Publicité

Le blogue de Richard Levesque

23 juin 2016 - 04:19

Les Mystères Lescope (11)

7 Commentaire(s)

…—Rien! Avouèrent-ils tour à tour quand ils se rassemblèrent dans le hall.

—Attendez un peu, dit alors Marion pensivement.  L’enfer, est-ce que ça peut être autre chose que du feu?

—Bien sûr!  s’exclama Robert.  Comment n’y ai-je pas pensé avant?  L’enfer, c’était un endroit réservé dans une bibliothèque, où l’on gardait les livres à l’index, les volumes « à ne pas mettre entre toutes les mains ».

—La bibliothèque…  Je l’ai pourtant bien inspectée, dit Albert.  Rien que des livres.

—As-tu regardé chaque livre, chaque titre? demanda Robert d’un ton ironique.

—Bien sûr que non, il y en a des milliers…  Et puis je cherchais un foyer, un poêle, quelque chose qui ait rapport avec le feu.

—Assez perdu de temps, intervint Vanessa.  Allons voir s’il y a un enfer dans cette bibliothèque.

Ils s’y rendirent tous les cinq et se répartirent les rayons. Il y avait là des livres de droit, des catalogues philatéliques et numismatiques, de précieux volumes richement reliés, mais aussi une impressionnante collection de romans policiers à couverture simplement cartonnée.  Sur une tablette du bas s’alignaient des centaines d’albums de bande dessinée.  Dans une autre, les gros volumes de plusieurs encyclopédies.

Les trois hommes et les deux femmes passèrent en revue les titres et les auteurs, tirant parfois un livre, le replaçant, fouillant derrière, au-dessous.

Ils furent pris d’un rire nerveux quand Marion leur montra une collection complète et visiblement usée des romans de la Comtesse de Ségur.  Pour le reste, biographies, livres d’Histoire, classiques grecs, latins, français et anglais voisinaient avec les auteurs modernes : Daniel Pennac, Nicolas Dickner, Paul Auster, Barbara Pym, Margaret Atwood…  Il y avait de tout.  Mais rien qui aurait mérité l’enfer…

—Rien!  Nous n’y arriverons jamais, finit par soupirer Albert.

—Inutile de s’obstiner, approuva Thomas d’un ton découragé.  Savez-vous, nous devrions attendre que les portes s’ouvrent, puis foutre le feu à ce foutu manoir.  Comme ça, « ce qui nous revient » brûlerait pour de bon en enfer!  Qu’en dis-tu, Albert?

—Espèce de malotru! s’exclama Robert en prenant Thomas au collet, tu serais prêt à brûler la propriété, l’héritage de Vanessa et probablement le corps de Lescope avec!  Vous mériteriez, tous les deux…

—Arrête, Robert! cria Vanessa.  Ils n’en valent pas la peine.  Et puis tout n’est pas perdu.  Je pense que je viens de comprendre où se trouve l’enfer…

Et vous, sagaces lecteurs, avez-vous une idée?  À quoi donc Vanessa vient-elle de penser?  Vous en savez autant qu’elle…  trouverez-vous avant la semaine prochaine?

 

