plancher semble mouillé lorsque la police arrive, elle vivait en chambre, donc pas beaucoup de meubles et elle était en ordre (si j'étais dépressive et que j'avais envie de me suicider, je ne ferais pas le ménage, vous pouvez en être sûrs), il ne semble rien manquer donc on réfute la thèse du meurtre pour voler, on ne sait pas si c'était pendant l'hiver, ce n'était toujours bien pas de l'eau dans une chaudière (ça n'aurait aucun sens et ils auraient retrouvé la chaudière), elle était propre, bien habillée et ne puait pas encore malgré qu'elle ait été morte depuis quelques jours, ... Non, je ne vois toujours pas... Si elle s'est suicidée, je ne vois que la neige mais il nous manque trop d'éléments et Sarah dit qu'on "est proches" et non qu'on a trouvé... qu'est-ce qui ressemble à de la neige et met de l'eau sur le plancher? Est-on l'été ou l'hiver? Non, je n'adhère toujours pas au suicide mais où est passé le meurtrier si elle a été tuée? Elle vivait au 4e étage! Oh, it makes me crazy!

    La seule chose dont je suis certaine, c'est que ce n'est pas une mort accidentelle!!! M. Levesque, j'imagine qu'avec ce que Sarah et Vincent ont donné comme indices, on ne peut pas en attendre de votre part?
    Annie - 2013-05-10 19:01
  • @ Tous: je m'amuse bien trop pour aller répondre à vos questions! Et puis, si je vous donnais la réponse ou même des indices qui vous permettraient de trouver vite la réponse, vous n'inventeriez pas de si belles histoires, souvent bien plus belles (et en tout cas bien plus compliquées) que la "vraie" histoire.

    Des fois je me demande si c'est moi l'écrivain, ou bien vous autres... Au fait, quand je vous soumets des énigmes, mon rôle est bien plus celui d'un animateur, comme lorsque j'anime des ateliers de création littéraire. Et j'adore ça!

    Alors je vous en prie, continuez à chercher, à imaginer, à soumettre des hypothèses!
    Richard - 2013-05-10 20:00
  • Comme je ne crois pas au suicide, juste pour le fun, si on disait qu'on est l'hiver, elle sort pour travailler un vendredi matin (elle est habillée et a ses bottines), elle glisse sur les marches (elle vit au 4e!) et se tue. La retrouvant après quelques jours (genre le dimanche), le corps complètement gelé (ça expliquerait pourquoi elle ne puait pas), le concierge, pour couvrir sa négligence, la remonte dans sa chambre et la pend (elle a déjà le cou cassé suite à sa chute) puis rebarre la porte avec les verrous. La fenêtre est déjà fermée (on est l'hiver!). Son corps dégèle et de l'eau s'écoule (ça, c'est la portion dont je ne suis pas sûre du tout!) et lorsqu'on la retrouve (le lundi), ... on connaît le reste de l'histoire.

    Qu'est-ce que le professeur, Vincent et Sarah en disent? Pitié, dites-moi que c'est bien ça... ce serait tellement plausible (il me semble...)
    Annie - 2013-05-10 20:56
  • Tu as beaucoup d'imagination Annie! Mais le concierge ne peut pas remettre le verrou à l'intérieur et sortir par la suite...
    Sarah - 2013-05-10 21:14
  • @ Sarah: Mais le verrou de barré de l'intérieur aurait pu être un système de chaîne comme on en voit aujourd'hui, avec une clé pour la barrer...

    Ouais..., il est vrai que les policiers n'auraient pas eu à défoncer la porte, la chaîne aurait sauté avant! Hum......... OK debord... Mauzus que j'aimerais ça être comme vous, Vincent et Paul...
    Annie - 2013-05-10 21:50
  • Oups: le verrou barré et non "de barré". C'est ce qui arrive suite à une grande déception, on en oublie son français... (gros soupir)
    Annie - 2013-05-10 21:52
  • La nuit porte conseil et mes rêves donnent souvent des réponses que je ne trouve pas en état d'éveil. OK Je crois que j'ai trouvé ce qui ressemble à de la neige et qui fait de l'eau à plus chaude température (comme dans une chambre).

