Publicité

Le blogue de Richard Levesque

28 juillet 2016 - 04:17

Nous sommes particuliers...

13 Commentaire(s)

Nous avons, au Québec, une particularité qui ne m’avait pas frappé avant cet été.

C’est qu’ici, notre année est divisée exactement en deux par, chaque fois, deux fêtes séparées par un intervalle d’exactement une semaine.

Au début de l’hiver nous avons Noël le 25 décembre puis, sept jours plus tard, le Jour de l’An.  Bien sûr, ces deux fêtes tombent le même jour de la semaine : si Noël est un dimanche, le Jour de l’An sera un dimanche, si Noël est un lundi, le premier janvier sera un lundi -et ainsi de suite.

Puis au début de l’été, nous avons la Fête du Québec le 24 juin et la Fête du Canada sept jours plus tard.  Là encore, ces fériés tombent le même jour de la semaine.  À première vue, il peut sembler étrange que dans un cas il y ait sept jours entre le 25 et le premier, et dans l’autre sept jours entre le 24 et le premier; c’est tout simplement qu’il y a 31 jours en décembre et seulement 30 en juin.

Entre les fêtes d’hiver et les fêtes d’été (ou entre les fêtes d’été et les fêtes d’hiver), il y a six mois tout juste.

À ma connaissance, le Québec est le seul au monde à séparer ainsi son année en deux aussi précisément.  Qu’on me corrige si je me trompe…

D’autre part, présentement, nous vivons les « Vacances de la construction ».  Profitons-en pour souhaiter du beau temps et du bon repos à tous ceux qui ont accroché leurs outils pour quinze jours de repos.

Mais pas de repos pour les petites cellules grises!  Vous n’avez pas encore trouvé la réponse à une énigme que je vous avais proposée la semaine dernière, alors je vous la relance…  et j’en ajoute quelques autres pour faire bonne mesure!  Voici :

Petit a :  Si mon début fait ma finale, le troupeau peut s’abriter.

Petit b : Mon premier s’amuse, mon deuxième cherche l’explication et mon troisième commence les sept.  Quant à mon tout, il n’en finit plus d’envahir les cuisines!

Petit c : Mon premier sort du bec d’un oiseau.  Mon deuxième peut attaquer le pays des oiseaux.  Mon troisième ressemble parfois à un bec d’oiseau.  Mon tout cause la mort de milliards d’oiseaux!

