Publicité

Le blogue de Richard Levesque

2 mai 2013 - 07:43

La légende du lac Témiscouata

12 Commentaire(s)
Personne ne sait ce qu’il y a dans les profondeurs du lac Témiscouata.  Ni les riverains, ni les pêcheurs, ni les plaisanciers, ni même les plongeurs ne peuvent savoir.  C’est trop profond, c’est trop sombre, c’est trop mystérieux.

Moi je sais, parce que je suis un peu sorcier et que je lis les anciens contes gravés dans la pierre, enfouis sous les repousses des forêts, dessinés dans le lit des ruisseaux.

Au fond du lac Témiscouata, sous les eaux troublantes et les troncs engloutis, dans la vase millénaire, il y a le purgatoire des vieux Témiscouatains.  Ceux qui sont morts depuis toujours : les fiers Indiens, les courageux pionniers, les conquérants altiers, les femmes infatigables, les enfants turbulents.  Les hommes des bois et de la terre, les prêtres et les soldats, les filles en fleur et les aïeules ridées, les femmes de cœur et de tête, les gens d’hier, d’avant-hier et de la nuit des temps…



De ceux qui sont morts au Témiscouata, quelques-uns sont passés sans transition de leurs paysages terrestres à l’infini du paradis.  Quelques autres sont allés sans attendre à la triste éternité des enfers.

Mais la plupart n’étaient ni des anges ni des démons, parce qu’ils étaient simplement humains.  Ceux-là ne méritent pas la damnation,  mais ne sont pas sans fautes.

Ceux qui sont morts au Témiscouata, pour la plupart, ont besoin d’un temps pour atteindre toute leur beauté, comme les papillons ont besoin d’être chenilles, comme la fleur a besoin d’un sombre séjour sous la terre avant de lancer dans la lumière du grand soleil ses parfums et ses couleurs.

Alors les âmes de tous ces morts baignent aux profondeurs du lac Témiscouata, sous les eaux troublantes et les troncs engloutis, dans la vase millénaire qui les nettoie sans les étouffer, qui les adoucit peu à peu, qui leur enlève les dernières cicatrices de leurs méchancetés humaines.

Puis, quand leur temps est fait, les vieux Témiscouatains sortent du lac pour s’élancer dans l’infini.  Quand, le jour, vous voyez tout à coup un éclat de lumière qui danse un moment sur une vague avant de s’envoler comme dans un souffle, vous voyez un Témiscouatain du passé, votre ancêtre peut-être, qui accède à la plénitude du bonheur.  La nuit, quand vous vous demandez si c’est un reflet d’étoile ou bien un feu-follet qui s’allume dans la houle, sachez que c’est une âme libérée qui monte au ciel.



Saluez-les, ces bienheureux et bienheureuses qui ont été, avant vous, des Témiscouatains bien ordinaires.  Et surtout ne troublez pas les eaux du lac : plus cette eau est claire, plus elle est pure, plus vite les âmes du purgatoire seront libérées de leurs souillures.

Ne troublez pas les eaux du lac.  Vous aussi, un jour, vous aurez besoin d’elles…

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Toutes vos réactions

12 réaction(s)
  • Ce n'est pas parce qu'on ne commente pas qu'on ne lit pas et qu'on n'apprécie pas... mais je me questionne sur la "vraititude" de la photo du cheval... Jamais vu de vagues si grosses en 22 ans... Est-ce que vous essaieriez de nous en passer une p'tite vite, M. Levesque?

    Plus sérieusement, est-ce que vous l'aviez déjà dans vos cartons, votre histoire ou si vous l'avez imaginée dernièrement? J'aime vraiment vous lire, ce sont de beaux moments que vous nous offrez. Bonne fin de semaine.
    Annie - 2013-05-03 12:24
  • Il y a de belles images dans cette légende, c’est beau. Je l’ai trouvée bien triste. Je vous avoue que ça m’a donné le frisson d’imaginer toutes ces âmes au plus profond du lac obscur attendant enfin la délivrance, depuis si longtemps, et pâtir de ne pouvoir accéder à jamais à tout ce qui se passe à la surface…

    Je pense que c’est la toute première fois que je réagis de même à l’un de vos écrits. Je trouve ça bien spécial cette fois...
    M. Thériault - 2013-05-03 17:52
  • @Annie: Je dois te faire un aveu: ce n'est pas moi qui illustre mes textes, en général, mais bien les artistes de l'Info-Dimanche, en particulier Nicolas et François, deux as! Alors bien sûr, je ne suis pas en mesure de te garantir la "vraititude", comme tu le dis si joliment, de cette vague en forme de cheval jaillissant de l'onde... Qui sait, il n'y a peut-être pas que les âmes des anciens humains dans le lac Témiscouata, il y a peut-être aussi les âmes des bêtes qui ont aidé les humains à survivre sur ses bords...