    Mais je ne suis toujours pas la thèse du suicide. Le fait qu'elle et ses vêtements étaient propres ne colle pas au résultat d'un suicide par pendaison, je n'en démords pas (mais j'en paierai probablement le prix, je gagerais là-dessus)... Je crois toujours au meurtre, bien que je ne puisse pas du tout expliquer comment le meurtrier aurait pu quitter la chambre de Marguerite.

    Ce qu'elle aurait pu avoir ses ses pieds si elle s'est suicidée, c'est très lourd et également difficile pour la jeune femme à apporter au 4e étage. On ne sait pas si c'est en hiver ou non. Elle vivait en plein centre-ville de RDL, pas près d'un cours d'eau. Elle vivait dans une chambre très peu meublée, et dans ces années-là, les électroménagers n'étaient pas ce qu'ils sont aujourd'hui et n'étaient même pas présents dans toutes les maisons, surtout pas celui qui aurait pu contenir ce qu'elle aurait pu avoir sous les pieds...

    Bref, même si je crois avoir trouvé ce qu'elle aurait pu avoir sous les pieds, ça ne colle pas plus!!! Et là, je ne parle même pas de l'indice de Sarah à l'effet qu'"Elle n’a pas été vue depuis quelques jours". ...

    Zut, j'aurais fait une bien piètre policière.........
    Annie - 2013-05-11 08:58
  • Annie, ton analyse est faussée… Tu t’accroches mordicus à un truc qui n’est pas expliqué comme ça dans le texte. Relis-le attentivement, tu verras bien....
    M. Thériault - 2013-05-11 09:45
  • @ M. Thériault: Quelle partie? J'ai eu beau relire, je ne vois vraiment pas. Je sais que quand je bloque sur quelque chose, ça m'empêche souvent de voir la solution, comme dans les autres énigmes. Vous, vous trouviez la solution mais moi j'étais toujours incapable de la voir... Avoir un cerveau de 100% auditif, ce n'est vraiment pas commode... c'est pratique pour écouter 10 conversations en même temps, faire ses devoirs devant la tv en tenant une conversation avec quelqu'un et des choses comme ça, mais pour solutionner des énigmes, ce n'est pas pratique...
    Annie - 2013-05-11 11:13
  • C'est sûr que si l'appartement n'était pas chauffé, en hiver, le cadavre n'aurait dégagé aucune odeur. Mais alors, la neige n'aurait pas fondu non plus. Si elle l'avait fait, il y aurait eu un dégât d'eau consécutivement à la fonte... Le sol n'aurait alors pas été "lavé", mais "trempé".
    Yoann - 2013-05-11 11:22
  • Je te dirais le paragraphe où on découvre le cadavre de Marguerite à partir de la corde... jusqu'à la fin du paragraphe. Les descriptions....

    Je pense que ta nuit a vraiment porté conseil pour le principal en tout cas.
    M. Thériault - 2013-05-11 11:47
  • OK, donc la glace serait bonne...

    "le corps de la jeune Marguerite, visiblement morte depuis une couple de jours, pendait au bout d’une corde attachée au plafonnier. Elle était toute habillée et portait des bottines bien lacées. Entre ses pieds et le plancher, il y avait bien un espace d’une douzaine de pouces (un gros cube de glace, d'accord, c'est possible mais oh! combien difficile dans ce temps là...), mais autour d’elle aucun objet sur lequel elle aurait pu monter avant de se jeter dans le vide. La chambre était parfaitement rangée (pas sûre du tout qu'elle aurait fait du ménage avant de se pendre!), le plancher venait d’être lavé, il semblait ne rien manquer du peu qui avait appartenu à la pauvre Marguerite"

    Je sais que je suis fort probablement totalement dans le champ mais je ne vois vraiment pas, ce n'est pas logique du tout! OK pour qu'elle ait pris le temps de s'habiller, ça je vis avec ça, c'est o.k. Ils semblerait qu'ils mettent souvent des vêtements propres avant de commettre l'irréparable, qu'ils prennent le temps de se préparer, de se doucher, de se raser, etc.... Mais pourquoi tout serait rangé, pourquoi elle ne serait pas souillée????????

    ...

    Bon o.k., le rapport policier ne dit pas si elle est ou non souillée, ça dit juste qu'elle est habillée et bien chaussée! Mais si elle avait été souillée, les policiers n'auraient pas cru au meurtre, il aurait été clair que c'était un suicide... un élément ne colle pas dans tout ça... ils ont eu des doutes!!! Ils ne savent pas si c'est un suicide ou un meurtre... Je sais que je me répète mais je ne peux vraiment pas adhérer à la thèse du suicide, j'en suis vraiment incapable.

    La glace, peut-être le meurtrier l'a-t-il montée lui-même pour faire croire au suicide, peut-être qu'il s'est sauvé par le plafond? Elle restait au 4e étage d'un immeuble de 4 étages, peut-être que l'entrée du grenier ou du toit était dans sa chambre.

    En plus, elle était accrochée à un plafonnier. A moins que la jeune femme ne pèse que 100 livres mouillées, serait-il resté accroché au plafond, pendant plusieurs jours, si elle s'y était accrochée pour se suicider? Ce n'est pas solide, des plafonniers... et même à 100 livres de fille alors imaginez si elle était plus costaude ... en plus, l'instinct de survie étant ce qu'il est, elle aurait dû se débattre et là, il aurait dû décrocher, il n'aurait pas tenu si longtemps, il me semble... A mon avis, elle avait dû être accrochée pendant un très court laps de temps pour qu'il reste au plafond. ...

    Bref... j'espère juste que les pauvres policiers étaient comme Mme Thériault, Sarah ou Vincent et non comme moi... sinon, ils chercheraient encore aujourd'hui!
    Annie - 2013-05-11 12:20
  • Pour ceux qui ne le connaisse pas, voici un petit texte d'un auteur inconnu en ce jour de la fête des mères....



    UN ENFANT SUR LE POINT DE VENIR AU MONDE


    Au ciel,
    un enfant,
    sur le point de venir au monde,
    demande à Dieu :

    - On m'a dit que vous m'envoyez sur la terre demain,
    mais comment est-ce que je vais vivre là étant si petit et sans
    défense ?

    Dieu répond :
    - Parmi tous les anges,
    j'en ai choisi un pour toi.
    Ton ange t'attendra et prendra soin de toi.

    L'enfant demande encore :
    -Mais dites-moi,
    ici au ciel,
    je n'ai rien à faire que de chanter et rire pour être heureux…


    Dieu dit :
    - Ton ange chantera pour toi
    et sourira aussi pour toi tous les jours.
    Tu sentiras aussi l'amour de ton ange et tu seras très heureux.

    L'enfant demande :
    -Comment est-ce que je serai
    capable de comprendre quand les gens
    me parleront si je ne connais pas leur langage?

    Dieu dit :
    - Ton ange te dira les plus beaux
    et plus tendres mots que tu n'entendras jamais et,
    avec patience et attention,
    ton ange te montrera à parler.

    L'enfant :
    -Et qu'est-ce que je ferai quand je voudrai vous parler ?

    Dieu:
    -Ton ange placera tes mains ensemble
    et te montrera comment prier.

    L'enfant :
    -J'ai entendu dire que sur la Terre,
    il y a des hommes méchants.
    Qui me protègera ?

    Dieu:
    - Ton ange te défendra même au risque de sa propre vie.


    L'enfant:
    -Mais je vais être triste de ne plus vous voir !

