Publicité

Le blogue de Richard Levesque

14 mars 2012 - 10:20

L’énigme du veilleur de nuit

22 Commentaire(s)
Un industriel doit prendre l’avion à l’aube pour un voyage d’affaires;  en route pour l’aéroport, il passe à son usine pour prendre quelques documents importants.  En le voyant, le veilleur de nuit s’écrie :  « Patron, ne partez pas!  Je viens de rêver que vous aviez été tué dans un écrasement d’avion, et mes rêves ne me trompent jamais! »



Impressionné, le patron décide de prendre plutôt le train.  De fait, l’avion dans lequel il avait une place retenue s’écrase lors de l’atterrissage et tous ses occupants sont tués.

Dès son retour le patron se précipite chez le veilleur de nuit, le remercie à tours de bras et lui donne un important bonus —puis il le congédie.

Pourquoi?

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Toutes vos réactions

22 réaction(s)
  • Le fait de prendre le train plutôt que l'avion a valu à l'industriel la perte d'un très lucratif contrat dû au retard de ce dernier à son rendez-vous d'affaires.
    Bien qu'heureux d'avoir sauvé sa peau, il ne peut plus dès lors poursuivre ses acivités industrielles d'où ce congédiment du veilleur de nuit.
    La Palice - 2012-03-14 12:15
  • Certains le savent: je donne des ateliers d'écriture organisés par la Bibliothèque Françoise-Bédard. Des groupes de fort talentueux participants se sont amusés avec moi à écrire des légendes, puis des contes. Enfin, j'espère qu'ils se sont amusés... Bref, ces deux premiers ateliers ont débouché sur la publication de recueils: LES CONTES DU MERCREDI et LES MARDIS-LÉGENDES. Vous pouvez d'ailleurs emprunter ces recueils à la bibliothèque. Vous m,en direz des nouvelles!

    Puis, depuis une couple de semaines, nous nous rencontrons pour parler de poésie. Riche sujet! justement, ces jours-ci, les participants écrivent des haïkus, vous savez, ces petits poèmes de 17 syllabes réparties en trois vers de 5, 7 et 5 syllabes. Je suis sûr qu'ils vont me "pondre" de très jolies choses! Et en attendant, pour ne pas avoir l'air du gars qui donne de l'ouvrage aux autres sans travailler lui-même, je vous propose ce que m'a inspiré ce matin du 14 mars:

    Dernier ciel de neige
    Flocons aussitôt fondus
    Bientôt les outardes...

    Ah! au fait, désolé, cher La Palice, mais votre solution (quoique fort plausible) n'est pas la bonne!
    Richard - 2012-03-14 12:34
  • pour rêver, il devait dormir, de là le congédiement...d'après moi ça plein de bon sens..........................

    C'est un peu comme l'histoire du gars qui dit à son patron que sa brouette fait kuik.......kuit.......kuik alors il le fou à la porte parce elle devait plutôt faire kuikuikiukiukiut (plus vite)
    guillaume - 2012-03-14 14:28
  • Un veilleur de nuit qui rêve la nuit est un veilleur bien peu fiable...Ronflait-il aussi ?
    claire - 2012-03-14 22:13
  • L'employé aurait-il un quelconque lien avec l'accident d'avion ?

    Je lance une idée à tout hasard: si cet homme avait su avant que l'avion allait s'écraser, il aurait peut-être décidé de sauver la vie de son patron.

    Peut-être que celui-ci a découvert le pot aux roses d'une quelconque manière...
    Tristan - 2012-03-14 22:28
  • Poésie: Je réalise ma difficulté qui semble située autour des notions de diérèse, de synérèse et de l'hiatus. Je me culpabilise de ne pas avoir été suffisamment attentif au cours de mardi lorsque notre professeur nous en a parlé.
    Heureusement que Wikipedia, mon bréviaire, peut aider:
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Versification_fran%C3%A7aise

    Reste que l'exemple demeure un bel outil pédagogique: plus haut, dans le haïku de Richard, pour arriver aux métriques "5-7-5", j'en déduis que, par exemple, "-nier" ne compte que pour UNE syllabe sonore dans le mot "Dernier".
    De même: "ciel" = 1 ; "bien-" = 1 (dans le mot "Bientôt")

    S'agit-il de synérèse?

    En conclusion, un cerveau de mâle comme le mien, matheux par surcroît, aimant les concepts simples, clairs et univoques, est tenté d'en déduire que diérèse, synérèse et hiatus constituent d'utiles outils pouvant transformer "1 en 2" ou "2 en 1" pour arriver au compte juste de la métrique!

    Mais, comme l'oeil de Dieu qui me surveille constamment, je demeure anxieux devant ma possible culpabilité de commettre ainsi l'ultime péché: celui de ne produire que de la "Prose hachée"!
    Louis-Philippe Thouin - 2012-03-15 10:04
  • Le veilleur de nuit a été congédié tout simplement parce qu'il a dormi sur la job... :)
    Paul - 2012-03-15 13:22
  • @Tristan: non, ce n'est pas ça. Mais il y a de l'idée, là: Tu aurais un bon départ pour une nouvelle policière. Colombo Tristan?

