Publicité

Le blogue de Richard Levesque

14 octobre 2011 - 09:57

L’énigme des chasseurs fatigués

9 Commentaire(s)
Nous sommes en pleine saison de la chasse…  Alors voici un petit problème qui est « de saison »!

Par un soir d’automne sombre et pluvieux, dix chasseurs fatigués, éreintés, vannés, fourbus et pour tout dire las, arrivent à une auberge solitaire et demandent chacun une chambre.


— J’ai neuf chambres seulement, leur dit l’aubergiste.  Aussi je peux donner une chambre simple à huit d’entre vous, mais les deux autres devront partager le même lit.


Cela ne fait pas du tout l’affaire des chasseurs:  ils sont tous très las mais aussi ils sont tous très douillets.  Si bien qu’une querelle s’élève, aucun ne voulant accepter de partager son lit avec un de ses compagnons.


L’aubergiste se gratte la tête...  et soudain l’idée jaillit:  il imagine un plan très ingénieux et très simple pour accommoder tous ses clients.  Voici comment il procède:


Dans la chambre A, il met temporairement deux hommes;  il loge le troisième en B, donne la chambre C au quatrième et accorde la chambre  D au cinquième.


Puis il fait entrer le sixième en E, le septième en F, le huitième et le neuvième respectivement en G et en H.


Alors il retourne à la chambre A où, comme nous l’avons dit, il avait laissé deux chasseurs;  prenant l’un d’eux (le dixième et dernier) il le loge tranquille dans la chambre I.


Ainsi donc, dans NEUF chambres simples et à raison d’une chambre par personne et d’une personne par chambre, notre habile aubergiste a logé DIX chasseurs.


Comment diable a-t-il réussi ce miracle?

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Toutes vos réactions

9 réaction(s)
  • Alors il retourne à la chambre A où, comme nous l’avons dit, il avait laissé deux chasseurs; prenant l’un d’eux (le dixième et dernier) il le loge tranquille dans la chambre I.


    Ouin, mais dans la chambre A d’après le croquis, c’est le premier et le deuxième chasseur qui y sont pas le dixième…..
    M. Thériault - 2011-10-14 11:05
  • Alors tu as fait un croquis? Pas mauvais, comme idée! À quoi ressemble au juste ce croquis?

    Au fait, voici un autre petit problème, très court. Un missionnaire est enlevé par une tribu de cannibales. Le chef lui dit: "Nous ne sommes pas des sauvages! Tu vas nous dire quelque chose. Si je juges que tu as dit la vérité, tu seras proprement assommé, tu ne sentiras rien et nous te mangerons bouilli avec des patates douces. Si je décides que tu as menti, tu seras brûlé à petit feu et nous te mangerons rôti avec des petits oignons..." Le missionnaire était un gars pas mal brillant. Il a prononcé une phrase, une seule! Et le chef a été tellement embêté qu'il n'a pu faire autrement que de le libérer. Qu'est-ce qu'il a dit?
    Richard Levesque - 2011-10-14 21:02
  • Je m'essaie...
    Le missionnaire dit " Je suis un menteur". En soi, c'est impossible: s'il est un menteur, il aurait dit: "je ne suis pas un menteur". S'il n'était pas un menteur, il n'aurait pas dit qu'il en était un!" Donc, le chef ne sait pas si le missionnaire est un menteur ou non et doit le relâcher.
    Val T - 2011-10-15 11:22
  • Effectivement, le chasseur 10 n'est toujours pas placé... C'est le no 2 qui est relogé dans la chambre I... Et ce pauvre 10e chasseur attend toujours un lit ;)
    Karine - 2011-10-15 16:43
  • Pour le 2e énigme, tentons quelque chose du genre : "je dis la vérité lorsque je mens "

    ... Je mentionne au passage que je suis bien contente d'avoir trouvé pour les chasseurs... Car vous m'avez bien eu avec l'une et l'autre des énigmes de balance, il m'aura fallu attendre que quelqu'un d'autre trouve la solution ;)
    Karine - 2011-10-15 16:46
  • Alors pour les chasseurs, il me serait difficile de prétendre que vous n'avez pas trouvé la solution: M. Thériault d'abord, qui a procédé d'une manière très intelligente en "numérotant" ses chasseurs et ses chambres, puis Karine qui a sans doute procédé de la même façon.

    Mais pour l'énigme du missionnaire, vous ne l'avez pas... pas encore! Val T. a une approche brillante, mais le chef est seul juge. S'il décide que le missionnaire n'est pas menteur, pas de problème, on l'assomme et on le cuit au court-bouillon! Et s'il décide qu'il a menti en disant cela, au feu! Quant à Karine, le chef n'étant pas porté sur les abstractions et les analyses de texte, il aurait probablement choisi de croquer le missionnaire en commençant par la langue...

    Non, c'est plus simple que ça. Cherchez encore...
    Richard Levesque - 2011-10-15 21:39
  • Et si la phrase du missionnaire était « je vais finir dans la marmite bouilli », il finirait au court-bouillon, car il a dit vrai.

    Mais, s’il disait « je vais finir rôti avec des ti-oignons », le chef réfléchirait.

    S’il dit vrai, le chef ne peut pas le faire bouillir, mais s’il ment il doit le rôtir. Mais s’il le rôti, le missionnaire est rôti, car il a dit la vérité… donc le chef ne sait plus quoi décider.
    Tristan - 2011-10-16 00:24
  • Tristan a raison: en fait, la phrase du missionnaire est quelque chose comme: "Je mourrai par le feu". Si on le brûle c'est qu'il a dit vrai, donc on ne peut le brûler. Mais si on ne le brûle pas il a menti, donc il faut le brûler... Le chef n'a jamais pu se dépêtrer de ça et il a donc libéré, quitte à rester un peu sur sa faim. Mais comme le curé était un brave homme, il lui a laissé deux cachets d'aspirine avant de partir...

    Bravo, Tristan! Mais avouons que Val et Karine n'étaient pas loin...

    Je vous en réserve une couple d'autres pour les jours à venir?
    Richard Levesque - 2011-10-16 21:30
  • c'est sûr qu'on en veut d'autres!
    Val T - 2011-10-17 13:28