Publicité

Le blogue de Richard Levesque

26 novembre 2015 - 08:39

Augustin le lutin

9 Commentaire(s)

(Petit conte pour Claudine)

Augustin le lutin n’aimait pas beaucoup la neige.  C’est un grave inconvénient pour un lutin de ne pas aimer la neige…  Vous savez, quand on est lutin, on doit travailler au moins deux mois chaque année pour le Père Noël.  Or les ateliers du Père Noël sont au Pôle Nord, et au Pôle Nord, il y a de la neige.  Il y en a même beaucoup.  Pour tout dire, il n’y a que ça, de la neige, au Pôle Nord!

Vous comprenez maintenant qu’Augustin le lutin n’était pas heureux toute l’année.  Mais comme c’était un brave petit bonhomme de lutin, il partait quand même chaque année pour le Pôle Nord, et pendant deux mois chaque année, assis à son établi, il fabriquait des jouets pour les enfants sages.

En face de son établi, il y avait une fenêtre.  Mais par cette fenêtre, tout ce qu’Augustin pouvait apercevoir, c’était de la neige.  Des dentelles de neige le long des carreaux, un coussin de neige sur le rebord de la fenêtre.  Et puis des champs de neige à l’infini, avec quelques collines de neige, des vallées de neige, un ciel couleur de neige.

Alors, pendant qu’il assemblait des petites voitures ou qu’il peignait les yeux des poupées, Augustin rêvait de forêts vertes, de sable brun, d’eau bleue.  En installant les petites touches de clavier des petits ordinateurs, en découpant les blocs des jeux de construction, Augustin revoyait les champs pleins de marguerites et de verges d’or, la rivière avec les poissons d’argent, le gros chat jaune s’étirant au soleil.

Quand il était au Pôle Nord, Augustin le lutin rêvait du Bas-du-Fleuve.  Il rêvait aussi de Madame Claudine, celle qui était sa maman pendant les mois où il vivait dans le Sud.  Durant ces mois-là, Augustin ressemblait à un petit garçon ordinaire : il était habillé comme un petit garçon ordinaire, coiffé comme un petit garçon ordinaire, et comme tous les enfants de son âge il jouait dans le sable, lisait des livres illustrés, courait derrière les papillons, assemblait des bouquets de verges d’or et de marguerites.  Maman Claudine lui racontait des histoires, lui cuisinait toutes sortes de bonnes choses.

Il allait à l’école aussi, comme tous les enfants ordinaires.

Seulement quand venait novembre, une nuit, pendant son sommeil, Augustin voyait arriver dans le ciel un grand renne mené par un vieux lutin.  Alors, dans son sommeil, Augustin montait en croupe et le vieux lutin l’emmenait au Pôle Nord.  Pendant le voyage, Augustin sentait ses oreilles s’allonger…  Il avait un peu froid aussi, au début.  Mais bien vite il se retrouvait habillé chaudement en vert et en rouge, et les grelots de son bonnet commençaient à tinter en harmonie avec les grelots qui ornaient la bride du grand renne.

Et voyez comme c’est étrange : le lendemain matin, maman Claudine retrouvait Augustin dans son petit lit, comme d’habitude.  Il se levait, faisait sa toilette, mangeait puis allait à l’école, comme d’habitude.  Seulement il était plutôt distrait.  Maman Claudine et l’institutrice remarquaient qu’en novembre et en décembre, Augustin était moins attentif, mains espiègle, moins éveillé.  Maman Claudine avait même consulté un médecin, mais il n’avait rien trouvé.

—Un peu de fatigue, peut-être, avait-il fini par dire.  Rien d’inquiétant : ce garçonnet est en excellente santé.  Ça pourrait être le manque de lumière, en cette saison…

C’est ça qui est étrange : car en même temps Augustin le lutin était aux ateliers du Père Noël, et il rêvait à tout ce qui faisait le bonheur d’Augustin le petit garçon.  Et Augustin le petit garçon rêvait des jouets qu’Augustin le lutin fabriquait au Pôle Nord…

Heureusement tout rentrait dans l’ordre autour du 21 décembre.  Cette nuit-là est la plus longue de l’année, comme vous le savez…  Et pour les lutins des ateliers, c’est le début des vacances.  Alors cette nuit-là, sur le dos du grand renne, le vieux lutin ramenait Augustin le lutin chez lui dans le Bas-du-Fleuve.  Il le ramenait jusque dans son petit lit, jusque dans son sommeil.

