Publicité

Le blogue de Richard Levesque

1 décembre 2011 - 12:42

Les amis d’enfance… et autres sujets

5 Commentaire(s)
Combien de personnes avons-nous connues dans notre vie?  Des milliers, des dizaines de milliers sans doute.  Bien sûr, plus nous avançons en âge, plus le chiffre augmente.  Si en plus nous avons occupé une fonction publique, ou si nous exerçons un métier de créateur ou d’interprète, le chiffre augmente encore.

Je peux sans doute compter mes proches :  quelques parents, quelques amis (les vrais).  Mais les autres, les simples connaissances, sont innombrables : ceux qui venaient à l’école avec moi, ceux avec qui j’ai joué dans mon enfance, tous les oncles, cousins, petits-cousins croisés à des mariages ou à des frunérailles.  Mes confrères de collège ou d’université.  Les voisins de toutes mes résidences.  Les camarades de travail.  Tous ceux que j’ai côtoyés à un moment ou l’autre.  Tous les fournisseurs de services, de denrées, d’objets divers.  Tous ceux qui sont venus me dire qu’ils avaient lu mes livres ou mes articles, ceux qui venaient me parler après m’avoir vu à la télé…  Et mes élèves? 300 élèves en moyenne par année scolaire, sans compter les cours du soir ou les cours d’été, pendant plus de 30 ans : faites le calcul!

Combien de personnes ai-je connues dans ma vie?  Beaucoup, beaucoup.  Trop en tout cas pour qu’il soit pensable que je me souvienne de chacun, que je me rappelle tous les noms, tous les visages.  Et je comprends fort bien que la plupart d’entre eux ne se souviennent plus de moi, de mon nom, de mon visage.  Impossible de garder un contact personnel avec tant de monde.

Même si la vie, impitoyable dans sa course, se charge d’éloigner temporairement ou définitivement une bonne quantité de ceux qui nous ont côtoyés à un moment ou l’autre, il reste que chacun doit faire des choix.

Il faut souvent refuser d’accorder du temps à chacune des innombrables personnes que la vie a mises sur notre chemin à un moment ou à un autre, si l’on veut avoir du temps pour nos proches (ceux que l’on peut compter)…

Du 1er au 7 décembre 2011


Jeudi:
Voici le premier jour du dernier mois de l’année.  On peut commencer à compter : il reste 24 jours avant Noël…  Pourquoi ne pas faire de ce jour, de ce mois, de ce Noël, les plus beaux de toute ta vie?  Pourquoi toujours penser que c’était plus beau avant, ou que ce sera meilleur après?

Vendredi: La critique est utile, voire nécessaire, mais elle ne doit pas dicter au créateur ses choix et ses décisions.  Un créateur qui se gouverne d’après les critiques n’est pas plus estimable qu’un politicien qui gouverne d’après les sondages.


Samedi:
Dans LE CHIEN D’OR, William Kirby (traduit par Pamphile Le May) écrit ceci :  « Ce ne sont ni l’intelligence, ni l’activité, ni les richesses qui ont le plus d’empire sur les hommes, mais la force de caractère, le contrôle de soi-même, la patience et la volonté ».  Qu’en penses-tu?

Dimanche: Citation de Voltaire :  « J’ai décidé d’être heureux parce que c’est bon pour la santé. »

Lundi: Selon le calendrier nous sommes encore en automne…  Mais les calendriers ont été inventés par des gens qui ne connaissaient pas nos climats.  Nous, Québécois, savons que décembre est bel et bien un mois d’hiver!  Ces jours-ci, je pense à Jacques Cartier et ses compagnons, je pense au premier hiver que ces Français ont passé à Stadaconé.  Des vêtements de l’été français, une cabane sans fenêtres (on n’avait pas de vitres!), des feux de bois vert qui boucanent plus qu’ils ne réchauffent, de la nourriture avariée…  Le scorbut qui déchausse les dents, la faim qui tord le ventre…  Cartier et ses hommes ne devaient pas être des mauviettes.  La preuve : après avoir regagné la France, ils sont revenus l’année suivante!


Mardi:
Il y a 111 ans aujourd’hui, le 6 décembre 1900, avait lieu l’assemblée de fondation de la première Caisse Populaire.  Alphonse Desjardins, à son domicile du 8 de l’avenue Mont-Marie à Lévis, reçut un premier dépôt de 10¢…  puis, pour l’ensemble de cette première journée d’opération, un total de 26,40$.  Pensez à ça, la prochaine fois que vous irez effectuer une transaction à votre Caisse…

Mercredi: Saviez-vous qu’à une époque pas si lointaine, les enfants avaient déjà reçu leurs cadeaux, le 7 décembre?  Dans ce temps-là, le Père Noël n’avait pas encore remplacé Saint Nicolas (en d’autres langues : Santa Claus).  Or la fête de Saint Nicolas, c’était hier, 6 décembre.  C’est à cette date que le bon vieillard à longue barbe et longue robe blanches passait par les chaumières pour récompenser les enfants sages.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Toutes vos réactions

5 réaction(s)
  • À tous mes lecteurs:

    Dorénavant, mon "blogue" va prendre la forme de ce qui précède: une page plus longue qui va rester en ligne toute une semaine. Est-ce que vous aimez ce format? Je serais très heureux de recevoir quelques commentaires -sur le contenu, bien sûr, mais aussi sur la forme.

    Ah! J'oubliais: pour les amateurs, ils y aura encore des énigmes, bien sûr. Et vous aurez toute une semaine pour les résoudre... En espérant que vous ne trouverez pas toujours la réponse dès le premier jour!
    Richard Levesque - 2011-12-01 16:16
  • Je crois que la vie met sur notre chemin les personnes que l'on doit rencontrer au moment opportun parce qu'à ce moment-là chacun a quelque chose à tirer de cette rencontre. Lorsqu'on perd ces personnes de vue, c'est qu'il y a quelque chose d'autre et d'autres gens ailleurs qui prennent le relais pour les mêmes raisons soit de nous faire avancer dans ce qu'on a à vivre.
    Marilou - 2011-12-02 17:55
  • J’aime bien la forme qu’a pris votre blogue. Il y a encore plus de contenu. Je pense qu’ajouter en plus la date à côté du jour nous situerait en un seul coup d’œil mais c’est bien aussi.
    Pour les énigmes, on peut prendre ça mollo au début et on se forcera plus les derniers jours!☺
    Tristan - 2011-12-04 19:56
  • Le fait que saint Nicolas fasse sa livraison de cadeaux le 6 décembre devait grandement aider à préserver le caractère sacré de la fête qu’on a pas mal perdu de nos jours.

    En remplaçant saint Nicolas par le père Noël, c’est vraiment dommage que l’on n’ait pas aussi trouvé un substitut pour le père Fouettard. Ça aurait drôlement amusé les enfants!!! ;o)
    M. Thériault - 2011-12-07 19:06
  • Bien d'accord avec la nouvelle formule !!
    Lily - 2011-12-12 06:50