    Dieu:
    - Ton ange te parlera de moi
    et te montrera la façon de revenir à moi.
    Et, je serai toujours là, à côté de toi…

    À ce moment là,
    c'était très calme au ciel,
    mais des voix venant de la Terre
    pouvaient être entendues et l'enfant demanda :

    Dieu, si je dois partir maintenant,
    s.v.p. dites-moi le nom de mon ange.

    Dieu répondit :
    - Son nom n'est pas important,
    tu l'appelleras tout simplement maman…
    M. Thériault - 2013-05-12 09:43
  • Un bien joli texte pour la fête des mères !
    Tristan - 2013-05-12 11:38
  • Merci @ M. Thériault pour ce beau texte. Toutes les mamans lectrices te seront reconnaissantes de nous l,avoir rappelé...

    Et pour ce qui est du mystère du 1313, je le redis, je n'en reviens pas de votre imagination! Je lis vos commentaires comme un livre de nouvelles policières...

    Mais je ne dis rien de plus!
    Richard - 2013-05-12 20:43
  • ELLE HABITAIT DANS UNE BATISSE QUI FABRIQUAIT DE LA GLACE.ELLE A MONTER UN BLOC DANS SA CHAMBRE C,EST POUR CELA QU'ELLE ÉTAIT HABILLER.À GRIMPER DESSUS PUIS MIS LA CORDE AUTOUR DE SON COU ET SAUTER EN BAS DU BLOC DE GLACE.LA GLACE À FONDUE PAR APRÈS C'EST POUR CELA QUE LE PLANCHER ÉTAIT PROPRE ET QU'ILS N'ONT RIEN TROUVER COMME INDICE POUR JUSTIFIER QUE CELA ÉTAIT BEL ET BIEN UN SUICIDE.(MON HYPOTHÈSE À MOI)
    GHISLAIN - 2013-05-12 23:06
  • @Ghislain: Ça aurait plein de sens. L'histoire ne dit pas de quel genre de bâtisse il s'agit...

    Lorsqu'on aura la réponse, comme je suis la seule à ne pas y croire, M. Levesque nous confirmera fort certainement que c'est moi qui se trompe, mais je l'assume...

    Sauf que d'ici là, une autre chose me turlupine: dans les années '40, où la religion avait force de loi, où le suicide était un billet direct pour les Enfers, et en plus pour une jeune fille qui travaillait avec des religieuses, comment a-t-elle pu avoir le courage de se suicider, sachant qu'elle n'irait jamais au Paradis? La religion les menait par le bout du nez. Ceux qui se suicidaient dans ce temps-là faisaient en sorte que ça ne paraisse pas et là, c'est plus qu'apparent, c'est le moins qu'on puisse dire...
    Annie - 2013-05-13 07:23
  • Au fait, M. Levesque, vous ne me ferez pas languir jusqu'à jeudi, non? Je suis sûre d'être dans le champ, vu que je suis la seule à ne pas y croire, mais je ne peux pas faire autrement alors arrêtez le supplice s.v.p., et dites-nous qu'encore une fois, je n'ai pas la bonne réponse, qu'on passe à un autre appel. J'ai beau retourner toutes les phrases du texte dans ma tête, j'ai visiblement un blocage à penser que c'est un suicide alors... on en sortira jamais...
    Annie - 2013-05-13 07:33
  • Cette énigme... c'est Annie rien comprendre ;)
    Yoann - 2013-05-13 09:21
  • Une tite fille feluette de même aurait jamais été capable de monter un bloc de glace de cette grosseur-là jusqu'au 4ième étage et en plus sans se faire remarquer! Il en aurait déjà eu une bonne partie de fondue le temps qu'elle se rende eten plus elle aurait mouillé tout le plancher et les escaliers! Ça n'aurait pas passé inaperçu.