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Toutes vos réactions

7 réaction(s)
  • Dire que je croyais mordicus que l’enfer était dans les rayons de la bibliothèque, là je suis plus qu’embêtée. Je ne sais plus. Il y a des idées qui me sont passées par la tête, mais je ne gagerais pas cher là-dessus…
    Peut-être la descente aux enfers. On sait que Robert a trouvé dans la cuisine une porte qui mène au sous-sol, il n’a rien trouvé, mais il cherchait un objet qui avait rapport au feu… Peut-être qu’il y a quelque chose dans cet endroit. Et il semble que ce soit la dispute éclatée entre Robert et Thomas qui a fait que Vanessa a compris où était l’enfer, mais je ne vois toujours pas. Quelqu'un a une idée?
    J’ai tout relu et il y a quand même un petit détail qui me chicote. Au début, Robert a dit à Vanessa : «Il nous a fait assez de mal comme ça. Maintenant qu’il s’arrange avec l’enfer ». Curieux quand même que ce soit dans le texte… Y a-t-il là un lien? Je me demande si Lescope n’a pas ces clefs USB sur lui, ce qui nous ramène derrière le paravent. ;o)) Et faut que je dise que j’ai trouvé bien drôle d’entendre parler du «corps de Lescope ». Il y a peut-être une petite surprise que les attend! J'ai bien hâte de lire la suite.
    M. Thériault - 2016-06-24 12:05
  • C'est pas idiot, ça, puisque Lescope leur a fait vivre un enfer à tous, c'est peut-être lui qui personnifie "l'enfer". À part ça, je bloque...
    Yoann - 2016-06-25 10:47
  • Il ne reste plus que deux épisodes après celui-ci... Or il faut trouver l'enfer, puis le ciel... les personnages auront-ils le temps de tout faire ça en deux épisodes? Et le temps? Combien de temps avant la fin des 24 heures accordées par Lescope? Auront-ils le temps de tout faire ça avant la fin des 24 heures? Sinon, qu'arrivera-t-il? Et Lescope lui-même, a-t-il programmé ses funérailles comme il a programmé le reste?

    Ah! j'oubliais... Après l'épisode 13, il y aura l'épilogue. mais quand même...
    Richard - 2016-06-26 07:20
  • Moi, je trouve ça bizarre. Il y en a encore 3 qui n’ont pas trouvé leur legs. Comme si tout allait s’enchaîner avec la découverte de l’enfer. Pour ça faudrait quasiment que l’enfer et le ciel soient directement reliés et qu’ils aient la réponse de Vanessa en le trouvant. (Elle c’est le trésor du pirate, son supposé héritage).On peut savoir si ce sont deux choses qui sont indépendantes pour les recherches comme le ciel de lit dont je parlais,c’est possible de le dire à ce moment-ci?
    Tout le long de l’histoire, tous les personnages disent que la crapule à Lescope pense à tout… Alors, moi je crois qu’il est beaucoup trop malin pour s’être fait avoir de la sorte. Et je n’ai pas beaucoup cru à son histoire qu’il faut mourir un jour … Me semble qu’il y a anguille sous roche. Mon idée qu’il y a encore une petite surprise qui les attend.
    Je peux bien tenter une dernière chose. Thomas a dit : « Comme ça, « ce qui nous revient » brûlerait pour de bon en enfer! Et c’est dans cet échange que Vanessa semble avoir allumé. Dans la bibliothèque qu’ils ont tous fouillée, il y a des BD. Et il y a une BD qui s’intitule « Brûle en enfer Hitler ». Je me demande si Lescope en avait une copie dans sa bibliothèque, une petite chance que ce soit à ça que Vanessa ait pensé. J’ai pas grand chance, mais je peux dire que j’ai encore essayé.
    Annie, toi, penses-tu encore à sa mort, à son suicide? Ton idée pour l’enfer, c’est quoi?

    M. Thériault - 2016-06-28 15:22
  • @M. Thériault: j'admire ta ténacité, tellement que je vais répondre à ta question: oui, ce sont deux choses indépendantes (une pour Albert et Thomas, une autre pour Vanessa). Mais il se pourrait que la découverte de l'une conduise à la découverte de l'autre. Je vais même ajouter une précision: ce n'est pas dans une BD que nos personnages trouveront ce qu'ils cherchent.

    Cela dit, vous en saurez pas mal plus jeudi matin...
    Richard - 2016-06-28 20:20
  • @M. Thériault: Je suis tellement totalement larguée, vous n'avez pas idée! Mais... puisque cela semble référer à la bibliothèque, peut-être y a-t-il un espace secret derrière?
    Annie - 2016-06-29 11:05
  • @M. Thériault: Au fait, je pense toujours au suicide mais votre idée qu'il ne soit pas mort pour de vrai fait son chemin...
    Annie - 2016-06-29 12:22