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Toutes vos réactions

13 réaction(s)
  • Petit a. Je ne la comprends vraiment pas cette énigme-là,je ne vois pas comment chercher. Je vais quand même tenter quelque chose au cas où…
    Si mon début fait ma finale, le troupeau peut s’abriter. Disons que le début est « re » et la finale est aussi « re », je dirais que ce qui peut abriter le troupeau pourrait être un repaire. Mais je ne vois toujours pas comment le début peut ainsi « faire » la finale. Ça ne doit pas être la réponse attendue, mais je voulais quand même l’essayer.
    M. Thériault - 2016-07-28 11:11
  • @M. Thériault: ce n'est pas la réponse attendue, non... Mais je sens que tu commences à fragiliser l'énigme. Je vais donner un indice: il faut observer que je n'écris pas "mon premier, mon deuxième" etc, mais bien "mon début, ma finale"... Donc, il se pourrait que l'un de ces éléments compte plus qu'une syllabe, contrairement aux charades classiques.
    Richard - 2016-07-28 13:27
  • Merci pour l’indice du a, mais là je vais plutôt m’amuser avec le petit b. Je pense que j’ai plus de chance…
    Mon premier s’amuse : ri
    Mon deuxième cherche l’explication, dans le sens de parce que : car
    Mon troisième commence les sept : les sept doigts de la main pour le début : do.
    Quant à mon tout, il n’en finit plus d’envahir les cuisines : Ricardo.
    M. Thériault - 2016-07-28 15:34
  • Je me lance pour les trois dernières énigmes: (même si je ne suis vraiment pas certain de a et c)
    a) porcherie (porche-rit)
    b) Ricardo (rit-car-do)
    c) moustiquaire (mousse-tiques-r)
    Toujours un plaisir de vous lire M. Lévesque!
    F. Létourneau - 2016-07-28 15:45
  • M. Thériault et F. Létourneau, vous avez tous les deux, à peu près simultanément, trouvé la réponse à petit b, soit Ricardo. Mais pour les autres, F. Létourneau, tu as raison de douter... Ce n'est pas porcherie ni moustiquaire. Cependant ta porcherie est intéressante... Seulement un porche pourrait-il rire? Si tu avais écrit porcher-rit, j'aurais accepté, puisqu'un porcher (gardien de porcs) peut rire. La bonne réponse n'est pas loin, je le sens!
    Richard - 2016-07-28 17:25
  • je m'essaie pour le petit c:
    1-CRO (les oiseaux avaient des dents jadis,mais elles ont été remplacées par un seul croc)
    2-MÔSO(personnage de la fiction asiatique LE PAYS DES OISEAUX qui était assez méchant)
    3-ME (quand on dit ME, notre bouche ressemble à un bec d'oiseau; un peu forcée celle-là...)
    MON TOUT: CHROMOSOME qui a été responsable de la mort de milliers d'oiseaux dans l'antiquité, je crois....Vive Google! )
    Madeleine D. - 2016-07-28 19:59
  • @Madeleine: non, ce n'est pas chromosome. Mais tu m'intrigue avec ton allusion à l'Antiquité...
    Richard - 2016-07-28 20:39
  • Et puisque j'en suis aux choses qui m'intriguent (en passant, j'ai oublié un "s" dans mon message à Madeleine: il me fallait écrire "tu m'intrigueS")... Puisque j'en suis, donc, aux choses qui m'intriguent, pourquoi, M. Thériault, parles-tu des "sept doigts de la main" pour désigner les sept notes de la gamme? Il y a là un mystère qui m'échappe...
    Richard - 2016-07-29 07:26
  • @Richard : Ben là, je ne sais pas trop comment me sortir du pétrin, mais je vais être franche. J’étais presque certaine que la réponse c’était Ricardo et je cherchais ce que pouvait être ce « do » qui commençait les sept. La seule chose qui me soit venue à l’idée, c’est la troupe « Les sept doigts de la main » et j’en ai déduit que le do que je cherchais était le début de DOigts. L’énigme disait mon troisième commence les sept, je trouvais que ça avait de l’allure… Ça fait que là, je me rends compte que cette fois aussi j’étais à côté de la track. Votre « do » de la gamme ne m’avait pas traversé l’esprit. Là, vous pouvez rire si ça vous chante… vous avez ma bénédiction. ;o))
    M. Thériault - 2016-07-29 10:14
  • En lisant la réponse que vous avez faite à M. Létourneau, si j’y vais dans le même sens, je pense que ce pourrait peut-être alors être la bergerie. Berger-rit. On verra bien ce que ça donne.

    M. Thériault - 2016-07-29 15:35
  • @M. Thériault, tu as bien complété les efforts de F. Létourneau. La réponse à laquelle je pensais est en effet "bergerie". Quand le berger rit... Ceci dit, j'ai bien ri (comme le berger) en lisant tes explications au sujet du "do"... Bon, il ne me reste plus que le petit c...
    Richard - 2016-07-29 18:25
  • Je vous donne la réponse à petit c, puisque... Allons-y: cui sort du bec d'un oiseau... Voire cui-cui. La scie peut attaquer les arbres, pays des oiseaux. Vous connaissez quelqu'un qui a un nez en bec d'aigle? Donc cui-si-ner... Avouez que cuisiner à causé la mort de milliards d'oiseaux. Là je vous entends: "bon sang, mais c'est bien sûr!"
    Richard - 2016-08-03 09:55
  • Ouf, c'est différent en mauzus de ce que je pensais. Je pensais à Hitchcock et son film Les oiseaux!!!!!!!! Ils lui donnent aussi le nom de Vertigo d'après ce que j'ai lu. Je pensais au VER qui pouvait sortir du bec de l'oiseau mais là s'arrêtaient mes efforts... Vous nous avez encore fait travailler fort cette semaine!
    Annie - 2016-08-03 17:05