    C'était un métier en 1940, livreur de glace. Elle avait juste à attendre que le monsieur lui en apporte un avec sa pince et dire quelle grosseur elle voulait.
    M. Thériault - 2013-05-13 10:12
  • C'est peut-être le livreur le meurtier?
    Annie - 2013-05-13 10:30
  • Tu oublies que c'est un suicide... ;o)
    M. Thériault - 2013-05-13 10:31
  • Ce n'est toujours pas prouvé... Je garde espoir, déformation professionnelle oblige...
    Annie - 2013-05-13 10:45
  • Elle s'est suicidé à l'aide d'un bloc de glace d'une douzaine de pouces, qui a fondu. Quant à savoir pourquoi elle s'est suicidée dans les années 40, ça c'est une autre histoire... Peut-être que M. Lévesque nous réserve un nouveau conte cette semaine?
    Dave - 2013-05-13 10:48
  • Ça va faire mal! ;o)))
    M. Thériault - 2013-05-13 10:49
  • Les mails se sont croisés...

    Mon "ça va faire mal!" s'adressait à la future réaction d'Annie....;o)
    M. Thériault - 2013-05-13 11:09
  • @M. Thériault: Même pas, je suis sûre que vous avez raison et je suis prête à assumer malgré mon incapacité à suivre cette voie. Ça c'est ma déformation professionnelle, toujours plus questionner, toujours voir plus loin, trop loin!!! Mais je vis avec, je n'ai pas le choix, c'est mon moi-même qui est fait comme ça! Par contre, j'avoue que si elle ne s'est pas suicidée, j'aurai une couple de pensées pour Sarah, Vincent et vous... :o))))))
    Annie - 2013-05-13 11:28
  • @Tous: la réponse ce soir. Je vais m'en vouloir de brimer votre imagination et votre sagacité... Mais disons que le mystère est maintenant résolu: il ne manque plus que quelques explications de détail. Au fait, personne ne m'a demandé les résultats de l'autopsie... Qui révélait pourtant un détail fort intéressant...
    Richard - 2013-05-13 13:43
  • Vous pourriez nous le donner, on jonglerait jusqu'à ce soir...
    Annie - 2013-05-13 13:45
  • Le mystère résolu, il nous reste juste la raison du SUICIDE à trouver...

    Moi je pense selon toute logique, que pour que la jeune Marguerite décide de mettre fin à ses jours en 1940, elle devait avoir quelque chose de terrible à cacher et qu’elle ne voyait dans son cas aucune issue possible.

    Donc, je pense qu’elle est tout simplement tombée enceinte du chauffeur de fournaise de l’hôpital St-Joseph, et que celui-ci ne voulant pas prendre ses responsabilités l’a tout simplement rejetée. La jeune Marguerite qui commençait déjà à apercevoir des rondeurs sur son petit ventre se rendait bien compte qu’elle ne pourrait plus cacher son état à la mère supérieure bien longtemps. Dans ce temps-là, c’était un scandale, les filles-mères étaient montrées du doigt et la mère supérieure dans son établissement si catholique ne pourrait faire autrement que de la congédier sur-le-champ. Elle savait qu'elle serait sans pitié d’autant plus que Marguerite avait remarqué que la mère supérieure elle aussi la vlimeuse, faisait toujours les yeux doux à son chauffeur de fournaise dès qu’elle l’apercevait. Se voyant déjà bafouée de tous, sans ressources, ne pouvant supporter le malheur dans lequel elle se trouvait, elle décida d’en finir.
    M. Thériault - 2013-05-13 15:25
  • Si c'était un suicide, ce serait une fichue de bonne histoire. Vous aussi, vous avez de l'imagination... mais c'est un meurtre... :0)
    Annie - 2013-05-13 15:43
  • @M. Thériault: j'espère que vous vous doutez que c'était une blague...
    Annie - 2013-05-13 15:44
  • On parle pour parler, là... et si le père était le livreur de glace. Vu qu'il refuse de prendre ses responsabilités (il est marié et déjà père de 5 enfants) et qu'elle veut garder l'enfant malgré tout ce que ça implique (elle l'eume!), il la tue, fais croire à son suicide et se sauve par l'entre-toit, ni vu ni connu...
    Annie - 2013-05-13 16:45
  • Je vais essayer de répondre à toutes les questions en peu de temps. D'abord pour Yoann, il n'y a pas de numéro 1313 sur la rue Lafontaine, en effet. C'était voulu...