    @Louis-Philippe: pour le hiatus, c'est une autre paire de manches. Éviter autant que faire se peut!
    Mais pour ce qui est de la synérèse (du grec "sun" qui signifie "avec", comme dans synchrone, sympathie ou synthèse) et de la diérèse (du grec "di" qui signifie "deux" comme dans dièdre, dichotomie ou diphasé), il existe tout de même des règles d'usage. Ainsi tu dois prononcer "goémon" en trois syllabes, ainsi par exemple que "poésie. Il y a aussi diérèse obligatoire dans "pays, réel..." Et deux voyelles forment toujours deux syllabes quand elles sont précédées des consonnes R ou L. Exemples? Encrier, oublier, trouer, cruel...
    Ceci dit, il reste des tas de mots où peut s'exercer la fameuse "licence poétique"!
    Richard - 2012-03-15 14:57
  • Se pourrait-il que le patron ait rencontré sur le train une personne qui lui aurait divulgué des informations compromettantes sur son employé ? (du genre : dossier criminel non déclaré à l'employeur, ou autre).

    L'apprenant, il met son employé à la porte.
    Tristan - 2012-03-15 20:09
  • Éh! non, ce n'est pas encore ça, ami Tristan. On essaie encore!
    Richard - 2012-03-15 20:34
  • Je ne vois plus qu'une chose...l'employé a dû faire quelque chose de répréhensible sur son lieu de travail.

    Son patron s'en ait rendu compte.

    Est-ce que je pointe dans la bonne direction cette fois ?
    Tristan - 2012-03-16 20:16
  • Oui monsieur! Cette fois tu tiens le bon bout.

    N'y aura-t-il personne pour aider notre ami Tristan? La solution se dessine...
    Richard - 2012-03-16 20:52
  • Un autre haïku, malheureusement inspiré par la réalité de ma semaine:

    Quand meurt un ami
    À bout de toute souffrance
    Larmes et soupir
    Richard - 2012-03-17 20:48
  • À la lumière des indices donnés plus haut, je préume que patron et employé étaient de connivence pour saboter l'avion et le "rêve de l'employé était l'indication pour le premier qu'il lui fallait éviter de prendre son avion.
    En retour, il avait été convenu que l'employé serait congédié après remise d'une significative prime.
    La Palice - 2012-03-18 11:45
  • Je pense qu’il faut plutôt se demander ce qu’était en train de faire le veilleur au moment où le patron à débarquer sans prévenir pour venir chercher ses dossiers.
    M. Thériault - 2012-03-18 13:07
  • Le bonus, parce qu'il lui a sauvé la vie.

    Le congédiement, parce que l'homme dormait au travail.
    Mathieu - 2012-03-18 17:00
  • Mathieu a trouvé! Si vous relisez attentivement le début de la petite histoire: "Un industriel doit prendre l’avion à l’aube pour un voyage d’affaires; en route pour l’aéroport, il passe à son usine pour prendre quelques documents importants. En le voyant, le veilleur de nuit s’écrie : « Patron, ne partez pas! Je viens de rêver que vous aviez été tué dans un écrasement d’avion, et mes rêves ne me trompent jamais! »"...

    Le patron passe à l'usine à l'aube. Le veilleur de nuit vient de rêver... donc il dormait "sur la job"... Ce que Mathieu a bien saisi, bravo!

    Comme disait l'autre: "bon sang, mais c'est bien sûr!"... Quelqu'un a une autre énigme pour nous?
    Richard - 2012-03-18 20:16
  • Moi! Je rêve debout et mon patron ne me congédie pas pour autant!
    La Palice - 2012-03-18 23:45
  • Je ne sais pas pourquoi, mais j'avais l'impression que La Palice était à la retraite... Il serait alors son propre patron, ce qui expliquerait que son patron ne le congédie pas même s'il rêve, debout, couché ou n'importe comment! Ai-je tort?
    Richard - 2012-03-19 17:33
  • Et non Richard!
    Toujours présent même si je suis à la retraite.
    Malgré tout, j'ai un patron qui surveille mes allées et venues et c'est ma femme.
    Les jeunes d'aujourd'hui parleraient de blonde ou de conjointe.
    La Palice - 2012-03-20 20:29
  • Ah! bon, alors je comprends tout. C'est un patron choisi...
    Richard - 2012-03-20 21:11
  • Pensum du cours #2:
    1) un quatrain de métrique "n" (j'ai opté pour n=10, décasyllabes)
    2) et un haïku "5-7-5":



    Nuit de fraîcheur, en cette douce atmosphère

    Terre d'hommes, en marche sous lune qui luit

    Pays de contrastes, où ils marchent vers la guerre

    Puis que lui, pour aller vers sa belle et son lit

    == == = === ===



    L'esprit tourne en rond

    Sans savoir se satisfaire

    Corps guette la mort
    Louis-Philippe Thouin - 2012-03-23 00:44