Le lendemain matin, Augustin avait tout oublié.  Il se levait joyeux, embrassait bien fort Maman Claudine et voulait toujours l’aider à décorer l’arbre de Noël…

Mais il n’aimait pas beaucoup la neige, Augustin.  Il avait hâte à l’été pour retrouver les champs pleins de verges d’or et de marguerites, le gros chat s’étirant au soleil, la rivière avec les poissons d’argent…

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Toutes vos réactions

9 réaction(s)
  • C'est une honte d'exploiter ainsi les enfants! Non, je plaisante, c'est une belle histoire ;)
    Yoann - 2015-11-26 10:27
  • Ah!!!!! Merci Richard ! Quel beau conte et quel magnifique clin d’œil pour Augustin et moi. Un plaisir à lire et découvrir :-) Mille fois merci ! En attendant le 21 décembre et le retour à la vie normale avec mon lutin vacancier ;-)Bisous et Joyeuses Fêtes de nous deux xxx xxx
    Claudine, mère d'un lutin - 2015-11-26 13:48
  • Beau conte. Ah!, le petit chanceux de pouvoir côtoyer le vrai Père Noël! Si j'avais sa chance, j'en profiterais tellement pour faire une demande toute spéciale de cadeau de Noël pour cette année... quelque chose qui ne lui coûterait rien du tout, qui ne ferait pas travailler les lutins... il suffirait qu'il concocte une potion magique qu'il pourrait faire boire à quelqu'un (je lui dirais qui au moment opportun) pour qu'il pense à moi pour quelque chose qui m'est très important, voire presque vital...

    Est-ce que tous les lutins sont des gars? Croyez-vous qu'une fille a une chance d'être "lutine"? Si oui, y a-t-il un âge maximal pour appliquer sur le poste? En tant qu'ex-lutin, vous devez savoir ça, vous? Sinon, vous pourriez faire le message à Santa pour moi? J'ai été gentille toute l'année, enfin, je crois...

    Plus sérieusement, la téteuse que je suis a accroché sur une petite faute niaiseuse: mains espiègle... je comprends qu'il s'agit de moins espiègle. C'est tellement plus facile de les voir quand ce n'est pas nous qui avons dactylographié le texte!
    Annie - 2015-11-26 18:55
  • @Annie: Le Père Fouettard m'a déjà tapé sur le doigt qui avait enfoncé la touche du A plutôt que celle du O. Il ne pardonne rien, celui-là! Comment peut-il être le frère du Père Noël et de la Fée des Étoiles? Enfin... Tu n'as pas à le craindre si, comme tu dis, tu as été sage toute l'année. Pour ce qui est de ta demande spéciale, pourquoi ne pas écrire directement au Père Noël? Adolphe, le postier du Pôle Nord, veillera à ce que ta lettre parvienne à temps à son destinataire.

    Bien sûr qu'il y a des lutines. Mais on ne peut pas "appliquer" (vilain anglicisme) pour ce poste. Il faut être née lutine, et ne pas avoir été frappée de gigantisme à l'adolescence comme Mandar, le lutin déchu... Ou comme moi, bien sûr. Un jour je vous raconterai l'histoire de la lutine Plumette, ou encore celle de la gentille Microline...
    Richard - 2015-11-27 07:50
  • @Richard : pour ce qui est de l'anglicisme, est-ce que "postuler" se dit ici aussi ou juste en France ? Parce que ça me semble être la meilleure traduction pour éviter de parler franglais ;)
    Yoann - 2015-11-27 10:50
  • Et v'lan, dans les dents, la dame!

    OK: Poser ma candidature vous plaît-il plus? Ce serait vraiment mieux.

    Tape-tape mains, moi aussi...
    Annie - 2015-11-27 11:30
  • Postuler, poser sa candidature, tout ça est bon, il me semble. Mais une question demeure: comment prépare-t-on un CV pour solliciter un emploi dans les ateliers du Pôle Nord? Quoique, à bien y penser, je pense que les lutins sont plutôt cooptés par le Père Noël et sa sœur la Fée des Étoiles -même le Père Fouettard aurait son mot à dire, mais il est " minoritaire".
    Richard - 2015-11-27 11:52
  • Oui, c’est un bien joli conte, il faut laisser la magie de Noël opérer…
    Elles sont super belles les photos des p’tits lutins.
    Et, pauvre vous, qui avez eu affaire à ce méchant Père Fouettard! Je vous plains.
    D’après tout ce que j’ai pu lire et entendu dire à son sujet, c’en est un capable celui-là! Vaut mieux s’en tenir loin…
    Pour dire franchement, moi aussi je ne fais qu’être toujours très très sage et ce sacré Fouettard, je m’en méfie pareil. ;o))
    M. Thériault - 2015-11-27 15:53
  • @M. Thériault: C'est drôle, on dirait que tu connais bien le Père Fouettard... Aurais-tu eu affaire à lui souvent?
    Richard - 2015-12-01 16:52