    La solution a été trouvée par plusieurs en plusieurs étapes. Il s'agit d'un suicide (mais je comprends qu'Annie ait pu penser à un meurtre...), puisqu'il n'était visiblement pas possible qu'un éventuel meurtrier se soit échappé de la chambre close.

    Nous sommes en 1940, et cette situation dans le temps est importante pour expliquer à la fois le motif et le "modus operandi" du suicide. En ces années-là, il n'y avait pas de réfrigérateurs, mais des glacières. Un glacier venait à intervalles réguliers apporter un gros bloc de glace (qui pouvait facilement avoir 12 pouces carrés, et même pas mal plus). Marguerite est montée sur un bloc de glace récemment livré puis... comme Ghislain l'a expliqué plus haut. La glace fondue a laissé croire que le plancher, encore humide après une couple de jours, était fraîchement lavé. D'autre part, en 1940, peu d'édifices avaient le chauffage central... ce qui explique l'absence de grande puanteur après seulement deux jours. Autre élément que M. Thériault a bien deviné: l'autopsie a révélé que Marguerite était enceinte. De qui? Annie et M. Thériault ont des hypothèses qui en valent bien d'autres!

    Pour le reste, je dirai seulement ceci: ce commentaire que j'écris est le 50e... soit un record pour mon blogue, je pense! Merci à tous ceux qui me lisent et qui participent avec tant d'imagination et de talent à mes efforts pour apporter un peu de rire, d'émotion et de mystère dans les pages d'Info-Dimanche.com

    J'espère que vous continuerez non seulement à me lire, mais à réagir, et j'espère que d'autres se joindront à vous!

    Tiens, en attendant jeudi: je connais deux mots français qui sont composés de 8 lettres chacun. Mais si on leur en enlève 3, on obtient 12 à chaque fois. De quels mots s'agit-il?
    Richard - 2013-05-13 21:29
  • Je devrais donc gager contre moi lorsque vous posez des énigmes, M. Levesque, je serais vraiment riche!... Hum... Décourageante...

    Mme Thériault, je vous le concède! Ayoye, c'est vraiment douloureux... Bien non, c'est une blague, c'est de bonne guerre, depuis le début que vous tentez de me mettre en garde à l'effet qu'il s'agit d'un suicide, que je suis dans le champ (et le pire, je savais que vous aviez, tous, raison). Merci de votre patience mais... snif, snif... (soupir)... un jour...

    Je n'essaierai même pas (enfin, si j'y résiste jusqu'à jeudi!) de solutionner la nouvelle énigme. Je vais tenter de reposer mon pauvre vieux cerveau, qui s'est beaucoup fatigué à se poser tant de questions (pour rien, on le sait maintenant!!!). De toute façon, c'est dans les cordes de Vincent et de Paul, qui sont des rapides à des questions comme ça.

    Mais M. Levesque, si vous avez encore une énigme jeudi, je serai d'attaque! Un jour, je vaincrai (avec l'aide des autres, ça va de soi!). Bonne semaine.
    Annie - 2013-05-13 21:42
  • Finalement, facile, trop facile... 15 minutes de dodo et hop, un rêve de la solution! Vraiment weird, mon cerveau!

    Mais je ne la dis pas pour vous laisser la chance de la trouver, comme vous le faites souvent!!!

    Dormez là-dessus...
    Annie - 2013-05-13 22:38
  • Faut dire que je me suis bien amusée…. Merci.

