Publicité

Le blogue de Richard Levesque

19 janvier 2012 - 08:18

De sagesse en catastrophes

Du 19 au 25 janvier 2012

De sagesse en catastrophes




Jeudi 19 janvier: Paul Valéry disait : « Ce qui m’a frappé le plus au monde, c’est que personne n’allait jusqu’au bout ».

Vendredi 20 janvier: Le secret du bonheur, c’est l’acceptation de l’imperfection.  Bien des gens disent qu’ils ne sont pas heureux, parce qu’ils ne sont pas parfaitement heureux.  Or la perfection n’est pas de ce monde.  Pensez-y : la perfection n’est pas nécessaire au bonheur.  En fait la perfection est peut-être le principal obstacle au bonheur : à ceux qui exigent la perfection, bien sûr, il manque toujours quelque chose!…

Samedi 21 janvier: Je sais que ça n’intéresse plus grand monde, mais je vais le rappeler quand même : le 21 janvier, c’est l’anniversaire de la décapitation du roi Louis XVI.  Pauvre Louis!  Il aurait tellement aimé être simple serrurier…  Ça montre qu’il est bien plus important de faire un travail qu’on aime, plutôt que de prendre un emploi simplement pour l’argent ou les honneurs.  On vit plus heureux, et on a moins de chance de se faire couper le cou!

Dimanche 22 janvier: Si on me parle de quelque chose qui a du bon et du mauvais, du beau et du laid, pourquoi n’accorderai-je pas plus d’importance à ce qui est beau et bon?

Lundi 23 janvier: Irez-vous au Carnaval de Québec?  Saviez-vous que Montréal aussi fêtait le Carnaval autrefois?  C’est en date d’aujourd’hui, 23 janvier, mais en 1883 que le premier Carnaval d’hiver de Montréal s’est ouvert…

Mardi 24 janvier: Rêver, c’est se souvenir, et c’est parfois se rappeler ce qui n’existe pas encore...

Mercredi 25 janvier: La société actuelle s’est accoutumée à considérer comme « normale », et donc « de peu d’intérêt », toute situation honnête, tranquille, heureuse.

Ainsi les journaux nous parleront à pleines pages d’un ministre accusé de fraude ou de la crise politique qui agite un pays, mais ne consacreront pas un entrefilet au ministre intègre et compétent ou au pays calme et prospère.  La télévision fera de grands frais pour aller réaliser un reportage sensationnel et bien sanglant sur les lieux d’un meurtre crapuleux, mais ne se déplacera certainement pas pour filmer une noce d’or.

S’il y a sécheresse, ou invasion de sauterelles ou épidémie de fièvre aphteuse dans un coin de la planète, nous le savons dans l’heure;  mais savez-vous combien de bonnes récoltes poussent actuellement dans le monde? Nous risquons d’être bien malheureux si nous sommes sourds et aveugles à tout ce qui n’est pas accident, guerre, massacre, famine, fléau.

Nous risquons d’être bien malheureux si la déplorable et exclusive publicité faite autour des catastrophes nous empêche d’entendre et de voir que les catastrophes sont l’exception, et non la règle.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides: