Publicité

Le blogue de Richard Levesque

4 mai 2012 - 07:54

Romanciers et personnages

9 Commentaire(s)


Quand je lis Jacques Poulin (Wolkswagen Blues, L’Homme de la Saskatchewan…), je me demande si Poulin, qui aime tant Hemingway, ne veut pas faire de son personnage de Waterman une sorte de « vieil homme et la mer »…  où la lutte contre l’espadon puis les requins serait transformée en lutte contre la page blanche.


Au fait, est-ce que tous les romanciers ne rêvent pas d’être des personnages de romans?  Ce besoin d’écrire et de décrire est-il autre chose qu’un besoin de vivre, mais de vivre comme des héros ou des antihéros, voire des proches de héros?…


Certains (Comme Hemingway ci-contre ou Jack London) ont été des personnages autant que des auteurs.  Certains autres (je ne nommerai personne) ne sont que des personnages.  Leur œuvre (parfois médiocre) est supportée par leur panache ou leur excentricité, et sombrera dans l’oubli dès la mort du personnage-auteur…


Un jeu d’enfants…



Une autre petite énigme pour garder en forme vos petites cellules grises…  Sera-t-elle moins difficile que ma phrase codée ou mon histoire de parchutistes?  J’ai hâte de voir…


Deux petits garçons jouent avec une balle en plastique.  Malheureusement, la balle tombe dans un trou profond d’une trentaine de centimètres, et dont le diamètre n’est que d’un millimètre supérieur à celui de la baballe.  Comment diable les (habiles) gamins pourront-ils récupérer leur jouet?  Deux précisions : pas question de creuser autour, le trou est dans le béton.  D’autre part, les jeunes n’ont dans leurs poches que les objets suivants :  un tire-roches, un canif dont la lame mesure 7 centimètres, un mouchoir (plutôt sale) et un lacet d’espadrille.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Toutes vos réactions

9 réaction(s)
  • Juste pour m’amuser, je lance quelques idées, mais j’ai bien le sentiment que ce n’est pas la réponse attendue.

    Je serais curieuse de connaître la circonférence du fameux trou. Pour que les enfants jouent avec cette balle, j’imagine qu’elle doit être beaucoup plus grosse qu’une balle de golf, la grosseur d’une balle de baseball, mettons. Donc, pourquoi les garçonnets n’entreraient-ils pas tout simplement leur très petite main dans le fameux trou pour tenter de la hisser avec leurs doigts? 30 cm, ils ont le bras en masse long!

    S’ils ne parviennent pas à la remonter avec leurs doigts, alors qu’ils essaient avec le fameux canif. La lame a 7 cm de long, mais la largeur ne doit pas dépasser le 1 millimètre de distance entre la balle et le béton du tour. En la glissant le long du béton, ils réussiraient peut-être à la remonter, s’ils sont un peu habiles…

    S’ils n’ont pas encore réussi, qu’ils essaient avec le lacet que l’un d’eux a dans sa poche. Je présume qu’ils sont tous les deux en espadrilles, donc on a 5 lacets qui doivent faire 30 cm chacun. Mis bout à bout, on en a assez long, en réussissant à le glisser sous la balle, la remonter ne serait peut-être qu’un jeu d’enfant…

    Sinon, qu’ils se trouvent un autre jeu… D’autres idées?
    M. Thériault - 2012-05-05 11:05
  • Éh! non, malgré toute la belle imagination déployée par M. Thériault, rien de tout cela ne marche. Les enfants sont pieds nus, donc ils n'ont qu'un lacet, d'ailleurs cassé... Et même! Comment faire passer un lacet sous la balle s'il n'y a qu'un espace de 1 mm tout le tour? Le trou est trop petit pour qu'ils y insèrent leurs petites mains (la balle doit en effet avoir à peu près le diamètre d'une balle de golf ou d'une balle de ping-pong. La lame du canif n'a que 7 cm...

    Bref, il faut continuer à chercher. Paul, Tristan, La Palice, Nicolas, Olivier, tous les autres, vous avez des idées?
    Richard - 2012-05-05 18:35
  • Comme le chimpanzé déjà présenté à Découvertes ? En trempant son mouchoir dans l'eau et en l'essorant vis-à-vis le trou pour faire «monter» la balle ...Ou carrément en crachant de l'eau dans le trou !
    claire - 2012-05-07 07:35
  • J'aime l'idée de Claire, mais Richard n'a pas souligné la présence d'eau.

    Si les jeunes sont le moindrement habiles (ou plutôt chanceux), ils peuvent utiliser le tire-roches pour catapulter le canif dans la balle, canif auquel on aura attaché un lacet au préalable pour le tirer... Mais je ne suis pas sûr de vouloir jouer avec une balle percée de cette manière.
    Paul - 2012-05-07 20:07
  • Ah! J'aime votre imagination. Décidément, si je devais échouer sur une île déserte, j'aimerais vous avoir avec moi, je suis sûr que nous parviendrions à survivre!

    Ceci dit, vous n'avez pas trouvé la solution, pourtant toute simple. mais peut-être faut-il être un enfant pour la trouver?...
    Richard - 2012-05-07 21:07
  • Alors....simplement «souffler» fort au-desssus du trou....Si la balle est légère, ça devrait la faire sortir...
    claire - 2012-05-08 08:09
  • 30 cm, c'est assez profond. Pleut-il? Ont-ils des boissons avec eux?
    Marilou - 2012-05-09 14:48
  • Il ne pleut pas et ils n'ont pas de boisson avec eux.

    Ceci dit, je sens que certains d'entre vous commencent à sentir une idée qui germe...

    Trouverez-vous la réponse avant ce soir? Car demain on change de texte (et peut-être d'énigme!)
    Richard - 2012-05-09 17:23
  • Bon, décidément, personne n'a trouvé (sauf peut-être M. Thériault, qui a voulu laisser une chance aux autres... Ou qui n'a pas osé!)

    En tout cas, que les prudes se voilent la face! C'est pourtant d'une simplicité... enfantine. Les gamins n’ont qu’à faire pipi dans le trou pour que la balle remonte à la surface. Le canif, le lacet, et le tire-roches n'étaient d'aucune utilité, sauf celle de vous lancer sur de fausses pistes (et non pas sur de vraies pisses, excusez-la!). Quant au mouchoir, il pouvait servir à essuyer la balle, ou du moins les petites mains...
    Richard - 2012-05-09 20:57