    Un dernier commentaire. Pauvre petite Marguerite. Elle devait partir tout en haut de la rue Lafontaine jusqu’à l’hôpital St-Joseph à pied pour aller travailler chaque jour. Déjà là, c’était un bon petit bout de chemin, le 1313…. C’était une bonne marche, elle devait arriver essoufflée sus la job…. Avec ses modestes gages, elle loue une chambre meublée en ville et au moment où elle décide de mettre fin à ses jours, elle n’a pas de tabouret, ni table de lit, pas non plus de ti-banc, pas même une pauvre petite chaise pour monter dessus pour parvenir à se lancer dans le vide. Elle doit à ce moment-là, pour parvenir à ses fins, attendre le livreur de glace! Je comprends qu’elle était déprimée….. ;o)
    M. Thériault - 2013-05-14 09:58
  • Est-ce que je suis vraiment la seule à avoir trouvé les 2 mots? Aux cerveaux rapides qui viennent sur ce blogue, ça ne se peut pas, voyons...
    Annie - 2013-05-15 07:45
  • douzaine
    Tristan - 2013-05-15 09:09
  • "Douzaine" c'est ce à quoi j'avais pensé, mais à condition qu'on ait le droit de changer la dernière lettre...
    @Annie, moi j'ai le cerveau lent... Peut-être pour ça que je suis toujours dans les nuages....
    Yoann - 2013-05-15 09:45
  • C'est aussi le premier que j'avais trouvé. Et le deuxième est douzIEMe.

    @Yoann: Cerveau lent? En tout cas fort sur les jeux de mots...
    Annie - 2013-05-15 10:35
  • Aaaaaah ben oui ! Tout simplement !
    Oui, je l'avoue, je suis atteint de "FrançoisPérussite" aiguë, je ne pense qu'en jeux de mots et calembours !
    Yoann - 2013-05-15 10:43
  • Bravo Annie (et Tristan et Yoann), il s'agit bien de douzaine et douzième, deux mots de huit lettres... Et si on leur enlève trois, on obtient douze! Demain, la légende de Mister James...
    Richard - 2013-05-15 14:50
  • Juste pour savoir.... Est-ce que c'est dans vos plans de nous concocter une petite intrigue comme celle de Thibault de l'été dernier?
    M. Thériault - 2013-05-15 16:13
  • @M. Thériault: j'ai la mémoire qui flanche. Quelle était cette histoire de Thibault?
    Richard - 2013-05-15 17:04
  • Je dis Thibault, mais en fait c’était le nom du héros… En réalité, c’était votre « grand dadais » et le fameux chemin de croix qui a amené à creuser la tombe. De vraies heures de plaisir.. ;o)
    M. Thériault - 2013-05-15 17:16
  • Ah! Le Grand Dadais... Disons que pour le moment je n'ai rien d'aussi élaboré, mais qui sait? (Pour ceux qui ne m'ont pas lu l'été dernier, voir dans les "archives" les blogues du 21 juin au 10 août 2012).
    Richard - 2013-05-15 20:54
  • Voici le lien pour tous les épisodes du Grand dadais :
    http://blogue.infodimanche.com/aujourlejour/category/le-grand-dadais/
    Nicolas - 2013-05-15 21:02
  • Pas obligé d'être si élaboré, non plus.

    L'important, c'est le plaisir que ça procure de s'arracher les cheveux! ;o)
    M. Thériault - 2013-05-16 11:41
  • @M. Thériault: Ça me coûte plus cher de Tylenol que de shampoing depuis que j'essaie d'élucider ses énigmes! J'espère que je ne me mettrai pas à m'arracher le peu de cheveux que j'ai en plus!!! Il faut dire que rendue à mon âge...

    @M. Levesque: je dois dire que ça avait l'air assez hot mais j'imagine sans problème le travail que ça a dû demander de faire cette histoire. Une chance que je n'étais pas là l'été passé, ouf! Je pense que j'aurais passé la moitié de mes nuits de vacances à tenter de trouver les réponses au lieu de me reposer.
    Annie - 2013-05-16 12:43