Publicité

Le blogue de Richard Levesque

5 octobre 2011 - 10:11

Entre éducation et catastrophe

2 Commentaire(s)
5 octobre : En 1920, le romancier anglais Herbert Georges Wells (auteur de la Guerre des mondes, de L’Homme invisible et de L’Île du Dr Moreau, entre autres…) écrivait ceci :  « L’histoire humaine devient de plus en plus une course de vitesse entre l’éducation et la catastrophe. »  Il me semble que c’est de plus en plus vrai…


6 octobre : Le monsieur timide se présente à la clinique.


—Docteur, explique-t-il en rougissant et bégayant, j’ai…  c’est-à-dire…  Je viens vous voir pour un ami…  Il a…  Un petit bouton sur le…  Sur le bras, c’est ça, sur le bras.


—Pas de problème, répond le médecin.  Baisse tes culottes et montre moi le bras de ton ami…

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Toutes vos réactions

2 réaction(s)
  • .........et à voir la manière dont les Asiatiques se débattent pour exceller à l'école, il est certain que la catastrophe est près de nous avec nos taux de décrochage scolaire!
    Comment comprendre le fait que beaucoup de nos jeunes préfèrent échanger trente sous pour une piastre?
    Tellement illogique qu'il doit s'en fumer du bon.
    Et nos gouvernants qui se complaisent trop souvent dans la médiocrité des diplômes qu'ils décernent à des jeunes qui comprennent vite qu'ils sont les dindons de la farce dans ce processus.
    Question?
    L'école existe-t-elle pour les élèves ou pour ceux qui y travaillent?
    La Palice - 2011-10-05 13:57
  • Elle est bonne. En voilà une autre.



    Un athée se promenait dans les bois tout en s'extasiant devant la nature :

    « Quels arbres majestueux, quelle puissante rivière, quels beaux animaux! » Se disait-il.

    Comme il marchait le long de la rivière, il entendit un sourd grognement provenant d'un buisson à proximité.

    Il jeta un oeil dans cette direction et vit un
    énorme grizzly de plus de 2 m de haut qui
    s'apprêtait à le charger.

    Il courut aussi vite qu'il le pouvait dans un
    petit sentier, regarda par-dessus son épaule
    et réalisa que l'ours le talonnait.
    Il trébucha et tomba sur le sol.
    Il roula sur lui-même et comme il tentait de se
    relever, il vit l'ours au-dessus de lui, la patte
    droite prête à le frapper !

    À cet instant, l'athée s'écria:
    « Oh, mon Dieu! »
    Le temps s'arrêta, l'ours se figea et la forêt
    devint silencieuse.

    Une lumière vive apparut près de l'homme et une
    voix vint du ciel :

    « Tu as nié mon existence durant toutes ces
    années et attribué la Création à un accident
    cosmique. Dois-je t'aider à te sortir de cette
    situation ?
    Crois-tu que je puisse te considérer comme un croyant ?»

    L'athée regarda vers la lumière et répondit
    humblement :

    « Je crois qu'il serait hypocrite de ma part de vous
    demander de me considérer comme un bon
    catholique, mais peut-être pourriez vous rendre
    l'ours ... catholique? »

    « Très bien », dit la voix.


    La lumière s'éteignit, la forêt reprit
    son chant.

    L'ours descendit sa patte, se pencha la tête
    et tout benoîtement joignit ses deux pattes
    en murmurant :

    «Seigneur, bénissez ce repas.»
    Tristan - 2011-10-05 19:10