    Pour répondre à ta question, j'avais cette histoire "dans mes cartons" depuis quelques années.

    @M. Thériault: Est-ce qu'elle est vraiment triste, mon histoire? Je la voyais plutôt comme une "échappée vers la lumière"... Mais bien sûr, je ne suis pas maître des émotions qu'elle peut engendrer sur les lecteurs(trices). Un conte, une nouvelle, une légende, un roman, même un poème... Quand on l'a fini, quand on pose la plume ou qu'on ferme le clavier, c'est comme un oiseau qui s'envole, un enfant qui s'émancipe: c'est un être à part qui vit sa propre vie. C'est à la fois merveilleux et terriblement inquiétant...
    Richard - 2013-05-03 21:06
  • Encore une très belle histoire... J'aime beaucoup ce genre de conte. Pour moi, ce n'est même pas un conte, c'est plus.
    D'ailleurs, ça me rappelle cette phrase qui dit en gros que "les fées, au moins on y croit, au moins il y en aura".
    Yoann - 2013-05-04 10:25
  • Je trouve moi aussi que c'est une belle histoire, mais elle nous chamboule quand même un peu !
    Tristan - 2013-05-04 15:14
  • Devrais-je écrire un dictionnaire "Annie" dont ce serait le premier mot? Je trouvais que véracité décrivait moins bien ce que je voulais dire.

    C'est vrai que M. Drouin a beaucoup de talent, autant en écrit qu'en photo (pour M. Ouellet, je ne le connais pas alors je ne peux pas savoir mais si vous dites que lui aussi en a beaucoup, je vous crois). Vos histoires nous font vivre de belles émotions. Moi, vos contes de Noël m'ont fait redevenir une enfant (et j'espère que le lutin a bel et bien fouetté les fesses de Fouettard à Noël dernier pour qu'il m'oublie pendant une couple d'années) et celui-ci a sans contredit produit un certain effet à Mme Thériault...

    Comme j'ai déjà dit à M. Drouin, je me considère choyée d'être, un jour, tombée par hasard sur le site de infodimanche.com... J'y fais de belles "rencontres".

    Bonne semaine et j'espère que vous ne serez pas trop dur avec nous avec vos prochaines énigmes. Je me remets à peine de celles de la semaine dernière...
    Annie - 2013-05-04 15:17
  • Très beau conte Monsieur Lévesque.
    Vous avez ressuscité mes aïeuls, mon père, ma mère et plusieurs autres des miens.
    Ces âmes devenues volantes planent très haut dans notre beau ciel, parties de ce nouveau cimetière qui domine notre beau lac Témiscouata et peut être de l'ancien aussi qui se trouvait jadis à côté de l'église actuelle au lieu dit "Le Rocher", propriété dans le passé de ma famille et dont les membres naviguent aujourd'hui dans les nuages.
    Sera-t-il mon lieu de départ d'une nouvelle vie? Je n'en doute aucunement.
    La Palice - 2013-05-05 15:02
  • Annie, M. Thériault, Yoann, Tristan, La Palice, vos commentaires me touchent beaucoup. D'habitude ce sont mes énigmes qui m'attirent tant de "réponses"... Merci à tous.
    Richard - 2013-05-05 21:00
  • Saurez-vous,à compter de jeudi, résoudre le mystère du 1313?...

    Je compte sur votre sagacité habituelle!
    Richard - 2013-05-07 15:01
  • J'y rêve déjà.......
    Annie - 2013-05-07 17:18
  • Quoi?… Juste une cette fois? Oh là là! Ça doit en être une capable… ;o)
    M. Thériault - 2013-05-07 19:50
  • Je n'ai pas encore tout lu mais cela semble très intéressant! Je m'y plongerai plus tard aujourd'hui... bises, Marie=Hélène
    marie-Hélène - 2013-06-07 23:36