Publicité

Le blogue de Richard Levesque

6 novembre 2011 - 07:37

Énigme d'automne

12 Commentaire(s)
6 novembre : Novembre n’est pas un mois facile.  On sent l’hiver qui vient, on ressent la fatigue de tout le travail accompli depuis la fin des vacances, et puis il y a les jours qui sont de plus en plus courts, de plus en plus gris…


Novembre, c’est le « mois des morts », comme disaient les Vieux.  Courage, donc!

Et justement, pour vous réchauffer les neurones en ce gris novembre, voici une petite énigme toute simple :

Le mystère des deux sacs

Un après-midi pas trop nuageux de novembre, un fermier regardant par la fenêtre voit dans son champ deux personnes.  L’une a un sac ouvert et est bien vivante puisqu’elle marche;  l’autre tient un sac fermé et est visiblement morte.

De qui s’agit-il?  Pourquoi la première est-elle vivante et l’autre morte?

(Réponse le 9…)

N'oubliez, aujourd'hui, on « recule » l'heure!

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Toutes vos réactions

12 réaction(s)
  • Deux chasseurs revenant de la chasse!
    Dans le sac de la première, rien! Dans celui de l'autre, une perdrix....morte.
    La Palice - 2011-11-06 12:54
  • Ce qui me chicote et que je voudrais bien trouver, c’est pourquoi le fermier qui regarde par la fenêtre est convaincu que la deuxième personne est morte. À cette distance, ça ne doit pas être évident, il pourrait être juste sans connaissance. Pourtant, il semble en être certain…. C’est bien bizarre.
    M. Thériault - 2011-11-06 17:43
  • Pas évident! j'ai hâte au 9... en attendant, je me creuse les méninges!
    Tristan - 2011-11-06 18:00
  • Quoi ? Un autre Tristan ? Je croyais pourtant être le seul dans la région !
    Tristan - 2011-11-06 18:12
  • Mm... Et si le champ se trouvait aux États-Unis? Si deux braconniers capturaient des serpents venimeux, et que l'un des serpents, un crotale admettons, se soit échappé d'un sac et ait mordu l'une des personnes, alors le fermier a pu voir la victime étendue à terre, morte empoisonnée.
    Val T - 2011-11-06 18:26
  • Vous avez de l'imagination, les copains, mais vous n'y êtes pas du tout. Pour Val T., par exemple, si c'était une histoire de serpents venimeux, ne serait-ce pas celui dont le sac est ouvert qui serait mort (le crotale s'étant échappé), et celui dont le sac est fermé qui serait en vie? or c'est le contraire... Et pour La Palice, ce sont deux personnes que voit le fermier, l'une morte et l'autre vivante, et non dans le sac d'une de ces personnes que se trouve quelque chose (ou quelqu'un) mort, comme une perdrix... Pour M. Thériault, je dirais que soit le fermier a une très bonne vue, soit il a une excellente paire de jumelles... Mais au fait, celui dont le sac est fermé pourrait juste être sans connaissance. Mais ça m'étonnerait beaucoup! Allons, encore un petit effort, à l'exemple de Tristan #1...
    Richard Levesque - 2011-11-06 20:44
  • Je crois que j'ai trouvé! Pour ne pas brûler le punch, voici un indice : les deux personnes se connaissent et étaient ensemble au début de la journée.
    Nicolas - 2011-11-06 21:05
  • Il est possible en effet que les deux personnes se soient connues, au moins de vue. Et il est probable qu'elles aient été ensemble à un moment de la journée.
    Richard Levesque - 2011-11-07 09:26
  • Je le sais bien que ce n’est pas la solution, c’était juste pour m’amuser en attendant la vraie réponse…
    Le fermier encore tout endormi regarde par la fenêtre. À sa grande surprise, il voit dans son champ 2 grosses motos rangées l’une à côté de l’autre. Avec sa très bonne vue, presque bionique, ou sa paire de jumelles ultrapuissante, il peut facilement apercevoir un sac de couchage ouvert et un homme vêtu d’une veste de cuir avec de drôles de dessins, marcher tout autour. Le deuxième sac de toute évidence est fermé, il peut même voir les détails de la fermeture éclair… D’un seul coup d’œil, il peut reconnaître sans difficulté la forme d’une personne bien bâtie, vraisemblablement un colosse à l’intérieur. Étrangement, et malgré la distance, le fermier avec son œil de lynx, peut même distinguer ses gros doigts crochus qui semblent s’être agrippés au sac en dernier recours, comme s’il s’était fait surprendre durant son sommeil. Des grosses taches de sang répandues ne font aucun doute que la personne qui se trouve à l’intérieur est bel et bien morte victime sans doute d’un règlement de compte, et que le travail n’est pas entièrement terminé. Le fermier n’hésite pas un instant. Il vérifie que ses portes sont toutes bien verrouillées, oublie tout ce qu’il a vu et retourne se coucher.
    M. Thériault - 2011-11-07 09:49
  • Quand je disais que vous aviez de l'imagination... Mais ce n'est pas encore ça!
    Richard Levesque - 2011-11-07 13:40
  • Excusez, mais j’ai le gros défaut de m’acharner quand je cherche quelque chose…

    Le fermier en regardant par la fenêtre voit les deux personnes et les deux sacs et sait que la personne dont le sac est fermé est de toute évidence morte. À cette distance, il me semble ce qu’il voit par la fenêtre pour en être certain doit être aussi évident que le nez en plein milieu de la figure.

    « Il est possible en effet que les deux personnes se soient connues, au moins de vue. Et il est probable qu’elles aient été ensemble à un moment de la journée ».

    Comment deux personnes qui ne se connaissent peut-être que de vue, puissent se retrouver chacune avec un sac dans le champ perdu d’un fermier ?

    Votre indice peut-il être poussé jusqu’au point de nous dire si vos deux personnes sont arrivées ensemble ?
    M. Thériault - 2011-11-08 11:04
  • En fait, je dirais que la personne qui est morte est probablement arrivée un peu avant celle qui est vivante...

    Demain la réponse!
    Richard Levesque - 2011-11-08 13:26